Trespoux-Rassiels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Trespoux)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Lot
Cet article est une ébauche concernant une commune du Lot.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Trespoux-Rassiels
Image illustrative de l'article Trespoux-Rassiels
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Cahors-3
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cahors
Maire
Mandat
Pascal Lavaur
2014-2020
Code postal 46090
Code commune 46322
Démographie
Gentilé Trespouziens
Population
municipale
806 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 50″ nord, 1° 22′ 43″ est
Altitude Min. 132 m – Max. 343 m
Superficie 20,70 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trespoux-Rassiels

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trespoux-Rassiels

Trespoux-Rassiels est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Ses habitants s'appellent les Trespouziennes et les Trespouziens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Trespoux-Rassiels, en occitan Trespotz, est composé de Trespoux basé sur l'occitan tres potz qui désigne trois puits et de Rassiels nom de famille d'origine germanique à partir de rasso issu de rad qui veut dire conseil[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de Trespoux-Rassiels est liée à la géographie des lieux : les causses du Lot, plateau calcaire privé d'eau une bonne partie de l'année. Dans les temps anciens où les hommes s'installèrent en ces lieux, ils creusèrent des puits, réservoirs destinés à retenir les minces filets d'eau.
Trois de ces réservoirs furent creusés dans la commune de Trespoux-Rassiels. Le premier au lieu de Trespoux, à une époque où le village n'existait pas, un second au lieu-dit les Escures, le troisième au lieu-dit Combe de Larroque, disposés en trépied distant entre eux de 2 000 mètres, et destinés à alimenter tous les habitants.
Ces réservoirs portaient probablement le nom patois de "poux" (puits), ainsi le nom de Trespoux a pris naissance de cette manière "as tres poux" aux trois puits.

La commune s'appela d'abord Rassiels-Trespoux puis les deux toponymes furent inversés. Trespoux-Rassiels, occupée depuis l'époque romaine (on y trouve une nécropole de basse époque) est composée des villages de Trespoux, Rassiels, le Bournaguet, le Colombier, et Lannac.

En 1255, une famille noble mais désargentée, nommée Rassiels, échangea ses biens sur le territoire de l'actuelle commune contre les terres de Séniergues. Le nouveau propriétaire était un citoyen de Cahors qui se nommait Guillaume du Lard. Ce dernier dut aussi verser 6000 sols cahorsins aux Rassiels qui allèrent s'établir et donner leur nom au lieu-dit Rassiols de Séniergues. Le blason des Rassiels était d'or à trois bandes de gueules[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Christiane Soubirou    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 806 habitants, en augmentation de 8,04 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
242 640 641 489 651 713 786 800 768
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
776 729 738 727 675 665 559 529 512
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
508 454 382 278 309 255 252 211 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
166 135 216 419 574 666 742 803 806
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Trespoux, d'origine romane, fut remaniée au XIXe siècle. Celle de Rassiels fut démolie en 1855.
  • L'église de Bournaguet date également du XIXe siècle. On y trouve du bois doré du XVIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 125.
  2. Anne Gary, Montfaucon en Quercy : À la découverte du passé, t. 1 : Des origines à la révolution, Bayac, Éditions du Roc de Bourzac, , 115 p. (ISBN 2-87624-047-5), p. 54
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :