Berchtesgaden

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Berchtesgaden
Berchtesgaden
Vue sur Berchtesgaden avec ses églises au pied du massif de Watzmann.
Blason de Berchtesgaden
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau de Bavière Bavière
District
(Regierungsbezirk)
Haute-Bavière
Arrondissement
(Landkreis)
Pays-de-Berchtesgaden
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
5
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Franz Rasp (CSU)
Code postal 83471
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
09 1 72 116
Indicatif téléphonique +49 (0) 8652
Immatriculation BGL
Démographie
Population 7 780 hab. ()
Densité 224 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 59″ nord, 13° 00′ 00″ est
Altitude 520 m
Min. 520 m
Max. 1 100 m
Superficie 3 478 ha = 34,78 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bavière
Voir sur la carte topographique de la Bavière
City locator 14.svg
Berchtesgaden
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Berchtesgaden
Liens
Site web www.gemeinde.berchtesgaden.de

Berchtesgaden est une commune (Markt) allemande de l'arrondissement du Pays-de-Berchtesgaden, située dans l'extrême sud-est de la Haute-Bavière, près de la frontière autrichienne et la ville de Salzbourg.

Le premier témoignage écrit mentionnant le nom de la prévôté de Berchtesgaden date de 1102. Pendant des siècles, cette collégiale des chanoines réguliers de saint Augustin bénéficiait du statut de l'immédiateté impériale et les princes-prévôts pouvaient diriger leur pays de manière autonome jusqu'à la sécularisation en 1803. À partir du XIXe siècle, les curiosités et les monuments naturels de Berchtesgaden en firent une destination touristique populaire. Le quartier d'Obersalzberg, en particulier, est connu pour avoir été le site du Berghof, la résidence secondaire d'Adolf Hitler au temps du Troisième Reich.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue sur la cuvette de Berchtesgaden depuis le Kehlsteinhaus.

La commune de Berchtesgaden appartenait au district de Haute-Bavière dans l'État libre de Bavière. En commun avec les municipalités limitrophes de Bischofswiesen, Schönau am Königssee, Marktschellenberg et Ramsau, elle s'étend sur la cuvette centrale des Alpes de Berchtesgaden formant la partie sud de l'arrondissement du Pays-de-Berchtesgaden. C'est ici que les eaux de la Ramsauer Ache et de la Königsseer Ache s'écoulent ensemble pour donner naissance à la Berchtesgadener Ache, un affluent de la Salzach.

Le centre-ville se trouve à environ 20 km au sud-est de Bad Reichenhall, le chef-lieu de l'arrondissement, à 20 km au sud de Salzbourg en Autriche et à 150 km au sud-est de Munich. Dans l'est, une route de montagne monte jusqu'à la frontière autrichienne et descend via Dürrnberg vers la ville de Hallein. L'altitude du terriroire communal va de 520 m à la gare centrale jusqu'à 1 000 m au quartier d'Obersalzberg et à 1 834 m au Kehlsteinhaus. Au sud de Berchtesgaden se trouve la 3e montagne d'Allemagne par sa hauteur : le massif du Watzmann (2 713 m).

Les flancs des montagnes sont marqués de vastes forêts de sapins et épicéas. C'est aussi le site du parc national de Berchtesgaden, l'un des parcs nationaux allemands qui abrite aussi une réserve de biosphère, gérée avec l'UICN et qui a pour objectif sur plus 6 290 hectares de forêts classée dans la zone centrale du parc de laisser réapparaitre une forêt sauvage (non façonnée par l'homme[1]).

Le territoire communal englobe les anciennes municipalités d'Au, de Gern et de Salzberg, incorporées au cours d'une réforme administrative en 1972.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le lieu de berthercatmen dans le duché de Bavière fut mentionné pour la première fois dans un acte de l'an 1102 ; selon la légende, le nom est dérivé de la Berchta, une fée du foyer dans le folklore germanique. La colonisation de la région remonte à l'intiative des comtes de Sulzbach de faire don d'une église propriétaire, avec la confirmation du pape Pascal II. Peu tard, les seigneurs firent venir les premiers chanoines réguliers de l'abbaye de Baumburg. Les moines qui s'installent progressivement à Berchtesgaden se sont mis à défricher les forêts. En 1122, la collégiale Saints Piere et Jean-Baptist a été consacrée par l'archevêque de Salzbourg.

L'ancienne abbaye, depuis 1810 château de la maison royale de Wittelsbach.

Berchtesgaden est très bientôt devenu le centre d'un petit territoire ecclésiastique au sein de la Bavière. En 1156 déjà, l'empereur Frédéric Barberousse conférait au couvent une certaine autonomie, notamment des droits miniers et la régale du sel. Avec le droit de tenir marché, ce statut a essentiellement favorisé le développement économique de la région. Au XIVe siècle, les prévôts sont promues au rang de prélat impérial ; en 1500, Berchtesgaden rejoint le Cercle de Bavière. Néanmoins, la possession des mines de sel dans les environs faisait l'objet de divers conflits avec les princes-archevêques de Salzbourg.

En 1559, l'empereur Ferdinand Ier de Habsbourg conféra au prévôt de Berchtesgaden le titre de prince du Saint-Empire. À partir de 1594, la prévôté autonome était placée sous l'administration de l'électorat de Cologne. Les archevêques de la maison de Wittelsbach, notamment Ferdinand de Bavière et ses successeurs, s'occupent cependant peu de l'état de leur domaines. Berchtesgaden a été épargnée des conséquences de la guerre de Trente Ans. Jusqu'au XVIIIe siècle, le protestantisme a été combattu par les moyens de la Contre-Réforme.

Après la sécularisation par le recès d'Empire en 1803, plusieurs propriétaires du territoire de l'ancienne prévôté se succèdent : Ferdinand III de Toscane en tant qu'électeur de Salzbourg puis, suite au traité de Presbourg conclu en 1805, l'empereur d'Autriche. Finalement, en 1810, les domaines revinrent au royaume de Bavière. Soue les souverains bavarois, l'ancienne abbaye fut transformée en une résidence d'été ; le prince-régent Luitpold de Bavière y resta de nombreuses fois. Au cours de la période qui suit la guerre franco-prussienne et l'unification allemande en 1871, le tourisme s'est développé. Les Alpes de Berchtesgaden, connue pour avoir abrité des peintres tel que Carl Rottmann et Caspar David Friedrich ont attiré un public nombreux, dont l'écrivain Ludwig Ganghofer ainsi que les auteurs norvégiens Jonas Lie et Henrik Ibsen.

La maison de pension Wachenfeld à Obersalzberg (1928), le futur Berghof.

Si Berchtesgaden a été le lieu de résidence privilégiée de célébrités comme le prince héritier Rupprecht de Bavière et sa famille ou la princesse Marie-Élisabeth de Saxe-Meiningen, compositrice et mécène, elle est essentiellement connue pour avoir été le lieu de villégiature d'Adolf Hitler qui est venu ici pour la première fois en pour rencontrer son mentor Dietrich Eckart et préparer la voie au putsch de la Brasserie. Après la prise de pouvoir (Machtergreifung) en 1933, une vaste zone interdite s'étendant de sa résidence, le Berghof jusquàu Kehlsteinhaus, constituée de nombreuses propriétés confisquées à l'instigation de Martin Bormann, fut la second siège du gouvernement de l'Allemagne nazie. Elle subit un bombardement aérien le en deux vagues.La première par 275 bombardiers Lancaster de la Royal Air Force escortés par 98 chasseurs P-51 Mustang de la 8th Air Force. La seconde par 825 Boeing B-17 Flying Fortress de la 8th Air Force. Les dégâts matériels furent importants;les pertes humaines de 31 tués (selon le journal local).

Le , quatre jours après le suicide de Hitler et devant l'avancée des troupes alliées dans la région, les SS mirent le feu à la villa du Berghof. Quelques heures plus tard, la 3e division d'infanterie américaine arriva à Berchtesgaden en compagnie d'une unité de la 2e division blindée française dont des éléments arrivèrent les premiers au Berghof en flammes. Le gouvernement de la République fédérale allemande fit détruire les ruines en 1952.

La sœur d'Adolf Hitler, Paula, vécut les dernières années de sa vie à Berchtesgaden et y mourut dans l'anonymat en 1960.

Lieux et monuments importants[modifier | modifier le code]

La montagne du Kehlstein (1 835 m), connue pour le « nid d'aigle » (Kehlsteinhaus) placé à son sommet. Le nid d'aigle a été construit comme cadeau pour les 50 ans d'Adolf Hitler par Martin Bormann. À l'issue de la guerre, il est resté relativement intact. Il est accessible par un tunnel piétonnier, puis par un ascenseur d'époque montant dans le rocher sur 124 m. La route arrivant au tunnel n'est plus accessible qu'en autobus spéciaux que l'on prend à Obersalzberg. Mais uniquement à la belle saison. Rien ne fonctionne en hiver.

  • En contrebas du Kehlstein, se trouve le plateau d’ObersalzbergAdolf Hitler avait établi ses quartiers d'été avec des casernes, sa résidence du Berghof comprenant un bunker. Il y avait aussi un hôtel où les admirateurs du dictateur pouvaient venir pour un Mark par nuitée. Toutes ces installations ont été anéanties par des bombardements ; il n'est resté que le bunker.

Pendant la guerre froide, les forces américaines se sont installées au même emplacement. Aujourd'hui, un très important centre de documentation sur la guerre et le régime nazi existe ; il abrite l'accès au bunker que l'on peut aussi visiter.

  • Grande curiosité naturelle : le lac Königssee où l'on visite l'église de Sankt Bartholomä et au bout d'un lac, un chemin piétonnier accède à un autre lac, l'Obersee.
  • Une grande attraction : la saline (Salzbergwerk) avec un parcours touristique, ouvert en 2007, allant de l'habillage en tenue de mineur, le petit train, les toboggans en bois, la traversée du lac souterrain salé en barque.

Exploitées à partir de 1517, les mines de sel assurèrent la prospérité de la région et des chanoines qui en exploitaient les droits. La roche saline est lessivée par des amenées d'eau douce. La saumure obtenue, contenant 27 % de sel, est évacuée vers Bad Reichenhall pour y être raffinée.

  • Le château royal. L'ancien prieuré des chanoines devint, à l'époque des abbés commendataires, un palais fastueux. À partir de 1923, il fut habité par le prince héritier Rupert, ancien généralissime des troupes bavaroises durant la Première Guerre mondiale et chef de la maison de Wittelsbach jusqu'à sa mort en 1955.
Maria Gern vor Watzmannmassiv 1.jpg

Au pied du Watzmann, le village de Maria Gern a été incorporé à Bertchtesgaden en 1972. Une église de pèlerinage typique de la région date du premier quart du XVIIIe siècle.

Sports[modifier | modifier le code]

Sports d'hiver[modifier | modifier le code]

La ville était candidate pour organiser les jeux olympiques d'hiver de 1992, sans succès : c'est Albertville qui a finalement été choisie. Il s'agit également de la station qui a accueilli la toute première épreuve masculine de la première édition de la Coupe du monde de ski alpin en 1967 (un slalom remporté par l'Autrichien Heinrich Messner le )[2].

Autres[modifier | modifier le code]

La course de côte Rossfeld - Berchtesgaden s'est disputée sur place entre 1958 et 1977.

Galerie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ständige Arbeitsgruppe der Biosphärenreservate in Deutschland. 1995. Biosphärenreservate in Deutschland. Leitlinien für Schutz, Pflege und Entwicklung. Springer. 377 p.
  2. Xavier Coffin, « La FIS fête ses 50 ans ! », sur skieur.com, (consulté le 5 septembre 2019)

Sur les autres projets Wikimedia :