Sally Ride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sally Ride
Image illustrative de l'article Sally Ride

Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Naissance
Los Angeles, Californie
États-Unis
Décès (à 61 ans)
San Diego, Californie
États-Unis
Durée cumulée des missions 14 j 7 h 47 min
Sélection Groupe 8 de la NASA, 1978
Mission(s) Challenger (STS-7)
Challenger (STS-41-G)
Insigne Sts-7-patch.png STS-41-G patch.png

Sally Kristen Ride, née le à Los Angeles et décédée le à San Diego[1], est une astrophysicienne et astronaute qui a participé en tant que spécialiste de mission aux vols STS-7 et STS-41-G de la navette spatiale américaine. Elle est la troisième femme à être allée dans l'espace, en 1983 et la première Américaine. Elle a été précédée par deux femmes soviétiques, Valentina Terechkova (1963) et Svetlana Savitskaïa (1982).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Sally Ride est née le 26 mai 1951 à Los Angeles, où elle fréquente la Westlake School for Girls. Elle s'intéresse aux sciences et est également une joueuse de tennis classée à un niveau national. Elle entre au Swarthmore College avant d'intégrer l'université Stanford, où elle passe un bachelor en anglais et en physique. Elle obtient ensuite, de la même université, un master en 1975, puis un doctorat (PhD) en physique en 1978, tout en menant des recherches en astrophysique et dans le domaine de la physique des lasers à électrons libres.

Carrière[modifier | modifier le code]

Sally Ride en communication avec les contrôleurs au sol pendant sa mission sur Challenger, 1983.
Kathryn Sullivan et Sally Ride, 1984.

En 1977, Sally Ride fait partie des 8 900 candidats qui répondent à l'annonce de recrutement de la NASA. Celle-ci a décidé d'embaucher le 8e groupe d'astronautes pour les futures missions de la navette spatiale américaine dont le premier vol aura finalement lieu en 1981. L'agence spatiale américaine a ouvert pour la première fois son recrutement aux femmes et Sally Ride fait partie des six femmes qui rejoignent la NASA en janvier 1978. Elle est formée durant un an comme spécialiste de mission. Elle joue le rôle d'interface en tant que capcom (« Capsule communicator », personnel au sol qui assure les communications) avec les équipages des missions STS-2 et STS-3 de la navette.

Elle est sélectionnée comme spécialiste de mission du vol STS-7 qui décolle le 18 juin 1983. Elle devient la première américaine et la troisième femme à aller dans l'espace. Au cours de la mission, qui constitue le deuxième vol de la navette Challenger, elle participe au déploiement des satellites de télécommunications ANIK C-2 et PALAPA B-1 et au déploiement puis à la récupération du satellite SPAS-01. La navette atterrit le 24 juin à la base Edwards.

Sally Ride participe en tant que spécialiste de mission à la mission STS-41-G lancée le 5 octobre 1984. L'équipage de la navette déploie le satellite Earth Radiation Budget Satellite, réalise des observations scientifiques de la Terre avec les équipements de la palette OSTS-3 et la caméra grand format (Large Format Camera) et effectue une démonstration de ravitaillement en vol en hydrazine d'un satellite. La navette se pose le 13 octobre 1984 au Centre spatial Kennedy.

En juin 1985, Sally Ride est désignée comme membre d'équipage de la future mission STS 61-M. Mais l'accident de la navette spatiale Challenger entraine l'annulation du vol. Sally Ride est désignée comme membre de la Commission Rogers chargée par le président de mener l'enquête sur l'accident. Par la suite, elle est nommée à l'état-major de la NASA comme assistante spéciale du directeur de la NASA pour la planification stratégique et à long terme.

Après la NASA[modifier | modifier le code]

En 1987, Sally Ride quitte la NASA pour travailler au Centre pour la sécurité internationale et le contrôle des armes de l'université Stanford à Palo Alto. Elle reprend ses recherches dans le domaine de l'astrophysique avant de prendre, en 1989, un poste d'enseignant en physique à l'Université de Californie à San Diego où elle dirige également l'Institut de l'Espace de Californie. En 2001, elle fonde la Sally Ride Science[2], une société qui a pour objectif d'encourager les enfants du primaire et du secondaire à étudier la science en la rendant amusante et intéressante. Elle dirige cette institution jusqu'en 2012. Elle a écrit cinq livres de vulgarisation scientifique pour les enfants.

Sally Ride est aussi membre de plusieurs commissions scientifiques nationales telles que le Committee of Advisors on Science and Technology du président des États-Unis, la commission spatiale du National Research Council, la commission du Congressional Office of Technology Assessment. Elle fait partie du conseil d'administration de Aerospace Corporation et de la California Institute of Technology.

Le 23 juillet 2012, elle meurt des suites d'un cancer du pancréas à San Diego. Incinérée, ses cendres reposent désormais au cimetière de Woodlawn (en) à Santa Monica.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Sally Ride a été mariée de 1982 à 1987 à Steven Hawley également astronaute de la NASA. En 2012, Sally meurt d'un cancer du pancréas dix-sept mois après le diagnostic de cette affection. Ses cendres ont été placées à côté de celles de son père.

À la suite de son décès, Tam O'Shaughnessy (en), professeur à l'université d'État de San Diego et avec qui elle avait cosigné plusieurs ouvrages, a révélé avoir été sa compagne pendant vingt-sept ans[3],[4].

Hommage[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :