Titre IX

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Final Four féminin de NCAA en 2008.

Titre IX est le nom usuel de l'amendement Title IX of the Education Amendments of 1972 voté en 1972 aux États-Unis qui interdit toute discrimination sur la base du sexe dans les programmes d'éducation soutenus par l’État.

Histoire[modifier | modifier le code]

Promu notamment par la représentante d'Hawaï Patsy Mink et sa collègue Edith Green (en), l'amendement est renommé Patsy T. Mink Equal Opportunity in Education Act à la disparition de la première en 2002.

« No person in the United States shall, on the basis of sex, be excluded from participation in, be denied the benefits of, or be subjected to discrimination under any education program or activity receiving Federal financial assistance »

— United States Code Title 20 Chapter 38 Section 1681[Note 1]

Très court dans son principe, le texte contient une longue liste d'exceptions.

Le Titre IX a permis le développement de compétitions sportives féminines dans les universités américaines[1].

Les universités se sont vu accorder un délai d'application jusqu'en 1978. Certains établissements, comme à Grove City, ont entamé des procédures pour contester ces dispositions. La NCAA a cherché à entraver le développement du sport féminin dans les années 1970-1980, le championnat NCAA de basket-ball féminin et le championnat NCAA de volley-ball féminin ne débutant que pour la saison 1981-1982 et le championnat NCAA de hockey sur glace féminin pour la saison 2001-2002.

Avant 1972, très peu d'équipes féminines universitaires existaient, en dépit des combats militants menés dans les années 1960-1970, et cela en raison de préjugés idéologiques : fragilité de la constitution féminine, risque de stérilité, etc[2].

Concernant le soccer, son essor est d'abord le fait de l'AIAW, jusqu'à la prise de relais par la NCAA en 1982, qui crée des titres également en Division II et III durant la décennie. C'est à cette époque que le soccer féminin connait un grand développement dans les universités. Une équipe nationale est fondée en 1985, la première ligue amatrice voit le jour en 1995, puis une ligue professionnelle en 2001. De 900 000 en 1980, le nombre de joueuses passe à 1,5 million en 1985 puis 2 millions en 1990, culminant à 3 millions en 1995 pour retomber à 2,7 millions en 2000. Le développement est moins important dans les lycées, avec 10 000 joueuses en 1976, 41 000 en 1980, 122 000 en 1990 puis 270 000 en 2000, soit une part féminine de 42 % des licenciés. Le championnat féminin de soccer de Division I compte 64 équipes contre 32 pour les hommes, reflétant une pratique plus compétitive chez les femmes[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Nul ne devra être, aux États-Unis, sur la base de son sexe, exclu de participer ou de se voir refuser la possibilité de concourir ou être soumis à une discrimination pour tout programme éducatif ou activité recevant une aide financière fédérale. »

    — trad.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Twenty-Five Years After Title IX: Women Gain in Steps, Not Leaps », National Organization for Women, (consulté le )
  2. (en) « UTM women's hoop pioneer Lin Dunn will coach in WNBA Finals », NWTN Today, (consulté le )
  3. Dave Litterer, « Women's Soccer History in the USA: An Overview » (consulté le )

Lien externe[modifier | modifier le code]