STS-3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

STS-3
Insigne de la mission
Données de la mission
Vaisseau Navette spatiale Columbia
Équipage 2 hommes
Date de lancement
Site de lancement Kennedy Space Center
Pas de tir 39A
Date d'atterrissage
Site d'atterrissage Base de White Sands
Piste 17
Durée 8 jours, 4 minutes
et 46 secondes
Orbites 130
Altitude orbitale 272 kilomètres
Inclinaison orbitale 38,0°
Distance parcourue 5,4 millions de kilomètres
Photo de l'équipage
Jack R. Lousma et C. Gordon Fullerton
Jack R. Lousma et C. Gordon Fullerton
Navigation

La mission STS-3 est la troisième mission de la navette spatiale américaine, effectuée comme les deux premières par l'orbiteur Columbia.

Équipage[modifier | modifier le code]

Le chiffre entre parenthèses indique le nombre de vols spatiaux effectués par l'astronaute, STS-3 inclus.

Doublures :

Paramètres de la mission[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

Décollage de Columbia le

Un des objectifs de ce vol était de tester le système de pilote automatique lors de l'atterrissage.

Déroulement du vol[modifier | modifier le code]

L'atterrissage avait été initialement prévu sur Edwards Air Force Base mais à cause de conditions climatiques défavorables (de la pluie), il a finalement eu lieu sur la base de White Sands[1] pour la première et dernière fois, le milieu sablonneux du désert ayant entraîné quelques dégâts et nécessité des opérations de maintenance supplémentaires.

Il avait été demandé à Jack R. Lousma de laisser le pilote automatique effectuer la phase d'atterrissage, et de tester la reprise en main en mode manuel à une altitude de 300 pieds.

En effectuant la manœuvre, Jack R. Lousma est entré en « pompage piloté », c'est-à-dire qu'il effectuait des manœuvres au manche synchronisées avec les mouvements de l'appareil, faisant osciller dangereusement celui-ci. Le copilote étant plus habitué au pilotage des appareils de grosse taille lui a donné alors le conseil de lâcher le manche. Le pilote a ainsi pu reprendre le contrôle de la navette.

Le même incident de pompage piloté s'est ensuite reproduit lors de l'abattée (manœuvre consistant à poser le train avant alors que l'arrière est déjà en contact avec le sol).

Par la suite, la NASA n'utilisera plus jamais le mode automatique pour la phase d'atterrissage.

Atterrissage à White Sands

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]