Nancy Roman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une astronome
Cet article est une ébauche concernant une astronome.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Nancy Roman
Dr. Nancy Roman - GPN-2002-000212.jpg

Nancy Roman avec une maquette de l'Orbiting Solar Observatory

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (91 ans)
NashvilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Nancy Grace Roman (née le à Nashville, Tennessee) est une astronome américaine, l’une des premières femmes cadre à la NASA et reconnue comme la “Mère de Hubble”. Tout au long de sa carrière, Roman a été une conférencière et enseignante très active qui a toujours défendu la place des femmes dans les sciences.

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Roman est la fille d'un professeur de musique Georgia Smith Roman et d'un géophysicien Irwin Roman. Roman considère ses parents comme ayant eu une grande influence dans son intérêt pour la science. Dès l’âge de 11 ans, Roman manifeste un intérêt pour l’astronomie en créant un club d’astronomie. Avec ses camarades de classe, elle apprend les constellations à partir de livres lors de rencontres hebdomadaires. Bien que découragée par son entourage, Roman sait depuis ses études secondaires qu’elle veut poursuivre sa passion pour l’astronomie. Elle fréquente le Western High School (en) à Baltimore dans un programme accéléré d’où elle graduera en trois ans.

Elle obtient son Bachelor of Arts au Swarthmore College en 1946. Durant ses études, elle travaille au Sproul Observatory (en). Elle obtient par la suite un doctorat en astronomie à l'Université de Chicago en 1949. Elle continue de travailler pendant six ans pour l'Observatoire Yerkes, voyageant à l’occasion au McDonald Observatory (Texas) pour travailler en tant que chercheuse associée avec W.W. Morgan. Comme la position de chercheur n’est pas un poste permanent, elle devient enseignante puis professeure assistante. Roman quittera éventuellement cet emploi compte tenu des difficultés pour une femme d’obtenir un poste de chercheur à l'époque.

Carrière[modifier | modifier le code]

Alors qu'elle travaille à l'Observatoire Yerkes de l’Université de Chicago, Roman observe l’étoile AG Draconis (en) et découvre que son spectre d’émission a changé de manière significative depuis les dernières observations de cette étoile. Elle attribuera plus tard cette découverte au fruit du hasard, découverte qui contribua de façon importante à la progression de sa carrière en astrophysique.  

Après avoir quitté l’Université de Chicago, Roman rejoint ensuite le programme de radioastronomie du Naval Research Laboratory à Washington. Son travail au NRL inclut l’utilisation de spectre de source radio non-thermale et la géodésie. Elle devient directrice de la section de spectroscopie micro-onde.   

NASA[modifier | modifier le code]

Lors d’une conférence par Harold Urey, Roman est approchée par Jack Clark qui lui demande si elle connait quelqu’un qui est intéressé à créer un programme d’astronomie spatiale à la NASA. Elle interprète cette demande comme une invitation à appliquer elle-même et sera sélectionnée pour la tâche. Roman est la première à diriger le département d'astronomie de l'Office of Space Science (Bureau des sciences spatiale) et instaure ainsi le programme initial. Ceci fait d'elle la première femme à occuper un poste de direction à la NASA. Une partie de son travail consiste à voyager à travers le pays et à présenter le programme en développement aux différents départements d’astronomie. À cette occasion, Roman écoute les demandes des astronomes et les informe des avantages de l’observation à partir de l’espace. De 1961 à 1963, elle dirige le département d’astronomie et de physique solaire à la NASA. Elle occupe différentes positions à la NASA, incluant directrice du département d’astronomie et de relativité.

Nancy Roman en 2015

Au cours de ses années passées à la NASA, Roman développe de nombreux programmes et organise la participation scientifique à ceux-ci. Elle est impliquée dans le lancement de trois Orbiting Solar Observatories ainsi que de trois Small Astronomical Satellites, observant en ultraviolet et en rayons X. Elle supervise également le lancement d’autres Orbiting Astronomical Observatories qui observent dans le visible et dans l'ultraviolet et travaille en collaboration avec Dixon Ashworth. De plus, elle travaille sur quatre satellites géodésiques, ainsi que sur plusieurs programmes (Astronomy Rocket Program, High Energy Astronomy Observatories, le “Scout Probe” permettant de mesurer le décalage vers le rouge gravitationnel) et sur des expériences sur Spacelab, Gemini, Apollo et Skylab.

Le dernier programme qu’elle instaure et dans lequel elle est très impliquée est le télescope spatial Hubble. C’est grâce à sa grande implication dan s la mise en place de la structure de ce programme qu’elle est reconnue comme la «Mère de Hubble».

Après vingt-et-un ans de travail pour la NASA, elle continue jusqu’en 1997 son travail pour les entrepreneurs supportant le Goddard Space Flight Center. Roman est également consultante pour ORI, Inc. de 1980 à 1988.

Tout au long de sa carrière, Roman est confrontée aux problèmes reliés à la place des femmes en sciences lors du milieu du vingtième siècle. Malgré le fait que son entourage la décourage de poursuivre une carrière en astronomie, elle sera l’une des rares femmes à la NASA à cette époque et sera la seule femme avec un poste de direction.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Roman reçoit de nombreuses récompenses tout au long de sa carrière:

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notable Women Scientists ; Pamela Proffitt ; Mich. Gale Group (1999) (ISBN 0-7876-3900-1)
  • American women in science, 1950 to the present ; Martha J. Bailey ; ABC-Clio Inc (1998) (ISBN 0874369215)
  • She Does Math!: Real-Life Problems from Women on the Job ; Mathematical Assn of America (1995) (ISBN 0883857022)
  • Current Biography Yearbook: 1960 ; Charles Moritz ; Hw Wilson Co (1960) (ISBN 0824201264)
  • Women's book of world records and achievements ; Lois Decker O'Neill ; Anchor Press/Doubleday (1979) (ISBN 0306802066)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d'autorité international virtuel

Source[modifier | modifier le code]