Brieuc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Brieuc.
Brieuc
Image illustrative de l'article Brieuc
L'icône de saint Brieuc peinte pour l'Association orthodoxe Sainte-Anne (Bretagne).
Saint
Naissance v. 409
Ceredigion, Galles
Décès v. 502  (≈ 90 ans)
Autres noms Brioc, Brieg, Brivael, Briavael, Tebriec, Tobrioc
Saint Brieuc
Image illustrative de l'article Brieuc
Biographie
Naissance v. 409
Ceredigion
Décès v. 502
Saint-Brieuc
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Saint-Brieuc

Brieuc ou Brioc est un moine breton, originaire du Pays de Galles, premier évêque de Saint-Brieuc, ville de Bretagne continentale, qui lui doit son nom.

Il est l'un des sept saints fondateurs de Bretagne, honoré dans le pèlerinage du Tro Breizh. Invoqué contre les calamités publiques, il est aussi le patron des fabricants de bourses, aumônières et porte-monnaie. Les catholiques le fêtent le 1er mai.

Étymologie bretonne[modifier | modifier le code]

Son nom est issu du breton « bri » (dignité) et de la terminaison adjective -euc, devenu eg en breton moderne. En breton, Brieuc se dit Brieg (pron. bri-ec). En français on trouve aussi les formes « Briec » et « Brioc ». Il ne faut pas confondre saint Brieuc avec saint Briac (cf. les communes de Bourbriac et Saint-Briac-sur-Mer).

Biographie[modifier | modifier le code]

Brieuc serait né vers 409[réf. nécessaire], de parents païens (dont le père s'appelait Cerpus et la mère Eldruda), dans le royaume breton de Ceredigion, dans ce qui n'est pas encore le Pays de Galles d'aujourd'hui.

Élève de saint Germain d'Auxerre[réf. nécessaire], missionnaire en Bretagne insulaire[réf. nécessaire], il le suiv sur le continent. Prêtre en 447[réf. nécessaire], il part évangéliser la Bretagne armoricaine continentale, débarque à l'Aber-Wrac'h, et vient fonder un monastère à Tréguier dont il aurait (d'après la Vita Briocii, manuscrit du XIe siècle environ) laissé la direction à son neveu saint Tugdual[1]. Vers 480[réf. nécessaire], il laisse la moitié de ses compagnons et débarque avec 84 moines à l'embouchure du Gouët. Selon la tradition, mauvais accueil et miracles alternent — selon les traditionnelles symboliques : victoire sur le mal et bienfaits de la charité — pour le laisser enfin établir un monastère au lieu dit « le Champ-du-Rouvre » autour duquel naîtra une ville, Saint-Brieuc[2].

Puis il retraverse la Manche, et y fait de nombreuses conversions dans son pays d'origine.

À 70 ans, il revint en Bretagne armoricaine et fonda un autre monastère à l'embouchure du Gouët, sur un terrain que lui donna le comte de Liwil, son parent, qui devint la ville de Saint-Brieuc. Il est mort vers 502[réf. nécessaire]. Une légende rapporte qu'à sa mort les autres moines voient le saint monter au Ciel sous les traits d'une colombe[3].

Iconographie[modifier | modifier le code]

Selon la légende, alors qu'il regagne le soir son monastère avec plusieurs compagnons, ils sont cernés par une horde de loups menaçants qui se disposent en cercle autour d'eux. Il suffit que Brieuc lève la main pour que les loups se dispersent tranquillement et cessent d'inquiéter le groupe. C'est pourquoi le loup est un de ses attributs iconographiques[3].

Il est également parfois représenté avec trois porte-monnaie à la ceinture, symbole de sa générosité pour les pauvres, ainsi qu'une crosse épiscopale bien que Saint-Brieuc n'ait été érigée en évêché par Nominoe qu'en 844[3].

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de la ville de Saint-Brieuc sur infobretagne.com
  2. Chantal Leroy, Dominique de La Rivière, Cathédrales et basiliques de Bretagne, EREME, , p. 133.
  3. a, b et c Michel Priziac, Michel Mohrt, Bretagne des saints et des croyances, Kidour, , p. 39.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.


Sur les autres projets Wikimedia :