Imlil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ne doit pas être confondu avec Imlil dans la région Béni Mellal-Khénifra.

Imlil
Image dans Infobox.
Le village d'Imlil.
Nom officiel
(ar) امليلVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Région
Commune rurale
Préfecture ou province
Localisation géographique
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Fraction (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
22003Voir et modifier les données sur Wikidata

Imlil (en tamazight : ⵉⵎⵍⵉⵍ) est une commune rurale de la Province d'Al Haouz, dans la région Marrakech-Safi, au Maroc. Elle comporte notamment un village homonyme.

Le film Sept ans au Tibet, sorti en 1997, a en partie été tourné à proximité du village.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Imlil, dont le code géographique est 05.081.15.11[1]. et le code postal 22003[2], est située dans le Haut Atlas.

Son village homonyme, à 1 740 m d'altitude[3] et aux portes du parc national de Toubkal, est le point de départ pour l'ascension du mont Toubkal, dont le sommet est le plus haut du Maroc et de l'Afrique du Nord[4]. On peut y accéder depuis Marrakech (64 km) via Asni et depuis Taroudant par le col du Tizi-n-Test[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En arabe, le nom d'Imlil est امليل[1]. Le village homonyme de la commune est parfois surnommé « Petite Chamonix »[6].

Étymologie[modifier | modifier le code]

En berbère, le terme « imlil » désigne une montagne enneigée, le village doit son nom au Djebel Toubkal, se situant à proximité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , le village essuie une terrible inondation liée à de fortes intempéries (pluie de 70 millimètres en 2 heures et demi à peine), dans laquelle 150 personnes (dont 20 à 60 touristes) y laissent la vie[7]. En 2000, le village ne s'était toujours pas remis des dégâts économiques causés par ce cataclysme.

En , deux jeunes femmes — une Danoise et une Norvégienne — sont assassinées près du village d'Imlil par des partisans de l'État islamique[8],[9]. L'ONG l'Observatoire national de lutte contre la corruption et pour la protection des deniers publics propose alors de rebaptiser le site touristique avec les prénoms des deux victimes “Louisa et Maren”[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachement administratif[modifier | modifier le code]

Le village est rattaché à la commune d'Asni, province d'Al Haouz.

Boujloud[modifier | modifier le code]

L'homme à la toison, Bilmawn en berbère (chleuh), Boujloud en arabe[11],[12], est le nom d'un personnage carnavalesque, qui revêt la dépouille de la bête sacrifiée (lors de la fête musulmane du Sacrifice), et durant deux jours participe d'un rite archaïque, encore vivace dans cette partie du Haut-Atlas. L'anthropologue Abdellah Hammoudi l'étudie dans son La Victime et ses masques (1988)[13],[14],[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population légale des régions, provinces, préfectures, municipalités, arrondissements et communes du Royaume d'après les résultats du RGPH 2014 » [xls], Rabat, Haut-Commissariat au plan (consulté le )
  2. « Imlil », sur codepostal.ma (consulté le )
  3. Bulletin de l'Institut scientifique, Rabat, Université Mohammed-V, no 10, 1986, p. 203 [lire en ligne]
  4. Sabrina Belhouari, « Toubkal : Cap sur le plus haut sommet de l’Afrique du Nord », L’Économiste, Casablanca, no 4777,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Maroc : Tourisme de montagne et du désert » [PDF], sur Office national marocain du tourisme, 2004-2005 (consulté le ), p. 19
  6. (en) Carly ElizabethPeruccio, Les Femmes Guides de Montagne : Negotiating Gendered Spaces in Morocco, (lire en ligne [PDF]), p. 38
  7. Digby, Bob. et Bermingham, Susan., Changing environments, Heinemann, , 320 p. (ISBN 0-435-35246-6 et 9780435352462, OCLC 44694324, lire en ligne), p. 8-9
  8. Maroc: authentification d'une vidéo montrant le meurtre d'une des 2 Scandinaves, Le Figaro avec AFP, 20 décembre 2018.
  9. Scandinaves tuées au Maroc: trois suspects arrêtés, selon une source proche du dossier, AFP, 20 décembre 2018.
  10. « Une ONG demande que le site touristique d'Imlil soit rebaptisé Louisa et Maren », sur Al HuffPost Maghreb, (consulté le )
  11. « "Boujloud" ou la saga d’un rite qui refuse de mourir », sur menara.ma (consulté le ).
  12. « “Boujloud”, un rite qui refuse de mourir », sur Libération (consulté le ).
  13. Baduel, Pierre-Robert, « Hammoudi Abdallah, 1988, La victime et ses masques. Essai sur le sacrifice et la mascarade au Maghreb », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 52, no 1,‎ , p. 301–301 (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  14. « Abdellah Hammoudi, Biographie Abdellah Hammoudi, Livres Abdellah Hammoudi », sur seuil.com (consulté le ).
  15. https://anthropology.princeton.edu/people/emeritus-faculty/abdellah-hammoudi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]