Imlil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ne doit pas être confondu avec Imlil dans la région Béni Mellal-Khénifra.

Ne doit pas être confondu avec Imlili.
Imlil
Village d'Imlil.JPG
Le village d'Imlil.
Nom officiel
(ar) امليلVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Région
Commune rurale
Préfecture ou province
Localisation géographique
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Commune rurale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
22003Voir et modifier les données sur Wikidata

Imlil est une commune rurale de la Province d'Al Haouz, dans la région Marrakech-Safi, au Maroc. Elle comporte notamment un village homonyme.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Imlil, dont le code géographique est 05.081.15.11[1]. et le code postal 22003[2], est située dans le Haut Atlas.

Son village homonyme, à 1 740 m d'altitude[3] et aux portes du parc national de Toubkal, est le point de départ pour l'ascension du mont Toubkal, dont le sommet est le plus haut du Maroc et de l'Afrique du Nord[4]. On peut y accéder depuis Marrakech (64 km) via Asni et depuis Taroudant par le col du Tizi-n-Test[5].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En arabe, le nom d'Imlil est امليل[1]. Le village homonyme de la commune est parfois surnommé « Petite Chamonix »[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune d'Imlil, créée en 1959[7], fait partie des 801 communes formées sous le règne de Mohammed V lors du premier découpage communal qu'a connu le Maroc[8], une fois redevenu indépendant. Elle se trouvait alors dans feue la province de Marrakech, alors que le Maroc comptait 18 préfectures et provinces[7] (contre 75 de nos jours).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachement administratif[modifier | modifier le code]

Au sein de la province d'Azilal, dans le cadre de la déconcentration en milieu rural, la commune d'Ismil est notamment rattachée au cercle d'Oultana, tout comme les communes d'Aït Blal, d'Aït Majden, d'Ouaoula, de Sidi Boulkhalf et de Tifni[1].

Conseil communal[modifier | modifier le code]

Le président du conseil communal est Abdelhakim Harbili, affilié au Parti de l'Istiqlal[9] (actuel mandat : 2015-2021).

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement au Maroc de 2014, la population de la commune d'Imlil était de 10 435 habitants et incluait 2 035 ménages et 3 étrangers[1].

Boujloud[modifier | modifier le code]

L'homme à la toison, Bilmaun en arabe, Boujloud en berbère[10],[11], est le nom d'un personnage carnavalesque, qui revêt la dépouille de la bête sacrifiée (lors de la fête musulmane du Sacrifice), et durant deux jours participe d'un rite archaïque, encore vivace dans cette partie du Haut-Atlas. L'anthropologue Abdellah Hammoudi l'étudie dans son La Victime et ses masques (1988)[12],[13],[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Population légale des régions, provinces, préfectures, municipalités, arrondissements et communes du Royaume d'après les résultats du RGPH 2014 » [xls], Rabat, Haut-Commissariat au plan (consulté le 6 janvier 2017)
  2. « Imlil », sur codepostal.ma (consulté le 7 janvier 2017)
  3. Bulletin de l'Institut scientifique, Rabat, Université Mohammed-V, no 10, 1986, p. 203 [lire en ligne]
  4. Sabrina Belhouari, « Toubkal : Cap sur le plus haut sommet de l’Afrique du Nord », L’Économiste, Casablanca, no 4777,‎ (lire en ligne)
  5. « Maroc : Tourisme de montagne et du désert » [PDF], sur Office national marocain du tourisme, 2004-2005 (consulté le 6 janvier 2017), p. 19
  6. (en) Carly ElizabethPeruccio, Les Femmes Guides de Montagne: Negotiating Gendered Spaces in Morocco, (lire en ligne [PDF]), p. 38
  7. a et b « Décret no 2-59-1834 du 1er joumada II 1379 (2 décembre 1959) créant et énumérant les communes urbaines et rurales du Royaume », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 2458,‎ , p. 2047 (lire en ligne [PDF])
  8. Saïd Boujrouf and Elmostafa Hassani, « Toponymie et recomposition territoriale au Maroc : Figures, sens et logiques », L'Espace politique, no 5,‎ (lire en ligne)
  9. « Données sur les collectivités territoriales », sur Portail national des collectivités territoriales, mis à jour le 9 novembre 2015 (consulté le 6 janvier 2017)
  10. http://www.menara.ma/fr/menara-mag/culture/2014/09/29/1380890-boujloud-ou-la-saga-d%E2%80%99un-rite-qui-refuse-de-mourir.html
  11. https://www.libe.ma/Boujloud--un-rite-qui-refuse-de-mourir_a54640.html
  12. http://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1989_num_52_1_2311_t1_0301_0000_2
  13. http://www.seuil.com/auteur/abdellah-hammoudi/2872
  14. https://anthropology.princeton.edu/people/emeritus-faculty/abdellah-hammoudi

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) James Andrew Miller, Imlil : A Moroccan Mountain Community in Change, Boulder, Westview Press, , 285 p. (ISBN 9780865319806, OCLC 9826474)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]