Frotteurisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le frotteurisme est une paraphilie dans laquelle un individu tente à rechercher le contact physique avec des personnes principalement non consentantes, dans des endroits publics, et dans le but d'en retirer une jouissance d'ordre plus ou moins sexuel[1].

Comportement[modifier | modifier le code]

Le terme « frotteurisme » est dérivé du verbe français « frotter » et le terme « frotteur » est utilisé pour décrire un individu atteint de frotteurisme. La majorité des frotteurs sont des hommes et la majorité des victimes sont des femmes[2] bien que les frotteurs féminins sur masculins, féminins sur féminins et masculins sur masculins existent. Le frotteurisme adulte sur des enfants peut être un stade primaire de pédophilie[3]. Cette activité est souvent pratiquée lors de circonstances durant lesquelles la victime ne peut facilement y répondre, par exemple dans des endroits où l'affluence est forte (métro, concerts…).

Législations[modifier | modifier le code]

Habituellement, de tels contacts non-consentis sont perçus en tant qu'offense criminelle: une forme d'agression sexuelle souvent classée en tant que pénalité mineure[réf. nécessaire].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Kumi Sasaki, jeune japonaise installée à Paris, raconte dans Tchikan[4] ses années d’écolière à Tokyo harcelée par les «frotteurs» du métro. « Kumi Sasaki bascule dans le monde des tchikan, ces prédateurs sexuels avides d’attouchements et de caresses qui peuvent aller jusqu’au viol. Le phénomène au Japon, que l’on pourrait assimiler aux «frotteurs» des réseaux franciliens, responsables de 267 000 agressions en 2014 et 2015, est loin d’être anecdotique »[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fotteurisme sur Larousse.fr
  2. (en) UCSB's SexInfo
  3. (en) Protéger nos enfants
  4. Emmanuel Arnaud & Kumi Sasaki, Tchikan, Préface de Ghada Hatem, éd. Thierry Marchaisse, , 128 p. (ISBN 978-2-36280-188-4)
  5. Arnaud Vaulerin, « Kumi Sasaki, menue frottée », Libération,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]