Save the Children

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Save the Children
Logo SavetheChildren.png
Logo de Save the Children.
Save the Children, Westport, CT, USA 2012.jpg
Bâtiment de Save the Children à Westport (Connecticut).
Histoire
Fondation
Cadre
Zone d'activité
Type
Aide humanitaire
Association à but non lucratif
Organisation non gouvernementale internationale
Forme juridique
Siège
Pays
Langue
Organisation
Effectif
15 920 employés (), 17 066 employés (), 17 099 employés (), 16 495 employés (), 17 528 employés ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs
Eglantyne Jebb, Dorothy Buxton (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Direction
Inger Ashing (d) (depuis ), Helle Thorning-Schmidt (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d'affaires
905 509 004 livre sterling (), 945 262 441 livre sterling (), 970 125 000 livre sterling (), 900 331 740 livre sterling (), 876 468 492 livre sterling ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Récompenses
Prix Princesse des Asturies de la concorde ()
Annette Thommessens minnepris ()
DZI Seal-of-ApprovalVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Save the Children est une ONGI qui défend les droits de l'enfant à travers le monde[1]. Cette organisation se présente comme « le plus grand mouvement mondial indépendant œuvrant pour les enfants ».

Structure[modifier | modifier le code]

Elle s'est constituée en alliance internationale (Alliance International Save the Children[2]) dont le secrétariat est à Londres et qui chapeaute et coordonne les 27 bureaux nationaux de Save the Children. Chaque bureau travaille en faveur des enfants de son pays, mais aussi à l'échelle internationale.

À New York, Genève et Bruxelles, Save the Children dispose de bureaux « politiques » engagés dans le travail d'influence, que ce soit sur les Nations Unies ou l'Union européenne, afin d'optimiser la coordination avec les Nations unies et les autres.

Save the Children est active dans plus de 110 pays[3], dans les domaines de l'aide humanitaire d'urgence comme de l'aide au développement sur le long terme, à travers le parrainage d'enfants.

Historique[modifier | modifier le code]

Création et débuts[modifier | modifier le code]

Mémorial à Eglantyne Jebb, fondatrice de l'Union internationale de protection de l'enfance sur le terrain du CICR à Genève.

L'histoire[4] de Save the Children débute à Londres en 1919, avec la création de la première association Save the Children. L'année suivante, l'« Union internationale » est fondée. Elle sera à l'avant-garde de la lutte pour les droits de l'enfance à l'échelle internationale, puisque c'est elle qui préparera la « Déclaration de Genève », adoptée par la Société des Nations en 1924 et prélude à la Convention internationale des droits de l'enfant de 1989.

Durant la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale, Save the Children continue ses activités, en particulier grâce aux organisations des pays neutres qui agiront pour le compte de celles des pays en guerre.

L'Alliance internationale est formellement[Quoi ?] créée en juin 1989[réf. nécessaire], soit quatre mois avant l'adoption[5] de la Convention relative aux droits de l'enfant, qui sert de base à toute l'action de Save the Children.

L'ONG cesse ses activités en Corée du Nord en 2018, ne pouvant plus délivrer d'aide humanitaire à cause des sanctions internationales[6].

En , Frontex, l'agence européenne responsable de la coordination des activités des garde-frontières dans le maintien de la sécurité des frontières de l'Union avec les États non-membres, accuse les organisations caritatives, dont Save the Children, de collusion avec les passeurs de migrants en Méditerranée. Un rapport confidentiel indique que des migrants avaient reçu « des indications claires avant le départ sur la direction précise à suivre pour atteindre les bateaux des ONG »[7].

En mars 2021, des responsables de Save the Children, Médecins sans frontières et Jugend Rettet sont accusés d’avoir facilité le trafic de migrants, notamment en communiquant avec les trafiquants[8],[9]. L’ONG est notamment mise en cause par des vidéos retrouvées par la police lors d’une perquisition : le 26 juin 2017, au large de la Libye, le navire affrété par l’ONG avait été approché par un complice des passeurs avant que n’arrivent finalement les deux embarcations de migrants[10]. Save the children a répondu avoir « toujours agi dans le respect de la loi et du droit international en coopération constante avec le centre de coordination de contrôle de Rome», expliquant avoir pour seul but de «sauver des vies humaines »[8].

Attaques contre Save the Children[modifier | modifier le code]

Au Tchad, le , dans le convoi entre Farchana et Hajir Hadid, Pascal Marlinge, 49 ans, travailleur humanitaire français chef de l'antenne de Save the Children à Abéché est abattu d'une balle dans la tête[11],[12].

Le , le siège de l'ONG à Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan, est attaqué[13].

Save the Children et le réalisateur Ken Loach[modifier | modifier le code]

En 1969, Save the Children avait commandé un film à Ken Loach, mais le résultat (The Save the Children Fund Film) a tellement déplu à l'association qu'elle a cherché à en détruire les copies[14].

Liste partielle des dirigeants[modifier | modifier le code]

Directeurs générauxVoir et modifier les données sur Wikidata
IdentitéPériodeDurée
DébutFin
Helle Thorning-Schmidt[15]
(née en )
3 ans
Inger Ashing (d)[16]
(née en )

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Clare Mulley, La femme qui a sauvé les enfants : une biographie d'Eglantyne Jebb Fondatrice de Save the Children, Oneworld Publications, 2009, 350 p. (ISBN 978-1851686575)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site officiel Save the Children
  2. (en) Structure internationale de Save the Children, sur www.savethechildren.net
  3. Lieux d'Intervention : Régions - Save the Children
  4. Historique de Save the Children - Save the Children
  5. (en) savethechildren : Notre histoire. En 1989, l'Assemblée générale des Nations unies a voté la Convention relative aux droits de l'enfant.
  6. En Corée du Nord, les sanctions de l'ONU ralentissent l'aide humanitaire, France Info, 28 novembre 2018
  7. (en) EU border force accuses charities of collusion with migrant smugglers, Financial Times, 15 décembre 2016
  8. a et b Antoine Harari avec Marco Bova, Trois ONG de sauvetage en mer accusées de complicité avec les passeurs criminels, letemps.ch, 11 mars 2021
  9. (it) « Migranti, le foto che accusano la ong: “Il capitano proteggeva gli scafisti” », sur la Repubblica, (consulté le )
  10. Paul Sugy, Les ONG qui sauvent des migrants en mer sont-elles de mèche avec les passeurs ?, lefigaro.fr, 11 novembre 2022
  11. « Un humanitaire français tué au Tchad » Article publié le 1er mai 2008 dans Libération
  12. « Le corps de l'humanitaire tué est arrivé en France » Article publié le 1er mai 2008 dans Le Figaro
  13. « Afghanistan : l’ONG Save the Children, à Jalalabad, cible d’une attaque », sur Le Monde.fr (consulté le )
  14. Ken Loach : son documentaire censuré pendant 42 ans, Cédric Mal, 13 septembre 2011, sur Le Blog documentaire.
  15. « https://www.savethechildren.net/news/global-child-rights-leader-inger-ashing-lead-save-children-international »
  16. « https://www.savethechildren.net/our-ceo »

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]