Pont noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ponts-Noirs)
Aller à : navigation, rechercher
Pont noir
Image illustrative de l'article Pont noir
Géographie
Pays France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Tréguier - Plouguiel
Coordonnées géographiques 48° 47′ 27″ N, 3° 13′ 52″ O
Fonction
Franchit le Guindy
Fonction Pont routier
Caractéristiques techniques
Type Pont en poutre-caisson
Longueur 95 m
Portée principale 79 m
Largeur 10,80 m
Matériau(x) Béton précontraint
Construction
Mise en service 1972

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Pont noir

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Pont noir

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont noir

Le « Pont noir » (ou les « ponts noirs ») est (étaient) le(s) pont(s) reliant les communes de Tréguier et Plouguiel, en Bretagne, en France, franchissant le Guindy environ 400m avant la confluence avec le Jaudy. La passerelle Saint-François se situe 550m en amont.

Le pont actuel est le cinquième "pont noir".

Histoire[modifier | modifier le code]

Ponts routiers anciens[modifier | modifier le code]

Premier pont (1878-?)[modifier | modifier le code]

Un premier pont en bois est construit en 1878.

Second pont[modifier | modifier le code]

Il est remplacé par un éphémère pont en pierre à 3 arches, l'une d'elles s'effondrant en juillet 1891 lors de la dépose des cintres ayant servi à sa construction. Il ne fut jamais mis en service.

Troisième pont (1894-1972)[modifier | modifier le code]

Les piles de ce pont vont alors servir pour la construction d'un nouveau pont à poutres en treillis métalliques type Pratt à tablier supérieur de 3 travées. Le pont faisait 75 m de long. Chaque travée faisait 24,8 m de long, 6 m de large et pesaient 60 t. Le pont est mis en service en mars 1894.

L'originalité de ce pont tenait à son mode de construction. La configuration du site ne permettait pas de "lancer" le tablier d'une des rives vers l'autre et le coût d'un échafaudage s'avérait exorbitant. Le système Briand consistait à amarrer plusieurs chalands à couple au port de Tréguier, à proximité de là où les fers des travées étaient débarqués par bateau[1], et de les aménager en plate-forme surélevée sur laquelle commençait l'assemblage de la première travée. Une fois cette dernière opération terminée, l'ensemble était amené et positionné sur le site du chantier à marée haute, la travée se posant sur ses piles quand la marée baissait. La plate-forme était alors ramenée au port pour l'assemblage de la travée suivante [2]. Ci-dessous, les dates de pose des travées:

Il existe une gravure du procédé utilisé dans l'hebdomadaire L'illustration[6].

Ce pont a été démoli en 1972 à la suite de la mise en service du pont actuel. Les culées sont encore visibles sur les deux rives du Guindy.

Pont ferroviaire (1906-1949)[modifier | modifier le code]

À côté de ce dernier pont routier, est construit un pont ferroviaire en arc à tablier intermédiaire construit par Louis Auguste Harel de La Noë pour les Chemins de Fer des Côtes-du-Nord. Il est mis en service le 11 août 1906 avec l'inauguration de la ligne de Tréguier à Perros. Il suivait à peu près le tracé du pont actuel.

La portée principale était de 88 m. Elle est composée d'un grand arc métallique en parabole à trois articulations de 54 m de long et de 100 m de rayon, complété de part et d'autre par une charpente triangulaire en acier et béton armé de 17 m de long, au-dessus du tablier. La partie du tablier de la portée principale reposait sur deux corbeaux en acier et béton armé de 8,50 m de déport par rapport aux piles principales. Avec la rampe côte Tréguier et les deux passerelles d'accès, en maçonnerie et béton armé, la longueur totale de l'ouvrage était d'environ 195 m[7].

La ligne de chemin de fer ferme le 15 avril 1949 et le pont est démoli en 1952. Une partie de la pile principale rive gauche (côté Plouguiel) est encore visible, et sert d'appui au pont actuel. Sur la rive droite (côté Tréguier), la base de la pile principale et les ancrages du corbeau sont visibles à marée basse à côté du pont actuel.

En plus des deux ponts routier et ferroviaire, une "passerelle" (plutôt un mur de soutènement) permettait d'accéder aux deux anciens ponts côté rive gauche (côté Plouguiel). Celle-ci existe encore et est toujours utilisée pour l'accès au pont actuel.

Pont routier actuel[modifier | modifier le code]

Le pont noir actuel est inauguré en 1972. Il supporte la départementale n°8, route de Plougrescant à Gouarec.

Description[modifier | modifier le code]

C'est un pont en poutre-caisson en béton précontraint d'une seule portée de 79 m. La poutre-caisson fait 6,00 m de large. Le tablier a une largeur hors-tout de 10,80 m, soit un encorbellement de 2,40 m de part et d'autre de la poutre-caisson. Il supporte une route à deux fois une voie, chaque voie faisant 3,50 m de large, encadrée par deux trottoirs de 1,55 m de largeur utile chacun, auxquels il faut ajouter 35 cm pour les garde-corps et le parement.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les différents ponts doivent leur nom à la proximité d'un rocher situé à la confluence du Jaudy et du Guindy appelé La Roche Noire, plus connu des cartes de marine sous le nom du tas de fumier [8]. À Plouguiel, le lieu-dit où se situe le pont s'appelait donc La Roche Noire, et correspond aujourd'hui au bas de l'actuelle rue de Tréguier. La partie du ria du Guindy qui va de la confluence jusqu'au premier méandre s'appelle l'Anse de la Roche Noire[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrivée des premiers fers du pont noir le 24 décembre 1893, vapeur Hirondelle, "Journal de Tréguier", 20e année - n°52 du 30 décembre 1893 - page 2-3
  2. Description du procédé Briand sur le "Journal de Tréguier", 21e année - n°9 du 3 mars 1894 - page 3
  3. "Journal de Tréguier", 21e année - n°4 du 27 janvier 1894 - page 3
  4. "Journal de Tréguier", 21e année - n°6 du 10 février 1894 - page 2
  5. "Journal de Tréguier", 21e année - n°8 du 24 février 1894 - page 2
  6. "L'illustration" n°2659 du 16 février 1894 - page 117
  7. La passerelle et pile côté Plouguiel faisait 12m (plan). La rampe, passerelle et pile masse, côté Tréguier faisait ~95m (estimation sur photo aérienne)
  8. Carte SHOM 7126L - De l'Île Balanec aux Héaux-de-Bréhat - Cours du Jaudy
  9. Le lieu-dit, l'anse et le rocher de "La Roche Noire" sont mentionnés sur les anciennes cartes d'état major (Cf Géoportail), et sur les plans du cadastre de 1834 (Commune de Plouguiel, section B, feuille n°3 - Archives départementales des Côtes d'Armor)

Liens internes[modifier | modifier le code]