Pont Chateaubriand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont Chateaubriand
Image illustrative de l’article Pont Chateaubriand
Géographie
Pays France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor, Ille-et-Vilaine
Commune Plouër-sur-Rance, La Ville-es-Nonais
Coordonnées géographiques 48° 32′ 13″ N, 1° 58′ 17″ O
Fonction
Franchit Rance (fleuve)
Fonction Pont routier (RN176)
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 424 m
Portée principale 250 m
Matériau(x) Béton armé
Construction
Construction 1991
Architecte(s) Jacques Mathivat, Auguste Arsac, Charles Lavigne
Entreprise(s) Campenon-Bernard, CFEM
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Pont Chateaubriand
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
(Voir situation sur carte : Bretagne)
Pont Chateaubriand
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Pont Chateaubriand

Le Pont Chateaubriand est un pont en arc qui supporte la RN 176 permettant de relier la ville de Plouër-sur-Rance (Côtes-d'Armor) à celle de La Ville-es-Nonais (Ille-et-Vilaine) au-dessus de la Rance en Bretagne.

Le pont est le point d'étranglement de la RN 176 qui relie la Bretagne à la Normandie, il appartient à la seule portion de 3.5km en 2x1 voies. La RN 176 est un axe en 2x2 voies, utilisée par beaucoup de touristes, notamment de région parisienne, mais aussi par de nombreux poids-lourds, et elle fait le lien entre les pays de Dinan et de Saint-Malo, qui sont très proches. Elle permet aussi aux Malouins de relier le reste de la Bretagne. Pour ces raisons un doublement des voies du pont Chateaubriand doit débuter en 2020[1]. Plusieurs scénarios ont été envisagés, et c'est finalement le doublement avec un élargissement du pont existant qui a été retenu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. « Doublement de la RN 176 : le projet aboutit enfin », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2017)