Pont suspendu d'Ancenis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pont Bretagne-Anjou
Image illustrative de l’article Pont suspendu d'Ancenis
Géographie
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique, Maine-et-Loire
Commune Ancenis, Orée d'Anjou
Coordonnées géographiques 47° 21′ 44″ N, 1° 10′ 36″ O
Fonction
Franchit Loire (fleuve)
Fonction Pont routier
Caractéristiques techniques
Type Pont suspendu
Longueur 412 m
Portée principale 238 m
Matériau(x) Béton armé,acier, pierre
Construction
Construction 18 janvier 1953
Concepteur Jean Courbon
Entreprise(s) LRPC de Bordeaux (surveillance acoustique), ADVITAM, Baudin Châteauneuf, Entreprises Limousin

Le pont suspendu d'Ancenis, officiellement baptisé pont Bretagne-Anjou et parfois dénommé pont Anjou-Bretagne[1], est un pont qui franchit la Loire à hauteur de Ancenis (Loire-Atlantique) sur la rive nord, pour rejoindre Orée d'Anjou (Maine-et-Loire) sur la rive sud, par la route départementale D 763 dans la région Pays de la Loire en France.

D'importants travaux ont débuté, en 2013, pour une durée de trois ans, avec notamment le changement complet des câbles porteurs, ainsi que des travaux de peinture pour éviter la corrosion de la charpente.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première construction d'un pont à Ancenis date de 1838, sur décret du , et est ouvert à la circulation le , en remplacement du bac. Le concepteur de cet ouvrage est Marc Seguin et l'entreprise chargée de la réalisation est Seguin & Frères. La durée de concession, pour les entrepreneurs, s'étale sur 35 ans. Il s'agit également d'un pont suspendu mais à travées multiples. Selon les archives Seguin, il totalise 400 m pour 6 travées et 5 piles, la plus grande portée atteignant 91 m[2].

Une innovation, pour les ponts suspendus de l'époque, est apportée par Ferdinand Arnodin : il change le système d'amarrage fixe des câbles porteurs afin que l'on puisse modifier leurs tensions. Le but de l'opération est de pouvoir changer un des filins composant le câble porteur tout en conservant sa fonction, à savoir retenir le tablier, lors d'opérations d'entretien. Cela permet d'éviter des installations et des travaux complexes, à l'avenir, sur ces problèmes récurrents, car les protections contre l'oxydation de l'acier, à cette époque, ne sont pas efficaces à long terme[3],[2].

Descriptif[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est un pont suspendu de 412 m de longueur totale, avec une travée centrale de 238 m. Les piles, réalisées dans le lit du fleuve, sont en maçonneries à appareillages réguliers. Elles sont surplombées de pylônes latéraux, en béton armé, qui retiennent les câbles porteurs. Le tablier est constitué de deux poutres de rigidité latérales, en treillis de type Town, retenues par les suspentes à l'intersection des croisillons des poutres.

On peut remarquer, sur le maillage en losange, entre les entretoises des pylônes, des blasons représentant les armoiries de Bretagne, pour la pile située rive droite, et les fleurs de lys d'or des armoiries d'Anjou rive gauche. Le pont est devenu, depuis sa première construction, un symbole du passage de Bretagne en Anjou.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Trafic routier[modifier | modifier le code]

Le Pont Bretagne-Anjou est un passage important au-dessus de la Loire, à la frontière des deux départements, puisqu'il totalise un flux d'environ 14 000 véhicules par jour (chiffre ). Ce chiffre englobe également le trafic de poids lourds qui représente 14 %, soit près de deux mille camions qui empruntent la voie chaque jour. Les travaux de 2013 visent à assurer l'ouverture continuelle du pont d'ici à ce qu'un éventuel futur passage plus important soit envisagé, désengorgeant la ville d'Ancenis et l'actuel pont très sollicité[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Ancenis - Blue Bridge .jpg

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Vannier, Les ponts de la Loire. De sa source à l’Atlantique, CPE éditions,

Sources et références[modifier | modifier le code]