Pont de Térénez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Térénez.
Pont de Térénez
Image illustrative de l'article Pont de Térénez
Géographie
Pays France
Région Bretagne
Département Finistère
Commune Argol - Rosnoën
Coordonnées géographiques 48° 16′ 09″ N, 4° 15′ 47″ O
Fonction
Franchit Aulne
Fonction Pont routier sur la route départementale 791
Caractéristiques techniques
Type Pont à haubans
Longueur 515 m
Matériau(x) Béton armé et acier
Construction
Inauguration
Mise en service
Architecte(s) Charles Lavigne
Ingénieur(s) Michel Virlogeux
Maître(s) d'œuvre Conseil général du Finistère
Maître d'ouvrage Conseil général du Finistère

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Pont de Térénez

Géolocalisation sur la carte : Finistère

(Voir situation sur carte : Finistère)
Pont de Térénez

Géolocalisation sur la carte : rade de Brest

(Voir situation sur carte : rade de Brest)
Pont de Térénez

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Pont de Térénez

Le pont de Térénez enjambe l'Aulne entre Argol et Rosnoën sur la route départementale 791 qui relie Crozon au Faou. Il est situé dans le Finistère et est considéré comme un élément essentiel de désenclavement pour la presqu'île de Crozon, si l'on ne veut pas faire un détour de 47 km pour passer par Châteaulin afin de rejoindre le Nord-Finistère.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la construction du pont, la traversée de l'Aulne se faisait par bacs afin d'assurer la continuité de la route nationale. Les accidents étaient très nombreux, notamment les jours de foire en raison d'un bac à fond plat et peu manœuvrable qui était emporté par le courant des marées et chavirait. L'Aulne engloutissait les hommes, les chevaux et les marchandises.

Article détaillé : Aulne (fleuve).

Pont de 1925[1][modifier | modifier le code]

Le premier pont de Térénez a été construit entre 1913 et 1925. C'était un pont suspendu d'une longueur de 350 m, dont 272 m pour la portée principale. Le 13 décembre 1925, il est ouvert à la circulation et est, à l'époque, le plus grand pont suspendu d'Europe. Ce pont de Térénez aurait été détruit le 24 août 1944 par l'armée allemande, afin de retarder l'avance des troupes alliées ; des témoins affirment qu'il fut détruit par des bombardements américains, en même temps que ceux-ci bombardaient la ville de Telgruc, à proximité.

Pont de 1952[2][modifier | modifier le code]

Pont de 1952, vue du pylône sud

Le nouveau pont, basé sur ses piles d'origine, n'est terminé qu'en 1952. C'est un pont suspendu, comme le précédent, qui reprend les mêmes mensurations : longueur de 350 m, dont 272 m pour la portée principale. Malheureusement, la pénurie de matériaux de qualités à l'époque entraîne l'utilisation de ciment de mauvaise qualité. Le pont contracte alors le « cancer du béton » (alcali-réaction) et se trouva à partir de 1992 sous étroite surveillance, année du constat. Il fut déconstruit bien après la mise en service du nouveau pont, faute de budget, les travaux commencèrent début 2014 pour s'achever fin 2014. Il fut scié en plusieurs tronçons, les deux extrémités du premier pont de 1925 furent conservées et servent actuellement de belvédère.

Pont de 2011[3][modifier | modifier le code]

En 1998, le projet retenu s'oriente vers une reconstruction du pont de Térénez à proximité du pont actuel. L'option majeure est d'offrir des accès en courbe pour fluidifier la circulation. Sur le pont de 1951, les accès à angle droit ne permettaient pas le croisement d'un semi-remorque et d'un autre véhicule, l'un devant céder le passage à l'autre[4].

Le chantier a débuté le 19 avril 2007. Les boîtes d'ancrage des haubans, au sommet des piliers, ont été respectivement hissées le 7 juillet 2009 en rive gauche (côté Argol sur la presqu'île) et le 13 janvier 2010 en rive droite (côté Rosnoën). La première moitié de la structure, à partir du pilier rive gauche, a été achevée fin mars 2010 et l'ensemble de la structure, reliant les deux rives, fin août 2010. L'inauguration a eu lieu le week-end des 16 et 17 avril 2011 : samedi 16 avril, inauguration et passage symbolique du Tour cycliste du Finistère sur le nouveau pont. Dimanche 17 avril, fermeture totale de l'axe routier avec animations et accès aux deux ponts uniquement réservés aux piétons, cavaliers et véhicules anciens de collection. Ce magnifique ouvrage d'art a ensuite été ouvert définitivement à la circulation ce même jour aux alentours de 23 h. Il est le premier pont courbe à haubans de France, de 515 m de portée dont 285 m pour la travée centrale. L'ouvrage a été conçu par l'architecte Charles Lavigne et l'ingénieur Michel Virlogeux. Thomas Lavigne et Christophe Cheron ont assuré le suivi architectural de l'ouvrage pendant le chantier. C'est une première mondiale, jamais un pont à haubans de forme circulaire n'avait été construit[5]. L'ouvrage est récompensé en 2013 par le World Infrastructure Award et en 2014 par le prix du plus bel ouvrage d’art remis par la Fédération international du béton[6]. Il détient le record du monde de portance en courbe et sans support[7].

Déconstruction du pont de 1952[modifier | modifier le code]

Inutilisé depuis l'ouverture du nouvel ouvrage, il est décidé en 2013 de détruire l'ancien pont de 1952. Le site étant classé Natura 2000, le pont sera déconstruit afin de recycler une partie des matériaux qui le constituent, et d'étudier (dans un laboratoire de Saint-Brieuc) certains éléments des pylônes atteints d'alcali-réaction. Des belvédères seront conservés sur chaque rive[8].

Le chantier a débuté au début du mois de [9]. Le tablier central est totalement démonté en juillet 2014. En octobre 2014, c'est au tour des pylônes d'être progressivement démantelés. Début 2015, le chantier est achevé et les anciennes arches du premier pont sont aménagées, ce sont désormais deux belvédères, permettant ainsi d'observer le nouveau pont.

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pont de Térénez (Rosnoën/Argol, 1925) », sur Structurae,‎ (consulté le 13 décembre 2013)
  2. « Pont de Térénez (Rosnoën/Argol, 1951) », sur Structurae,‎ (consulté le 13 décembre 2013)
  3. « Pont de Térénez (Rosnoën/Argol, 2011) », sur Structurae,‎ (consulté le 13 décembre 2013)
  4. « Le pont de Térénez », sur Planète TP,‎ (consulté le 13 décembre 2013)
  5. « Le pont de Térénez », sur Conseil général du Finistère (consulté le 13 décembre 2013)
  6. Olivier Baumann, « Le pont de Térénez mondialement récompensé », sur www.lemoniteur.fr,‎
  7. « Pont de Térénez. Le prix international du plus bel ouvrage d'art », sur www.letelgramme.fr,‎ (consulté le 26 février 2014)
  8. « Térénez. L'ancien pont démoli à partir de janvier », sur Le Télégramme,‎ (consulté le 12 décembre 2013)
  9. « Ancien pont de Terenez. Les travaux de déconstruction vont débuter », sur Ouest-France,‎ (consulté le 10 janvier 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Contient de nombreuses photos des trois ponts successifs de Térénez.
  • Stéphane Calas, Stefan Bernhard et al., « Le nouveau pont de Térénez (Finistère) », Travaux, no 879,‎ , p. 74-84

Liens externes[modifier | modifier le code]