Gare de Saint-Brieuc-Centrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Brieuc-Centrale
Image illustrative de l'article Gare de Saint-Brieuc-Centrale
La gare en 1905
Localisation
Pays France
Ville Saint-Brieuc
Quartier Centre ville
Adresse Boulevard Waldeck-Rousseau
Coordonnées géographiques 48° 30′ 43″ nord, 2° 45′ 19″ ouest
Gestion et exploitation
Exploitant Chemins de fer des Côtes-du-Nord
Caractéristiques
Voies 4
Historique
Mise en service 1905
Fermeture 31 décembre 1956
Architecte Louis Harel de la Noë
Protection  Inscrit MH (2014)

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saint-Brieuc-Centrale

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Saint-Brieuc-Centrale

Géolocalisation sur la carte : Saint-Brieuc

(Voir situation sur carte : Saint-Brieuc)
Saint-Brieuc-Centrale

La gare de Saint-Brieuc-Centrale[n. 1] est une ancienne gare ferroviaire française située sur le territoire de la commune de Saint-Brieuc, préfecture du département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne. Elle était desservie par le réseau départemental à voie métrique des Chemins de fer des Côtes-du-Nord.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Plan des installations ferroviaires à Saint-Brieuc : la gare est le no 5.

Le réseau départemental était articulé autour de la préfecture du département : Saint-Brieuc. C'est dans cette ville qu'a été construit la gare centrale, centre névralgique du réseau. Cette gare était le point de départ de 4 lignes : Plouha, Le Phare, Moncontour et la gare de l'Ouest.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

La gare est l’œuvre de l'ingénieur Louis Harel de la Noë, et a été construite de 1902 à 1905. La voûte soutenant la charpente, décrit la courbe d'une chaînette renversée. L'architecte David Cras s’est chargé de la reconversion du bâtiment, en 1995[1]. Le bâtiment a été préservé sous l'action de l'Association des Chemins de Fer des Côtes-du-Nord.

La marquise offrait quatre voies couvertes. Un bâtiment situé latéralement à la marquise servait de bâtiment voyageur et de centre administratif du réseau.

Plusieurs bâtiments ont été ajoutés au cours de l'évolution du réseau.

Préservation[modifier | modifier le code]

A la fermeture du réseau départemental le , la gare a été utilisée en tant que gare routière. Le bâtiment reconverti est aujourd'hui utilisé comme restaurant universitaire[2]. Les parties subsistantes de la gare ont été inscrites, au titre des monuments historiques, le [3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On retrouve cette gare sous plusieurs noms : Gare centrale, gare départementale, gare des chemins de fer départementaux, etc. (sans compter ses affectations ultérieures).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bretagne, un siècle d’architectures, Patrick Dieudonné (dir.), 2001, ISBN 2-84362-116-X, p. 26-27.
  2. Structurae, « Restaurant Universitaire de Saint-Brieuc », sur structurae.info (consulté le 15 janvier 2016).
  3. « Ancienne gare ferroviaire départementale », notice no PA22000045, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Lépine, Louis Harel de la Noë, (1852-1931), un grand ingénieur breton, Presses de l'école nationale des Ponts et Chaussées, 2003 (ISBN 2859783814).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]