Passerelle du Collège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Passerelle du Collège
image illustrative de l’article Passerelle du Collège
Géographie
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Commune Lyon
Coordonnées géographiques 45° 45′ 56″ N, 4° 50′ 23″ E
Fonction
Franchit Rhône

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Passerelle du Collège

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Passerelle du Collège

À Lyon, la passerelle du Collège est un pont suspendu au-dessus du Rhône. Cette passerelle débouche rive droite sur le passage Ménestrier inclus dans ce qui fut le collège de la Trinité - fondé en 1519 - appelé par la suite le Grand Collège sous l'Ancien Régime (le Petit Collège étant sur la place du même nom dans le Vieux Lyon) et devenu le Lycée Ampère.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette passerelle fut construite au XIXe siècle sous la pression des habitants de la rive gauche (quartier des Brotteaux, alors en plein essor) qui ne disposaient pas de lycée public : celui de jeunes filles n'apparut qu'à la fin du XIXe siècle et celui du Parc qu'après la Première Guerre mondiale. La passerelle permettait aux élèves de ne pas faire le détour par les ponts Morand et Lafayette et de traverser en sécurité.

La compagnie des ponts du Rhône fut mise en demeure en 1842 et fut obligée à la réalisation et un projet est approuvé dès le mois de juillet. La passerelle en « fils de fer » repose toujours sur trois piles, dont les enrochements sont renouvelés de temps à autre, et comporte trois travées de 96 m au centre et de 42,5 m sur les côtés dont la largeur est de 4 m.

La construction fut marquée par un accident tragique : les travaux étaient presque achevés, lorsque le un boulon retenant un câble dans sa gaine se cassa. La passerelle s'écroula et huit ouvriers se noyèrent. Les travaux reprirent immédiatement et on put circuler sur l'ouvrage le .

La passerelle est en partie détruite à la Libération en 1944. Une des piles est reconstruite quasiment à l'identique en pierres appareillées (celle du milieu porte une inscription commémorative). La passerelle est enfin rouverte au public le . Depuis lors, ce passage pour piétons du quai Jean-Moulin au quai Général-Sarrail est très fréquenté.

Sources[modifier | modifier le code]