Peter Banks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banks.
Peter Banks
Defaut 2.svg
Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
banjoïste, guitaristeVoir et modifier les données sur Wikidata
Instruments

Peter William Brockbanks (né le à Barnet au nord de Londres et décédé d'une insuffisance cardiaque dans cette même ville le (à 65 ans)[1], connu sous le nom de Peter Banks est un guitariste britannique, ancien membre fondateur des groupes The Syn, Yes, Flash et Empire. Alors qu'il est encore tout jeune, ses parents lui offrent une guitare, il apprit aussi le banjo.

Biographie[modifier | modifier le code]

The Syn, Mabel Greer's Toyshop et Yes[modifier | modifier le code]

Peter Brockbanks commence sa carrière avec The Nighthawks, dès 1963 avec lesquels il poursuit pendant un an. Selon le livre "Close to the edge - The story of Yes" de Chris Welch, c'est avec cette formation qu'il donna son premier concert en carrière au New Barnett Pop Festival en '63, avant de les quitter pour un autre groupe britannique, les Devil's Disciples en 1964. Ce groupe est formé de Banks à la guitare, John Tite au chant, Ray Alford à la basse et Malcolm "Pinnie" Raye à la batterie, avec eux il grave deux chansons sur acétate, You better move on d'Arthur Alexander et For your love de Graham Gouldman, qui sera reprise et popularisée par les Yardbirds en 1965. On peut retrouver ces deux raretés sur l'album compilation de Peter Banks, Can I play you something ?. Toujours selon le livre de Chris Welch, Peter se souvient que ce groupe : "...Les Devil's Disciples jouaient le premier album des Stones en entier, comme ça juste pour le plaisir de la chose..."

Puis il rejoint les Syndicats, il remplace leur guitariste Ray Fenwick qui, lui-même avait auparavant remplacé Steve Howe. Encore une autre année s'écoule puis Peter se joint au groupe qui le mènera à une certaine renommée, The Syn, dans lequel officient Chris Squire à la basse et Andrew Pryce Jackman aux claviers. Cette formation sort quelques singles psychédéliques, dont Created by Clive, Grounded et The 14 Hour Technicolour dream, qui ont un certain succès en Angleterre vers 1967-68.

Après avoir dissous son groupe The Syn, Chris Squire forme la base de ce qui allait devenir Yes, soit Mabel Greer's Toyshop avec Peter Banks à la guitare, Clive Bailey à la guitare rythmique et au chant et Bob Hagger à la batterie. Puis, à la suite d'une rencontre entre Chris et l'ex-chanteur des Warriors, Jon Anderson au Club La Chasse sur Wardour Street, le Toyshop grave quelques démos pour l'émission de John Peel de la BBC,- qui sont aussi disponibles sur l'album Can I play you something ? de Peter Banks -, Janetta, Electric Funeral - qui n'a rien à voir avec la chanson de Black Sabbath -, Images of you and me, Get yourself together, ainsi qu'une première version de Beyond and before qui sera reprise par Yes sur leur premier album. Après avoir, pour un temps, quitté cette formation pour joindre un autre groupe Neat Change avec Jimmy Edwards chant et guitare, Peter Banks guitare solo, John Lumley Saville piano et orgue, Steve Smith basse et Ian McLean batterie. Peter enregistre un single avec ce groupe en 1968 sur une composition de Peter Frampton et Andy Bown, I lied to Aunty May/Sandman, avec Chris Squire à la tambourine et aux chœurs sur la face A. Pendant ce laps de temps, Anderson se joint au Mabel Greer's Toyshop et Peter Banks revient, Bailey et Hagger quittent et c'est l'arrivée de l'ex-pianiste/organiste de Winston's Fumbs, Tony Kaye ainsi que l'ex batteur du groupe The Breed, Bill Bruford, puis on chercha un nom pour le groupe. Squire propose World, Anderson préfère Life mais c'est finalement Peter Banks qui suggère Yes, le nom est adopté faute de mieux, puis on commence à composer du matériel en vue d'un premier album. Yes sort en 1969 et s'ouvre sur une composition de Squire/Bailey Beyond and before du temps du Mabel Greer's Toyshop, outre les pièces originales, on y retrouve aussi une reprise des Byrds, I see you et une des Beatles, Every little thing, pratiquement méconnaissable. Un deuxième album suit en 1970, A time and a word, qui comprend lui aussi deux reprises, une de Richie Havens, No Opportunity Necessary, No Experience Needed qui comprend un extrait du thème du film The Big Country de 1958. L'autre reprise en est une du Buffalo Springfield, Everydays.

Après ces deux premiers albums qui, malgré un certain succès, n'ont pas l'ampleur souhaitée par ses membres, le guitariste quitte Yes. La raison majeure qui l'a amené à prendre cette décision, fut l'ajout d'un orchestre de cordes - violons et violoncelles - pour l'enregistrement de certaines chansons du deuxième album, Time and a word. Cela laissait peu de place au guitariste et incidemment à Tony Kaye à l'orgue, l'orchestre jouant leur partie presque note pour note, les deux musiciens devenant presque comme des accessoires. Comme il n'était visiblement pas à l'aise avec cette nouvelle direction prise par le groupe, Peter décida donc de quitter pour aller vers d'autres horizons. Il joua ainsi son dernier concert avec Yes au Luton College of Technology le 18 avril 1970, avant de quitter, cédant sa place à Steve Howe.

Chris Harwood[modifier | modifier le code]

En 1970, Peter est invité à jouer sur l'album de Chris Harwood, chanteuse folk-rock avec une liste d'autres musiciens invités de renom, dont David Lambert des Strawbs à la guitare, Tommy Eyre au piano qui plus tard joindrait Rainbow, Ian McDonald au sax et à la flûte ex-King Crimson et Peter York aux percussions ex-Spencer Davis Group. Sur cet album, en plus de ses propres compositions, la chanteuse reprend une chanson de Crosby Stills Nash & Young "Wooden Ships" et une de Traffic "Crying to be heard".

Flash et Two Sides of Peter Banks[modifier | modifier le code]

Il fonde alors son propre groupe, Flash et il invite même Tony Kaye de Yes pour le premier album éponyme du groupe, puis il enregistre aussi un premier album solo, The two sides of Peter Banks, avec les membres de son nouveau groupe, Ray Bennett basse et Mike Hough batterie ainsi que Phil Collins comme batteur, Steve Hackett et Jan Akkerman à la guitare et John Wetton comme bassiste. Mais, à la suite de démêlés avec ses musiciens, Flash avortera après trois albums et Peter Banks rejoint Blodwyn Pig, remplaçant ainsi pour un court laps de temps le guitariste Mick Abrahams, ex-Jethro Tull. En 1973 il fonde un groupe jazz-rock au nom incertain de Zox & the Radar Boys, avec des artistes confirmés tels que Mike Piggott (violoniste de jazz), Ronnie Caryl guitariste et Phil Collins batteur, deux ex-Flaming Youth, plus d'autres musiciens. Finalement quelques mois après, il met sur pied le groupe Empire, avec son épouse de l'époque Sydney Foxx et aussi Ian Wallace, ex-batteur des Warriors et de King Crimson, et encore Phil Collins qui participera aussi au premier album de cette formation. En 1979, il poursuit son travail avec Ian Wallace dans un groupe nommé "The Tea Bags", qui renfermait aussi Jackie Lomax au chant, Mel Collins au saxophone et claviers, David Mansfield à la guitare, Kim Gardner à la basse et Graham Bell au chant. Aucun album n'est ressorti de cette formation qui n'aura duré qu'une courte période. En 1983, il joue le solo de guitare sur la chanson fétiche de Lionel Ritchie Hello tirée de l'album Can't slow down, mais son nom ne fut pas crédité.

Harmony in diversity[modifier | modifier le code]

Durant les années 90, Peter Banks reprend une carrière solo et sortira d'autres albums, "Instinct" sur lequel il joue tous les instruments puis le très bon " Self Contained " avec des pièces aux teintes atmosphériques comme "Tell me when ", le seul autre musicien sur ce disque est le claviériste Gerard Goff. En 2004, il forme le trio Harmony in diversity avec Nick Cottam à la basse et Andrew Booker à la batterie. Lors de concerts au Klinker Club dans le nord de Londres en juin 2005, une pièce est enregistrée et le reste de l'album provient de sessions qui s'échelonnent de septembre à novembre 2004 et l'album sort deux ans plus tard en 2006.

Des suites d'insuffisance cardiaque, Peter est décédé dans sa maison à Barnett, le 7 mars 2013. Parce qu'il ne s'était pas présenté à une session d'enregistrement, on envoya quelqu'un le chercher et on le trouva donc mort chez lui, il était âgé de 65 ans.

Discographie[modifier | modifier le code]

Devil's Disciples[modifier | modifier le code]

(Single)

  • 1964 : You better move on/For Your Love

The Syn[modifier | modifier le code]

(Singles)

  • 1967 : "Created By Clive" / "Grounded" - Deram
  • 1967 : "Flowerman" / "14 Hour Technicolour Dream" - Deram

(Album)

  • Original Syn : Complete history of The Syn 1967 - 1969 (2005) 2 CD
  • Original Syn 1965-2004 (2005) 2 CD Version différente sortie la même année que la précédente.

Mabel Greer's Toyshop[modifier | modifier le code]

(Demos pour John Peel)

  • 1968 : Images of you and me / Beyond and before / Electric Funeral / Get yourself together

Neat Change[modifier | modifier le code]

  • 1968 : single I lied to Aunty May (Avec Chris Squire)

Yes[modifier | modifier le code]

  • 1969 : Yes
  • 1970 : Time And a Word

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1974 : Yesterdays (reprises de 1969)
  • 1991 : Yesyears (Boîtier de 4 CD)
  • 1992 : Yesstory Reprise sur 2 CD de Yesyears
  • 1997 : Something's Coming: The BBC Recordings 1969–1970 (UK) (Beyond And Before (US))
  • 1999 : Astral Traveller
  • 2002 : In a word Yes (Boîtier 5 CD)
  • 2003 : Yes Remixes - Album de remixes par Virgil Howe Peter est sur le titre No Opportunity Necessary, No Experience Needed
  • 2003 : The Ultimate Yes—35th Anniversary Collection (Boîtier 3 CD)
  • 2005 : The word is live - Compilation Live (Boîtier 3 CD)

Flash[modifier | modifier le code]

Singles

  • 1972 : Small Beginnings/Morning Haze - Avec Tony Kaye
  • 1973 : Watch Your Step/Lifetime

Albums

  • 1972 : Flash (rééd. 2009 label Esoteric Recordings + bonus track) Avec Tony Kaye
  • 1973 : In the Can (rééd. 2010 ER + bonus tracks)
  • 1973 : Out of Our Hands (rééd. 2010)
  • 1995 : Les trois premiers albums originaux de Flash ont été réédités en CD sur One Way Records

En Concerts

  • 1997 : Psychosync (1973 - live WLIR radio broadcast, ed. Blueprint)
  • 2005 : Two Sides of Flash: Live in the USA (1973 - 2 concerts issus du Flash final US tour, ed. Voiceprint)
  • 2013 : In Public With Peter Banks (Édition Limitée du Concert de 1973)

Empire[modifier | modifier le code]

  • 1973 : Mark I ( Avec Phil Collins et John Giblin de Brand X )
  • 1974 : Mark II
  • 1979 : Mark III
  • 2014 : The Mars Tapes

Solo[modifier | modifier le code]

  • 1973 : Two Sides of Peter Banks ( avec Phil Collins, Steve Hackett, John Wetton et Jan Akkerman )
  • 1994 : Instinct
  • 1995 : Self-Contained
  • 1997 : Reduction
  • 1999 : Can I Play You Something? (The Pre-Yes Years Recordings From 1964-1968) ( Avec Chris Squire et Bill Bruford)

Harmony in diversity[modifier | modifier le code]

  • 2006 : Trying

Participations[modifier | modifier le code]

  • 1970 : Vivian Stanshall & Gargatuan Chums : Suspicion/Blind Date - Single - Peter a fait les chœurs en compagnie de Keith Moon, mais sans toutefois jouer la moindre note de guitare
  • 1970 : Chris Harwood : Nice to meet miss Christine avec Ian McDonald, Tommy Eyre et Peter York. Guitare sur "Mama" et "Crying to be heard"
  • 1971 : Roger Ruskin Spear : Electric Shocks Peter joue sur 2 pièces, Blue Baboon et Doctor Rock.
  • 1976 : Peter Townshend : With love. Joue sur la chanson All God's morning avec son épouse de l'époque Sydney Foxx sur cet album dédié à Meher Baba, gourou de Peter Townshend.
  • 1976 : Guitar Workshop Volume Two : Guitare sur "Dancing Angel" & "Warning: Rumble Strips" Avec Martin Briley à la basse, Colin Towns aux claviers et Andy McCulloch à la batterie
  • 1978 : Puttin' on the style : Album dédié à Lonnie Donegan, Guitare sur "Ham'n'eggs" avec Ringo Starr à la batterie.
  • 1979 : Jakob Magnusson : Special Treatment
  • 1983 : Lionel Ritchie : Can't slow down ( Travail non crédité ). Solo de guitare sur "Hello"
  • 1984 : Keats ...Plus, avec Peter Bardens, David Paton, Ian Bairnson, Colin Blunstone, Stuart Elliott (produit par Alan Parsons)
  • 1985 : Grace Jones : Slave to the rhythm Album produit par Trevor Horn, joue avec David Gilmour. Aussi sur un single hors album "Junkyard"
  • 1986 : Tonio K : Romeo Unchained : Guitare sur "Impressed" & "You don't belong here"
  • 1986 : Charlie Sexton : Guitare sur le single "Impressed"
  • 1991 : Dig Hay
  • 1995 : Tales from Yesterday Album hommage à Yes avec Steve Howe, Patrick Moraz, Adam Wakeman, Billy Sherwood, Annie Haslam, Robert Berry, Kevin Gilbert, etc.
  • 1997 : Funky Monkey Come together people of funk
  • 1999 : Clive Nolan & Oliver Wakeman Jabberwocky.
  • 1999 : Encores, Legends & Paradox Artistes Variés - Réalisé par Robert Berry et Trent Gartner, incluant 10 titres d'Emerson, Lake and Palmer repris par 23 musiciens dont des (membres de Yes (Peter Banks, Igor Khoroshev, Geoff Downes), d'Asia (John Wetton ), plus les deux sus-nommés.
  • 2001 : Guitar Workshop Artistes Variés - Joue sur 2 pièces.
  • 2001 : Michelle Young Marked for Madness. Avec entre autres, Clive Nolan et Doane Perry.
  • 2002 : Clive Nolan & Oliver Wakeman The hound of the Baskervilles. Rick Wakeman est à la narration
  • 2002 : Funky Monkey Join us in Tomorrow.
  • 2006 : Return to the Dark Side of the Moon. (Avec Bill Bruford, Geoff Downes, Steve Howe, Tony Kaye, Rick Wakeman).
  • 2011 : dB-Infusion Muso & Proud.
  • 2011 : Ant-Bee Electronic Church Muzik.
  • 2012 : The Prog Collective (Avec Tony Kaye, Chris Squire, Rick Wakeman, Steve Hillage, Annie Haslam, Tony Levin, John Wetton.)
  • 2012 : Songs of the century ; An All-Star Tribute To Supertramp (Avec Tony Kaye, Chris Squire, Rick Wakeman, Geoff Downes.)
  • 2012 : Who Are You – An All-Star Tribute To The Who. (Avec Rick Wakeman)
  • 2013 : Days Between Stations In Extremis.

Références[modifier | modifier le code]