John Helliwell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
John Helliwell
Description de cette image, également commentée ci-après
John Helliwell dans Excalibur au Motocultor Festival St Nolff 2019.
Informations générales
Nom de naissance John Anthony Helliwell
Naissance (77 ans)
Todmorden, Yorkshire de l'Ouest, Angleterre
Activité principale saxophoniste
Genre musical rock progressif, art rock, rhythm and blues
Instruments saxophone, clarinette, mélodica, claviers, chant
Années actives depuis 1969

John Anthony Helliwell est un musicien britannique né le à Todmorden au Royaume-Uni. Il pratique le saxophone, la flute, la clarinette, le hautbois, les claviers et les chœurs, notamment au sein du groupe britannique Supertramp. Lors de leurs concerts, il devient l'interlocuteur entre le groupe et le public, échangeant et blaguant avec lui entre les chansons.

Carrière[modifier | modifier le code]

En janvier 1966, John Helliwell remplace le saxophoniste et flutiste Dave Green dans le groupe The Alan Bown Set[1]. Sept ans plus tard, en 1973, il rejoint Supertramp avec le bassiste Dougie Thomson, lui aussi issu du Alan Bown Set, qui l'a convaincu de le suivre[2].

En 1985, le guitariste de Pink Floyd, David Gilmour, joue de la guitare sur la pièce-titre de l'album Brother Where You Bound de Supertramp[3]. Les deux musiciens se rencontrent, et deux ans plus tard, John Helliwell joue du saxophone sur le premier opus de Pink Floyd sans Roger Waters, A Momentary Lapse of Reason. La même année, il participe à l'album Positif du chanteur français Jean-Jacques Goldman en 1985.

Au cours d'une accalmie professionnelle dans les années 1990, il commence à étudier pour un diplôme de musique au Royal Northern College of Music de Manchester. Cependant, il interrompt ses études pour rejoindre Supertramp en tournée lors de la sortie de l'album Some Things Never Change[4].

En 2004, il joue du saxophone sur l'album de Simon Apple, River to the Sea. La même année, il forme le groupe de jazz Crème Anglaise avec Mark Hart, qui avait rejoint Supertramp en 1985. En 2005 sort le premier album du groupe[5].

Il joue de la clarinette sur la chanson The Fend For Yourself du groupe The Pineapple Thief, pour leur album Your Wilderness sorti en 2016. Il participe aux albums d'Alan Simon Gaïa, Excalibur II, III, IV , V et à l'album Big bang de 2001 à 2019, ainsi qu'aux différentes tournées[6].

Il est à la tête du Super Big Tramp Band, qui reprend certains titres de Supertramp, arrangés par les membres du groupe en instrumental, et avec Helliwell comme soliste en chef. Le groupe joue pour la première fois à Manchester en . En 2019, il se produit au Manchester Jazz Festival en mai[7] ainsi qu'à Kingston upon Hull et à Hambourg plus tard dans l'année.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié depuis 1975 et a deux fils, Charles et William.

Discographie[modifier | modifier le code]

The Alan Bown Set[modifier | modifier le code]

John Helliwell dans Excalibur au Motocultor Festival 2019.
  • 1968 : Outward Bown First Album
  • 1969 : The Alan Bown!
  • 1970 : Listen
  • 1971 : Stretching Out

Supertramp[modifier | modifier le code]

Collaborations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « The Alan Bown Set - », (consulté le )
  2. « John Helliwell : qui est le charismatique multi-instrumentiste de Supertramp ? », sur Nostalgie.fr (consulté le )
  3. (en) Supertramp Brother Where You Bound Album Reviews, Songs & More | AllMusic (lire en ligne)
  4. « John Anthony Helliwell | Henri SELMER Paris », sur www.selmer.fr (consulté le )
  5. « Crème Anglaise », sur Discogs (consulté le )
  6. « John Helliwell et Alan Simon au festival de la paix samedi à Bouvron », sur nantes.maville.com (consulté le )
  7. (en-US) Peter Bacon, « Big Band Supertramp, Heavy Lemo and Gods of Apollo at the 2019 Manchester Jazz Festival », sur London Jazz News, (consulté le )
  8. a b c d e f g et h (en) « John Helliwell | Credits », sur AllMusic (consulté le )
  9. Chris de Burgh – Eastern Wind (1980, Vinyl) (lire en ligne)
  10. Ali Thomson – Deception Is An Art (1981, Vinyl) (lire en ligne)
  11. Jean-Jacques Goldman – Positif (1984, Vinyl) (lire en ligne)
  12. Pink Floyd – A Momentary Lapse Of Reason (1987, Gatefold, Vinyl) (lire en ligne)
  13. Johnny Mathis – In The Still Of The Night (1989, CD) (lire en ligne)
  14. Sara Hickman – Shortstop (1990, CD) (lire en ligne)
  15. Diana Ross – The Force Behind The Power (1991, CD) (lire en ligne)
  16. Roger Hodgson – Rites Of Passage (1997, CD) (lire en ligne)
  17. Simon Apple – River To The Sea (2004, CD) (lire en ligne)
  18. dB~infusion – Dreamscape (2006, CD) (lire en ligne)
  19. Crème Anglaise – Crème Anglaise (2006, CD) (lire en ligne)
  20. Alan Simon – Excalibur II (The Celtic Ring) (2007, Opendisc, CD) (lire en ligne)
  21. Alan Simon – Excalibur III (The Origins) (2012, CD) (lire en ligne)
  22. (en) Calvin Weston – Of Alien Feelings (2012, CD) (lire en ligne)
  23. Carl Verheyen – Mustang Run (2013, Digipak, CD) (lire en ligne)
  24. The Pineapple Thief – Your Wilderness (2016, 180 g, Vinyl) (lire en ligne)
  25. Alan Simon – Excalibur IV - The Dark Age Of The Dragon (2017, CD) (lire en ligne)
  26. Big Bang
  27. « Andy Scott + Group S - Ruby & All Things Purple | Review | The Jazz Mann », sur www.thejazzmann.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]