Trevor Rabin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rabin (homonymie).
Trevor Rabin
Trevor Rabin.jpg

Trevor Rabin

Biographie
Naissance
Nationalités
Activités
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Site web

Trevor Charles Rabinowitz, né le à Johannesburg en Afrique du Sud, est un musicien auteur-compositeur, producteur et technicien, il a ainsi écrit et joué plusieurs musiques de film. Il est surtout connu pour avoir joué avec les groupes Rabbitt et Yes. Il joue aussi bien la guitare que le piano et les claviers.

Les débuts en solo[modifier | modifier le code]

Fils d'un violoniste, il étudie le piano et découvre la guitare à l'âge de douze ans. Musicien complet, il est aussi chanteur, percussionniste, bassiste et claviériste. Il commence sa carrière dans des groupes de hard rock et de rock progressif, puis accompagne à la guitare et à la basse des formations de jazz et de jazz-rock.

Il débute d'abord avec le groupe The Conglomeration vers 1968 dès l'âge de 14 ans avec Trevor à la guitare et aux claviers, Alan Rosenberg aussi à la guitare, Ronnie Robot Friedman à la basse et Neil Cloud à la batterie. Puis il acquiert une réputation en tant que guitariste et claviériste dans son patelin de Johannesburg. À peine un an après leur formation, le groupe joue déjà dans des festivals auprès de groupes et d'artistes musicaux ayant le double de leur âge. Parallèlement à cela, Trevor s'impose comme musicien de sessions et trouve avec Mutt Lange, une aide précieuse puisque ce dernier lui trouve des contrats comme musicien de studio. Ayant auparavant quitté The Conglomeration, il se joint à un nouveau groupe, Freedom's Children tout en continuant le travail de sessions, c'est alors qu'il évolue avec cette formation qu'il écrit une pièce controversée intitulée Wake up ! State of fear contre l'apartheid qui sévit en Afrique du sud. Cette chanson ne sied pas à l'establishment local mais le groupe continue tout de même pendant un an, avant que Trevor ne joigne l'armée. Après deux mois d'entrainement de base, il est transféré de la Division d'Infanterie à l'Unité de Divertissement. Peu après avoir fait son temps dans l'armée, il fonde le groupe Rabbitt en 1974 avec deux anciens musiciens de son ancienne formation, The Conglomeration, soit Neil Cloud et Ronnie Robot.

Rabbitt devient le premier groupe rock à émerger d'Afrique du sud, Trevor et ses amis musiciens deviennent vite des idoles et ils doivent souvent se cacher de fans trop zélés. En 1975, ils enregistrent un premier single, Locomotive breath de Jethro Tull qui sera suivi de leur premier album Boys Will Be Boys, qui atteindra le statut de disque d'or plus vite que n'importe quel autre disque en Afrique du sud auparavant. Pour cet album, Rabbitt remporte le trophée Sarie, l'équivalent local du Grammy, pour la Meilleure Musique Pop Contemporaine. La formation domine ainsi les charts sud africains pendant deux années consécutives, ils deviennent ainsi le plus grand phénomène musical à émerger d'Afrique du sud. Ils produiront un deuxième album A Croak and A Grunt in the Night en 1977 ainsi qu'un maxi single Morning Light parut la même année. Pourtant, les pressions dues à un tel succès et son désir d'aller travailler à Londres poussent Trevor à quitter Rabbitt et à s'exiler vers la ville londonienne en 1978. Après un dernier album sans Trevor en trio, Rock Rabbitt parut en 1977, le groupe est dissous et Duncan Faure ira rejoindre les Bay City Rollers. À Londres, Rabin produit Manfred Mann's Earth Band et sort son premier album solo, Trevor Rabin - qui sorti aussi sous le titre Beginnings, en 1978. Il participe pour deux albums au projet Disco Rock Machine, Time to love sur lequel il écrit deux pièces et Disco Rock Machine 2 en 1979. Parallèlement, il travaille toujours comme musicien de studio et aussi producteur. Il sort son second album, Face to face, en 1979, puis Wolf en 1981, date à laquelle il part aux États-Unis et s'installe à Los Angeles. Il accompagne alors en tournée le groupe Foreigner aux claviers, il participera aussi au groupe Manfred Mann's Earth Band

L'aventure Yes[modifier | modifier le code]

Il présente ses compositions à Atlantic Records, qui lui suggère de rencontrer Chris Squire et Alan White, deux musiciens du groupe Yes séparé depuis 1980. Avec ces derniers et l'organiste Tony Kaye, il forme en 1981 le groupe Cinema, dont la musique séduit Jon Anderson. Le ralliement de ce dernier amène naturellement à renommer le groupe Yes, ce qui déplaît à Trevor. La formation enregistre en 1983, l'album 90125 qui donnera au groupe son premier et unique numéro 1, Owner of a Lonely Heart ainsi qu'un prix Grammy pour la pièce instrumentale Cinema. Cette pièce Owner of a lonely heart ainsi que d'autres chansons de Yes se retrouvent sur l'album de démos 90124 de Trevor, on y entend des chansons comme Hold on, Changes, Where will you be en version instrumentale sur laquelle il a joué tous les instruments, Walls chantée avec Roger Hodgson l'ex-Supertramp, Love will find a way, Miracle of life et Cinema, tous des titres que l'on retrouverait sur des albums de Yes.

Rabin poursuit l'aventure avec Yes qui enregistre en 1987 l'album Big generator, sur lequel il assure des parties vocales et la presque totalité des claviers, Tony Kaye à l'orgue Hammond n'étant là que pour faire valoir le nom Yes. Alors que les membres du groupe scindé en deux, Anderson avec ABWH et Squire avec Yes, se disputent la paternité du nom, Rabin enregistre un nouvel album solo Can't Look Away qui sortira en 1989. Il participe encore à une nouvelle formation de 8 musiciens de Yes, rassemblée en 1991 pour l'album Union et la tournée correspondante. Il se lie alors d'amitié avec Rick Wakeman qu'il accompagnera sur son album solo Return to the Centre of the Earth en 1999. Trevor s'investit ensuite dans le rôle de guitariste, claviériste et producteur pour l'album Talk en 1994, avant de quitter pour se concentrer sur les musiques de films. Il travaille présentement sur un projet d'album avec Rick Wakeman et Jon Anderson qui devrait sortir en 2016, une tournée suivra.

Discographie[modifier | modifier le code]

Rabbitt[modifier | modifier le code]

Single :

  • Locomotive Breath/And The Planets Danced (1975)

Albums :

  • Boys Will Be Boys (1976) Son père Godfrey Rabin au violon sur la pièce Hard Ride
  • A Croak And A Grunt In The Night (1977)

EP :

  • Rock n' roll Volume 2 (1977)
  • Morning Light (EP) (1977)

Compilations :

  • 1972–1978 Limited Souvenir Edition (1978)
  • Revival (1987)
  • The Collection / The Hits (1992)

Yes[modifier | modifier le code]

  • 90125 (1983)
  • Big Generator (1987)
  • Union (1991)
  • Talk (1994)
  • Union Live (2011)

Albums Solos[modifier | modifier le code]

  • Trevor Rabin (1978) - Réédité en 2003 sous le titre "Beginnings"
  • Face to Face (1979)
  • Wolf (1981)
  • Can't Look Away (1989)
  • Live in LA (2003)
  • 90124 (2003) - Démos de 90125, datées de 1982 - Avec Roger Hodgson sur la pièce Walls
  • Jacaranda (2012)

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • Margaret Singana – Where Is the Love (1976) – Producteur, arrangeur
  • Disco Rock Machine - Time to love (1978) - Guitariste, claviériste, producteur, arrangeur, compositeur pour 2 pièces
  • Disco Rock Machine - Disco Rock Machine 2 (1979) - Guitariste, claviériste, producteur, arrangeur
  • Manfred Mann's Earth Band – Chance (1980) – Producteur avec Manfred Mann
  • Wild Horses – Wild Horses (1980) – Co-Producteur - Avec Jimmy Bain ex-Rainbow et Brian Robertson ex-Thin Lizzy
  • Manfred Mann's Earth Band – Somewhere in Afrika (1982) – Guitare sur Redemption Song et Runner
  • Frankie Goes To Hollywood – Welcome to the Pleasuredome (1984) – Guitare - Trevor Horn basse et production, Steve Howe guitare
  • Jon Anderson – 3 Ships (1985) – Guitare
  • Frankie Goes To Hollywood – Liverpool (1986) – Guitare - Trevor Horn producteur exécutif, Steve Howe guitare
  • Lisa Hartman – 'Til My Heart Stops (1987) – Guitare
  • Marc Jordan – Talking Through Pictures (1987) – Guitare
  • Bonham – The Disregard of Timekeeping (1989) – Basse, Chœurs
  • Seal – Seal (1991) – Guitare - Trevor Horn producteur
  • Paul Rodgers – Muddy Water Blues: A Tribute to Muddy Waters (1993) – Guitare - David Gilmour est aussi présent à la guitare
  • Michael Jackson – HIStory: Past, Present and Future, Book I (1995) – Guitare
  • Various Artists – Crossfire: A Salute To Stevie Ray Vaughan (1996) – Guitare
  • Tina Turner – Wildest Dreams (1996) – Guitare, chœurs
  • Mark Mancina – Twister (1996) – Guitare (Pièce no 7: The Hunt: Going Green)
  • Various Artists – Merry Axemas Vol. 2 (1998) – Guitare, Claviers
  • Rick Wakeman – Return to the Centre of the Earth (1999) – Chant, Guitare Pièce no 12: Never Is A Long, Long Time
  • Roger Hodgson – Open The Door (2000) – Chœurs sur The more I look
  • Don Harper's Oceana Orchestra – Dream and Variations (2009) – Guitare sur Where Do We Go From Here
  • Mr. Mister – Pull (2010) – Guitare et basse - Musique enregistrée en 1989

Les musiques de film[modifier | modifier le code]

Après une tournée décevante en 1995, Trevor Rabin décide de quitter Yes et de s'orienter vers la composition de musique de films. On lui doit notamment les bandes originales de Les Ailes de l'enfer (1997), avec Mark Mancina, d'Armageddon et Ennemi d'État (1998), avec Harry Gregson-Williams, de 60 secondes chrono (2000), de Bad Boys 2 (2003) ou encore de Des serpents dans l'avion (2006).

Malgré les apparences, Trevor Rabin n'a jamais fait partie de la Media Ventures Team à proprement parler, refusant même d'être affilié au studio par souci d'indépendance. Simplement, ses liens avec Jerry Bruckheimer qui est lui-même très relié à Hans Zimmer ont fait qu'il s'est régulièrement trouvé à travailler avec des membres du studio ou au studio même (avec notamment Harry Gregson-Williams, Steve Jablonsky ou son ami Mark Mancina).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

Années 2010[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]