Trevor Horn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Horn.
Trevor Horn
Trevor Horn.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Instruments
Guitare basse, guitare, instrument à clavier (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Label
Genre artistique
Site web
Distinction
Discographie
Trevor Horn discography (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Trevor Horn est un musicien britannique, aussi producteur, né le à Durham, en Angleterre. Après avoir connu le succès à la fin des années 1970 au sein du duo The Buggles, il rejoint brièvement le groupe rock progressif Yes avant de se concentrer sur sa carrière de producteur. Au cours des décennies suivantes, il a travaillé avec de nombreux artistes, parmi lesquels Paul McCartney, Frankie Goes to Hollywood, Yes et Seal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Houghton-le-Spring, dans le nord-est de l'Angleterre, Trevor Charles Horn commence à jouer de la contrebasse au collège. Après avoir terminé sa scolarité, il travaille comme musicien de studio à Leicester. En 1976, il participe à l'enregistrement de la chanson disco I Love to Love (But My Baby Loves to Dance) de Tina Charles, qui se classe no 1 des ventes au Royaume-Uni. L'année suivante, Horn s'associe avec deux musiciens du groupe de Tina Charles, Geoff Downes (claviers) et Bruce Woolley (guitare), pour fonder le groupe The Buggles, qui tente en vain de décrocher un contrat avec plusieurs maisons de disques. Durant cette période, Horn travaille également comme producteur pour plusieurs groupes[1].

Réduits à un duo après le départ de Bruce Woolley, les Buggles signent chez Island Records en 1979. Leur premier single, Video Killed the Radio Star, écrit par Horn, Downes et Woolley, devient no 1 au Royaume-Uni et de nombreux autres pays. Son clip est le premier diffusé par la chaîne de télévision américaine MTV. Le premier album des Buggles, The Age of Plastic, est publié au début de l'année 1980. Vers la même période, Horn et Downes rejoignent le groupe rock progressif Yes, qui vient de perdre son chanteur Jon Anderson et son claviériste Rick Wakeman. La collaboration entre les Buggles et Yes débouche sur l'album, Drama (1980) et la tournée durant laquelle Horn est hué par les fans du groupe, qui n'acceptent pas le remplacement de Jon Anderson. Il préfère quitter le groupe en 1981. Horn termine seul l'enregistrement du second album des Buggles, Adventures in Modern Recording, Downes étant parti rejoindre Asia. L'échec commercial de l'album le convainc de se consacrer dès lors entièrement à sa carrière de producteur[1].

C'est durant la production de l'album The Lexicon of Love du groupe ABC que Horn réunit les musiciens et techniciens avec qui il travaillera tout au long des années 80, parmi lesquels Anne Dudley (claviers et arrangements), Gary Langan (ingénieur du son) et J. J. Jeczalik (programmation du Fairlight CMI). Il fonde avec eux le collectif expérimental Art of Noise en 1983. La même année, il crée sa propre maison de disques, ZTT Records, avec sa femme, Jill Sinclair, et le journaliste Paul Morley. Plusieurs artistes signés chez ZTT et produits par Horn rencontrent le succès dans les années qui suivent, parmi lesquels Frankie Goes to Hollywood et Propaganda dans les années 80, puis 808 State et Seal dans les années 90[1].

Dans les années 2000, Trevor Horn remonte sur scène à l'occasion de réunions ponctuelles des Buggles ainsi que dans un nouveau groupe, Producers, formé avec le producteur Stephen Lipson[1].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Trevor Horn épouse Jill Sinclair en 1980. Ils ont quatre enfants, deux fils (Aaron et William) et deux filles (Gabriella et Alexandra). Jill joue un rôle important dans la carrière de son mari : c'est elle qui le convainc de se consacrer à la production au début des années 1980. En 1984, elle fonde avec lui SPZ Group, qui chapeaute le label ZTT Records, la compagnie d'édition Perfect Songs et les studios d'enregistrement SARM West. Victime d'un accident de chasse en 2006, elle passe plusieurs années dans le coma et décède des suites d'un cancer en 2014[2].

Discographie[modifier | modifier le code]

Comme musicien[modifier | modifier le code]

Chromium 
  • 1979 : Star to Star de Chromium
Buggles 
Yes 
Art of Noise 
The Trevor Horn Band 
Trevor Horn 
  • 2005 : Trevor Horn – Produced By Trevor Horn: A Concert For The Prince's Trust - Live At Wembley Arena London 2004
  • 2017 : The Reflection Wave One - Original Sound Track - CD + DVD

Comme producteur[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Trevor Horn, C.B.E. », sur The Art of Noise Online (consulté le 11 avril 2017).
  2. (en) Gordon Rayner, « Record company boss Jill Sinclair, wife of Trevor Horn, dies eight years after shooting accident », sur The Telegraph, (consulté le 11 avril 2017).
  3. (en) « 1983 », sur The BRITs (consulté le 11 avril 2017).
  4. (en) « 1985 », sur The BRITs (consulté le 11 avril 2017).
  5. (en) « 1992 », sur The BRITs (consulté le 11 avril 2017).
  6. (en) « The Ivors 2010 », sur The Ivors (consulté le 11 avril 2017).
  7. [PDF] (en) New Year Honours List 2011, p. 13

Liens externes[modifier | modifier le code]