The Yardbirds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yardbirds)
Aller à : navigation, rechercher
The Yardbirds
Description de cette image, également commentée ci-après
Les Yardbirds en 2006.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Blues rock[1],[2],[3],[4], rock psychédélique[5],[6],[7],[8], rhythm and blues[9],[10],[11],[12]
Années actives 1962-1968, depuis 1992
Labels Columbia, Epic Records, EMI/Capitol
Site officiel www.theyardbirds.com
Composition du groupe
Membres Jim McCarty
Top Topham
John Idan
Kenny Aaronson
Myke Scavone
Anciens membres Keith Relf
Paul Samwell-Smith
Eric Clapton
Jeff Beck
Jimmy Page
Rod Demick
Ray Majors
Laurie Garman
Alan Glen
Gypie Mayo
Jerry Donahue
Ben King
Chris Dreja
Dave Smale
Andy Mitchell
Billy Boy Mishkimin

The Yardbirds est un groupe de rock britannique, originaire de Londres, en Angleterre. Issu des années 1960, il est formé en  ; les guitaristes ont été Anthony « Top » Topham, Eric Clapton, Jeff Beck puis Jimmy Page.

Le groupe est induit au Rock and Roll Hall of Fame en 1992[13]. Ils atteignent la 89e place de la liste des « 100 meilleurs groupes de tous les temps » établie par Rolling Stone, et la 37e place des 100 meilleurs groupes de hard rock pour VH1[14],[15]

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

En 1963, un très jeune guitariste, Anthony « Top » Topham et son ami de lycée, l'harmoniciste et chanteur Keith Relf, visitent Railway Hotel à Norbiton. La musique programmée est du jazz traditionnel et l'établissement permet aux musiciens débutants de jouer pendant les vacances. C'était un temps où de jeunes gens britanniques comme Topham inventent une version typiquement britannique du blues américain urbain fougueux connu, le rhythm and blues à la manière de nombreux autres groupes britanniques associés au British Blues Boom tels que The Rolling Stones ou The Animals. C'est là qu'ils rencontrent le batteur Jim McCarty, le guitariste rythmique Chris Dreja, le bassiste Paul Samwell-Smith et décident de former un groupe qu’ils appellent les Yardbirds. Deux semaines après, ils donnent leur premier concert.

Leurs héros sont les Rolling Stones, en tournée avec Bo Diddley, les Yardbirds jouent au Crawdaddy Club à Richmond. Deux mois après leur formation, Giorgio Gomelsky leur propose une résidence dans ce club et devient leur manager. Comme les Yardbirds deviennent professionnels, Topham doit faire face à la désapprobation de ses parents à devoir abandonner ses études d’arts plastiques et ceux-ci lui confisquent sa guitare. Son remplaçant est un autre élève de cette école, Eric Clapton.

Années Clapton[modifier | modifier le code]

L'arrivée à la fin de l'année 1963 du jeune Eric Clapton à la guitare permet au groupe de sortir du lot. La virtuosité de Clapton installe les Yardbirds comme l'un des groupes les plus intéressants de sa génération sur scène. Le groupe commence alors à attirer des foules importantes dans toute l'Angleterre. L'assistant de Gomelsky, Hamish Grimes, s'occupe de leur campagne de publicité, concoctant des slogans comme « Les Yardbirds, le phénomène blues du moment ». C'est lui qui trouve également le surnom de Clapton, Slowhand, un jeu de mot au sujet des claquements de mains du public quand le spectacle devait s'interrompre le temps qu'il remplace une corde cassée[16].

L'album Five Live Yardbirds sorti en 1964 permet de confirmer cette réputation. Mais jusqu'alors, les Yardbirds se contentent le plus souvent de brillantes reprises, puisées dans le répertoire des plus éminents bluesmen américains (Howlin' Wolf, Sonny Boy Williamson II...), sans posséder leur propre répertoire. Ce vide est comblé avec la sortie du morceau For Your Love en 1965. Premier gros succès commercial des Yardbirds, il marque toutefois une orientation du groupe vers une musique plus pop, ce qui a pour effet de provoquer le départ de Clapton, viscéralement attaché au blues.

Années Beck[modifier | modifier le code]

Eric Clapton parti, le groupe recherche un nouveau soliste. Tout d'abord Jimmy Page est contacté. Guitariste de studio très réputé dans le petit monde du rock britannique, Jimmy Page décline pourtant l'offre et recommande à sa place son ami Jeff Beck. L'arrivée de Jeff Beck marque un nouveau tournant dans l'orientation musicale du groupe. Adepte des nouvelles technologies, Beck n'a cessé de repousser les limites sonores de son instrument. Sous son influence, les Yardbirds vont s'évader sur les terres du psychédélisme, mais également défricher un nouveau genre que l'on ne tardera pas à appeler hard rock.

En 1966, le bassiste et producteur Paul Samwell-Smith quitte le groupe pour convenances personnelles. Il est remplacé par Jimmy Page, qui, cette fois, n'a pas décliné l'invitation. Mais rapidement, Jimmy Page cède sa place au second guitariste du groupe, Chris Dreja. Le duo de guitariste Beck-Page ne durera que quelques mois, le temps de seulement trois morceaux enregistrés. Malgré sa courte durée, ce duo apparaît dans le film Blow-Up, de Michelangelo Antonioni (Palme d'or au festival de Cannes en 1967) : on y voit Jeff Beck y détruire sa guitare et la jeter dans la salle pendant le titre Stroll On, version adaptée de Train Kept A-Rollin', écrite par Tiny Bradshaw et reprise en 1956 par Johnny Burnette and the Rock and Roll Trio. Cette adaptation est due à des problèmes de droits d'auteur.

Années Page[modifier | modifier le code]

Jimmy Page désormais seul à la tête du groupe, les Yardbirds impressionnent plus que jamais par leurs prestations sur scène. Le guitariste, Jimmy Page expérimente notamment sur scène la fameuse technique de l'archet lors de la chanson Dazed and Confused, de Jake Holmes, qui sera par la suite un des titres phares de Led Zeppelin. Mais si le groupe est une bête de scène, il peine à trouver sa voie en studio, passage pourtant obligé pour le succès commercial. D'échecs en projets avortés, sans véritable ligne directrice, Jimmy Page est lâché en 1968 par le chanteur Keith Relf et le batteur Jim McCarty qui s'en vont fonder un nouveau groupe, Renaissance. Peu de temps après, alors que le groupe a été rebaptisé New Yardbirds, c'est Chris Dreja qui s'en va à son tour (Dreja deviendra photographe et signera notamment la photo qui figure au verso de la pochette du premier album de Led Zeppelin).

Devant honorer malgré tout une série d'engagements contractuels (notamment une tournée en Scandinavie), Jimmy Page recrute pour les New Yardbirds le bassiste John Paul Jones, le chanteur Robert Plant qui recommande son ami du groupe Band of Joy, le batteur John Bonham. Au cours de la tournée en Scandinavie, le groupe change à nouveau de nom pour prendre l'appellation de Led Zeppelin.

Retour[modifier | modifier le code]

The Yardbirds à Langueux (France) le 9 septembre 2006. De gauche à droite : John Idan, Jim McCarty (à la batterie) et Chris Dreja.

En 1992, le guitariste rythmique Chris Dreja et le batteur Jim McCarty décident de relancer les Yardbirds. Si les musiciens aux postes d'harmoniciste et de guitariste soliste sont régulièrement remplacés, les Yardbirds nouveaux se trouvent dès 1994 un bassiste chanteur dont ils ne se sépareront plus : John Idan. En 2003, ils sortent un nouvel album, Birdland, sur lequel de nombreux invités prestigieux font une apparition. Parmi eux, un vieil ami : Jeff Beck, ainsi que les guitaristes Jeff Baxter, Steve Lukather, Brian May, Joe Satriani, Slash et Steve Vai, le guitariste attitré étant Gypie Mayo, ancien guitariste de Dr. Feelgood.

En 2003, ils publient un nouvel album intitulé Birdland au label Favoured Nations.

McCarty annonce en décembre 2014 la séparation de la formation actuelle des Yardbirds[17]. Cela sera apparemment faux car les Yardbirds tourneront en 2015[18]. En mai 2015, Topham quitte le groupe est remplacé par Earl Slick[19].

En août 2015, ils sont annoncés au Eel Pie Club de Twickenham, à l'ouest de Londres le 17 octobre avec une formation composée de Jim McCarty, John Idan, Ben King, David Smale et Billyboy Miskimmin. Le 12 août 2015, le guitariste Johnny A. est annoncé pour les accompagner à leur tournée nors-américaine entre octobre et novembre 2015. Le 15 avril 2016 le groupe joue au Under the Bridge à Londres avec une formation composée de Jim McCarty, John Idan, Johnny A, Kenny Aaronson, et Billyboy Miskimmin[20].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

En anglais, le mot yardbird, que l'on peut traduire par volaille, est aussi un terme argotique désignant un bleu ou encore un militaire consigné à la caserne, il s'applique aussi pour désigner un détenu.

Le fondateur du groupe, Keith Relf, était fan de l'auteur américain Jack Kerouac, lequel citait souvent le grand jazzman Charlie « Yardbird » Parker dans ses romans, ce qui l'a inspiré pour trouver un nom au nouveau groupe[21],[22].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Keith Relf – chant, harmonica (1963–1968), guitare rythmique (1966–1968)
  • Chris Dreja – guitare rythmique, percussions (1963–1966, 1982–1983, 1992–2013), basse (1966–1968)
  • Paul Samwell-Smith – basse, chœurs (1963–1966, 1983)
  • Eric Clapton – guitare solo, chœurs (1963–1965)
  • Jeff Beck – guitare solo, chœurs (1965–1966)
  • Jimmy Page – basse (1966), guitare solo (1966–1968)
  • Anthony « Top » Topham – guitare solo (1963), guitare rythmique (2013–2015)
  • Rod Demick – basse, harmonica, chœurs (1992–1993)
  • Ray Majors – guitare solo, chœurs (1994–1995)
  • Laurie Garman – harmonica (1994–1996)
  • Gypie Mayo – guitare solo, chœurs (1995–2005)
  • Alan Glen – harmonica, percussions (1996–2003, 2008–2009)
  • Jerry Donahue – guitare solo (2004–2005)
  • Andy Mitchell – chant, harmonica, guitare acoustique (2009–2015)
  • Earl Slick - guitare rythmiqe et solo (2015)
  • David Smale – basse, chœurs (2009–2014, 2015–2016)
  • Ben King – guitare solo (2005–2015)
  • Billy Boy Miskimmin – harmonica, percussions (2003–2008; 2016)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • I Wish You Would / A Certain Girl - Columbia DB7283 1964
  • Good Morning Little Schoolgirl / I Ain't Got You - Columbia DB7391 1964 #44
  • For Your Love / Got to Hurry - Columbia DB7499 1965 #3
  • Heart Full of Soul / Steeled Blues - Columbia DB7594 1965 #2
  • Evil Hearted You / Still I'm Sad - Columbia DB7706 1965 #3
  • Shapes of Things / You're A Better Man Than I - Columbia DB7848 1966 #3
  • Over Under Sideways Down / Jeff's Boogie - Columbia DB7928 1966 #10
  • Happenings Ten Years Time Ago / Psycho Daisies - Columbia DB8024 1966 #43
  • Little Games / Puzzles - Columbia DB8165 1967

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christopher Knowles, The Secret History of Rock 'n' Roll, Viva Editions, (ISBN 978-1573444057, lire en ligne)
  2. Nick Talevski, The Encyclopedia of Rock Obituaries, Omnibus Press, (ISBN 978-0711975484), p. 356
  3. Scott Witmer, History of Rock Bands, Abdo Publishing Company, (ISBN 978-1604536928), p. 18
  4. Wayne Wadhams, Inside the Hits: The Seduction of a Rock and Roll Generation (Pop Culture), Omnibus Press, (ISBN 978-0634014307), p. 189
  5. Bobby Cochran, The Eddie Cochran Story: Three Steps to Heaven, Hal Leonard Corporation, (ISBN 978-0634032523), p. 43
  6. Julian Cope, Japrocksampler: How the Post-War Japanese Blew Their Minds on Rock 'n' Roll, Bloomsbury UK, (ISBN 978-0747589457)
  7. Frank Reddon, Sonic Boom: The Impact of Led Zeppelin. - Break and Enter, eBookIt.com, (ISBN 978-0-9784446-5-5), p. 17
  8. Michael Campbell et James Brody, Rock and Roll: An Introduction, Cengage Learning, (ISBN 1-111-79453-7), p. 206
  9. Dave Marsh et James Bernard, New Book of Rock Lists, Simon and Schuster, (ISBN 978-0-671-78700-4, lire en ligne), p. 282
  10. Phil Thompson, The Best of Cellars: The Story of the Cavern Club, Tempus, (ISBN 978-0-7524-4202-0, lire en ligne), p. 53
  11. Nigel Williamson, The Rough Guide to the Blues, Rough Guides, (ISBN 978-1-84353-519-5, lire en ligne), p. 63
  12. The Virgin Encyclopedia of R&B and Soul, Virgin, (ISBN 978-0-7535-0241-9, lire en ligne), p. 102
  13. (en) "The Yardbirds: inducted in 1992". The Rock and Roll Hall of Fame and Museum.
  14. (en) VH1: '100 Greatest Hard Rock Artists': 1–50. VH1:Rock on the Net.
  15. (en) Tyler, Steven. "The Yardbirds: 100 Greatest Artists of All Time".
  16. Clapton le Dieu du Blues. Chris Welch. Editions place des victoires.
  17. « Yardbirds disband after half century », PsychedelicSight.com (consulté le 7 décembre 2014)
  18. « OFFICIAL WEB SITE - tour dates », The Yardbirds.com (consulté le 19 août 2015)
  19. « American Home Of The Most Blueswailing Yardbirds », Yardbirds.US (consulté le 19 août 2015)
  20. « The Yardbirds Perform At Under The Bridge In London », Getty Images (consulté le 11 octobre 2017).
  21. (en) Twisted Tales: Ex-Yardbirds Frontman Keith Relf's Electric Blues - Spinner, 8 février 2008
  22. (en) And the name of the band is ... - Rate Your Music

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :