Olivier de Benoist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Benoist et ODB.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre (aide quant au style) ou discutez-en.

Le ton de cet article ou de cette section est trop lyrique ou dithyrambique. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre et encyclopédique (c’est à dire ?) ou discutez-en.

image illustrant l’humour image illustrant la télévision en France
Cet article est une ébauche concernant l’humour et la télévision en France.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Olivier de Benoist
Description de cette image, également commentée ci-après

Olivier de Benoist en 2012.

Nom de naissance Olivier Marie Emmanuel de Benoist de Gentissart
Surnom ODB
Naissance (42 ans)
Reims (Marne)
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Humoriste
Autres activités Comédien
Site internet olivierdebenoist.com

Olivier Marie Emmanuel, baron de Benoist de Gentissart[1], communément appelé Olivier de Benoist, est un comédien, humoriste et magicien français né le à Reims.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

le blason
Blason de la famille de Benoist.

Olivier de Benoist est un membre de la famille de Benoist de Gentissart qui est une Familles contemporaines de la noblesse belge anoblie et créée barons le 16 septembre 1778 et 1822 (pour une branche éteinte) et reconnue noble avec le titre d'écuyer en 1822 pour branche subsistante[2]. Le titre de baron a été accordé à Charles Eugène de Benoist de Gentissart par diplôme du 16 septembre 1778 de Marie-Thérèse d'Autriche, impératrice du Saint-Empire romain germanique, comme souveraine des Pays-Bas pour service rendu[3],[4].

Olivier de Benoist a six frères[5]. Son épouse, Caroline Menand, et lui ont trois enfants[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Après une formation de juriste, il change de voie et se tourne vers le monde du spectacle[6]. Formé au studio Pygmalion[7], il fait ses débuts en jouant le spectacle de Benoît Poelvoorde Modèle déposé[7]. Ce premier succès l'encourage à écrire sa première pièce Né sous X en 2003[8] puis une parodie des émissions de téléréalité Loft Sorry[9],[10] en 2004.

À partir de 2005, il s'attèle à l'écriture de son one man show et joue Haut débit[11], Très haut débit puis Très très haut débit[12] dans lesquels il mêle sketch et tours de magie[13]. Le 8 mai 2009, il passe pour la première fois à la télévision sur la chaîne France 4 dans l'émission Pliés en 4 : le show ou il joue le sketch Discours de mariage.

Le 6 septembre 2010, il est le premier candidat de l'émission On n'demande qu'à en rire sur France 2 [14] et devient une des vedettes de l'émission en ayant le plus grand nombre de passages de tous les candidats après Jérémy Ferrari[13],[15].

Le , il participe à l'épreuve « commis d'office » dans l'émission On a tout révisé.

Il joue le rôle d'un gendarme dans le téléfilm, Carmen, diffusé sur France 3 le [6],[15],[16]. Il tourne également un spot publicitaire pour le Comité départemental de tourisme de la Loire.

Il est pendant tout l'été 2011 sur Europe 1 dans l'émission de Laurent Cabrol L'Air du temps pour une chronique humoristique[17]. En janvier 2014, il participe à L'Émission pour tous sur France 2[18].

On n'demande qu'à en rire[modifier | modifier le code]

Le , il a été le premier humoriste à passer dans l'émission, comme le rappelle souvent Laurent Ruquier.

C'est l'humoriste à avoir fait le plus de passages durant la saison 1 avec 50 passages (54 en comptant les passages d'été).

Lors de son 29e passage, il obtient 19/20 de la part des téléspectateurs (en duo avec Kev' Adams).

Son meilleur score est de 99 points qu'il obtient le 1er mars 2013. Il détenait également le record du nombre de passages dans l'émission jusqu'au , lors du 68e sketch de Jérémy Ferrari. Il n'en était alors qu'à 67 passages.

Télévision[modifier | modifier le code]

Émissions télé[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Téléfilm[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Il est sociétaire des Grosses Têtes en 2015-2016.

Spectacle[modifier | modifier le code]

Apparition[modifier | modifier le code]

Liste de sketches[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  • Le 1er octobre 2010, les cinq humoristes ayant obtenu au moins une fois 80 points sur 100 (Shirley Souagnon, Alain Doucet, Kev Adams, Olivier de Benoist et Les Lascars Gays) ont pu jouer un extrait de leur spectacle lors d'une émission spéciale.
  • Il remporte l'émission spéciale du 26 avril 2011 avec 18/20 des téléspectateurs et participe donc pendant une semaine à l'émission de radio On va s'gêner en tant que chroniqueur.
  • Il n'a participé à aucun des trois primes d'On n'demande qu'à en rire et ne participera pas à l'aventure du Casino de Paris.
  • Durant le « tournoi de l'été » de la saison 1, Olivier de Benoist termine 3e lors des qualifications avec un score de 92 points et lors de la grande finale il termine 2e ex-aequo avec un score de 17/20. Ce qui fait de lui le 2e au classement du tournoi (ex-aequo avec Garnier et Sentou et les Kicékafessa) derrière Arnaud Tsamere.
  • Le , Olivier de Benoist revient pour un 74e passage pour la 500e de l'émission. Il obtient une note de 99/100.
  • Sur la totalité de ses passages (spécial été compris), Olivier de Benoist a une moyenne de 83 points par sketch.

DVD[modifier | modifier le code]

  • Très très haut débit, France Televisions Éditions, 2012
  • Fournisseur d'excès, Studio Universal Pictures, 2015

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Olivier de Benoist - Le Dernier Rempart face à la dictature des femmes, T1 , Olivier Saive (Dessinateur), Vincent Leroy (Scénario), Olivier de Benoist (Scénario), Bamboo Eds, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Émission Paris, c'est fou du 21 février 2011 sur NRJ Paris ; Émission On n'demande qu'à en rire du 13 décembre 2010.
  2. Félix-Victor Goethals, Alphonse Herry, Dictionnaire généalogique et héraldique des familles nobles du royaume de Belgique, Volume 1, 1843.
  3. Bulletin et annales de l'Académie d'archéologie de Belgique, Volume 2, 1844, page 200.
  4. Émission On va s'gêner du 1er juin 2011, 97e et 105e minute. Cf. le livre de Dominique de La Barre de Raillicourt : Les Titres authentiques de la noblesse en France, Dictionnaire raisonné, Édition Perrin, 2004.
  5. a et b Pierre-Yves Paque, « Le rire est dans l’excès », La Dernière Heure, 8 mai 2014.
  6. a et b Interview « L'émission a changé beaucoup de choses dans ma vie » dans Public no 380 du 22 au 28 octobre 2010.
  7. a et b Biographie sur le site de la FNAC.
  8. Article du 21 mars 2003 sur LePoint.fr.
  9. Article du 22 juillet 2004 dans le journal La Provence.
  10. Article du 21 août 2004 dans le journal Presse-Océan - Grand Nantes.
  11. Jeu de mots avec ses initiales ODB prononcées moitié à l'anglaise, moitié à la française : |o-dé-bee|.
  12. Gilles Médioni, « Coup de cœur pour Olivier de Benoist », L'Express,‎ (consulté le 13 mars 2011).
  13. a et b Interview dans biendansmaregion.com.
  14. Article « C'est plus dur que la Star Ac ! », interview d'Olivier de Benoist dans Le Parisien du 6 septembre 2010.
  15. a et b Interview par trendyourself.com.
  16. Fiche du film sur allocine.fr.
  17. Olivier de Benoist tout l'été sur Europe 1 - La bande à Ruquier.
  18. Olivier de Benoist vient défendre l’IVG (21 janvier 2014), sur www.labandearuquier.com, le 21 janvier 2014
  19. Jean-Luc Jeener, « Olivier de Benoist », sur Le Figaro,‎ (consulté le 13 mars 2011).
  20. « Un collectif d’artistes se mobilise pour la Corne de l’Afrique ! », sur UNICEF France,‎ (consulté le 25 novembre 2011).
  21. « Inathèque. Télévision hertzienne. On n'demande qu'à en rire. Enregistrement 4 », sur ina.fr.
  22. [1]
  23. [2]
  24. [3]
  25. [4]
  26. a, b et c [5]
  27. [6]
  28. [7]
  29. [8]
  30. [9]
  31. [10]
  32. [11]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]