Neder-Over-Heembeek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Neder-Over-Heembeek
Tour romane de Neder-Heembeek
Tour romane de Neder-Heembeek
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région de Bruxelles-Capitale Région de Bruxelles-Capitale
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Arrondissement Bruxelles-Capitale
Commune Ville de Bruxelles
Code postal 1120
Zone téléphonique 02
Démographie
Gentilé Heembeekois(e)
Population 17 595 hab. (2012)
Densité 3 252 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 54′ N 4° 23′ E / 50.9, 4.38350° 54′ Nord 4° 23′ Est / 50.9, 4.383
Superficie 541 ha = 5,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Neder-Over-Heembeek

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Neder-Over-Heembeek

Neder-Over-Heembeek, (parfois abrégée NOH), est une section de la ville de Bruxelles, située au nord de celle-ci, dans la région de Bruxelles-Capitale, en Belgique.

Ce fut une commune à part entière jusqu'à son incorporation à la ville en 1921 (en même temps que Haren et Laeken).

C'est notamment là que se trouve l'Hôpital militaire Reine Astrid, accueillant les grands brulés et les services de recrutements de la Défense belge.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Kluis et la tour romane de Neder-Heembeek en 1963, dessin de Léon van Dievoet.
L'église Saint-Nicolas et le village de Neder-Over-Heembeek, en 1939 (Dessin par Léon van Dievoet).
Over-Hembeek, église Saint Nicolas en 2009.

La localité est la seule en Région de Bruxelles-Capitale à pouvoir se prévaloir d’un acte authentique mentionnant son nom dès le VIIe siècle. Cet écrit en langue latine daté de 673 atteste de la donation par le roi franc Théodoric (Thierry III) de Haimbecha à l’abbaye Saint-Vaast d’Arras. Le village sera ensuite revendu à l’abbaye de Dieleghem[1].

Par la suite, différents actes antérieurs au XIIIe siècle renseignent Hembecca, Hembec ou Heembeek (autre nom encore employé informellement aujourd'hui, pour nommer une rue et divers services du quartier actuel).

C’est dans un texte daté de 1284 que l'on évoque pour la première fois l'existence de deux paroisses, desservies par un même prêtre, qui se partagent ce petit territoire : Neder-Heembeek (en latin, Heembeek inferior) et Over-Heembeek (en latin, Heembeek superior). En 1427, les deux villages sont réunis en une seule entité portant le nom que l’on lui connaît aujourd’hui.

Fille unique du chevalier Jacques van Ophem, seigneur d'Over-&-Neder-Heembeke, d'Aa et de la Franchise de Luttre, Conseiller-Receveur Général des Domaines du Roi au Quartier de Bruxelles, puis Conseiller et Commis des Domaines et Finances de Sa Majesté aux Pays-Bas, Marie Elisabeth se marie le 23 août 1655 avec Paul-Melchior de Villegas, baron d'Hovorst, Seigneur de Bouchout, de Werster, Woorschoten et de Viersel.

Les principaux vestiges de cette époque sont certains éléments des églises des deux anciens villages. Seule la tour romane de l’église des saints Pierre et Paul de Neder-Heembeek a résisté au temps. Datant du XIIe siècle, son aspect robuste lui vient de sa fonction de refuge, les habitants pouvaient en effet s’y barricader en cas d’attaque, en enlevant les échelles amovibles qui reliaient les différents étages. L’église reconstruite en 1860 fut détruite par un incendie provoqué par la foudre le 21 août 1932 et dut être rasée à l’exception de la tour, restaurée en 1960[2]. Le petit bâtiment de l'ancien hospice pour indigents (le Kluis), situé derrière la tour et datant de 1487, a également été réhabilité. Quant à l’église saint Nicolas de Over-Heembeek, si certains éléments de sa tour sont aussi anciens que la tour romane de Neder-Heembeek, le bâtiment et son clocher ont été transformés au milieu du XVIIIe siècle et elle abrite aujourd’hui un musée local[1].

En 1830, au Marly, le bourgmestre, Pierre-Joseph Meeûs, bien informé des événements bruxellois, décide de frapper un grand coup contre les troupes hollandaises : il s'efforça de rallier à la cause de la Révolution les habitants de sa commune. Le 27 septembre, au matin, il fit sonner le tocsin, réunit les villageois armés, leur fit arborer les couleurs nationales et invita les autorités des communes voisines à se joindre à lui. Il exécuta le même jour l'ordre des généraux Van Halen et van der Linden d'Hooghvorst d'occuper les postes principaux et la prison de Vilvorde. Ce qui lui valut la prestigieuse décoration de la croix de fer (Belgique), médaille créée pour honorer les citoyens ayant fait preuve d'une bravoure éclatante dans les combats soutenus pour l'indépendance nationale. Les Meeûs vendent leur propriété vers 1832 à monsieur Le Gras de Saint-Germain. Ils y sont restés cent-quarante ans.

La commune, encore très rurale au début du XXe siècle, est annexée à la Ville de Bruxelles le 30 mai 1921 (par la loi du 30 mars 1921 publiée au Moniteur belge du 2 avril 1921) en raison de la présence sur son territoire d'une portion du canal maritime de Bruxelles à l'Escaut le long duquel était prévue l'implantation d'installations portuaires. À l'époque de l'annexion, la population de la commune s'élevait à 4 229 habitants.

Il s'y trouvait le château de Meudon rasé par la volonté de ses propriétaires en 1931 et dont il ne reste que les pavillons d'entrée et la porte néo-médiévale donnant sur le parc du même nom, classé en 1997.

C'est en 1935 que l'architecte Julien de Ridder (1891-1963) réalise l'actuelle église des saints Pierre et Paul, située Place Peter Benoît. Cet imposant édifice comprend deux grandes tours de brique voulues par l'archevêché et censées symboliser les deux anciennes églises ensuite désaffectées.

Liste des bourgmestres de la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Meeûs, 1779-1856, qui avait créé des serres et une orangerie au Marly avec l'aide de François Coomans, son jardinier. Il passa ses pouvoirs à son neveu pour s'occuper de la construction du Jardin botanique de Bruxelles vers 1826.
  • Pierre-Joseph Meeûs, 1793-1873, avant 1830 et jusqu'en 1832.
  • ...
  • Henricus Cammaert, de 1842 à 1856
  • Petrus Joseph Vanderhaegen, de 1856 à son décès en 1868
  • Jean François De Cottignies, de 1868 à 1873
  • Charles Peeters, de 1873 à son décès le 27juin 1882.
  • Charles Cammaert de 1882 à son décès en 1889
  • Philippe van der Elst, de 1889 à son décès en 1903
  • Georges de Ro, 1905 à 1908.
  • Brion, dernier bourgmestre, de 1908 au 30 mai 1921

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte ancienne commune de Neder-Over-Hembeek

Les communes qui lui étaient limitrophes sont :

Neder-Over-Heembeek a énormément de lien avec le quartier du Mutsaard(Laeken) avec elle entretient des relations importantes au niveau commerciale, scolaire, paroissiale,... mais avec qui également elle forme parfois une unique zone par exemple pour le stationnement ou l’environnement.

Hôpital[modifier | modifier le code]

L'hôpital militaire Reine Astrid (HMRA) se trouve à Neder-Over-Heembeek. Situé au no 1 de la rue Bruyn, il abrite un service des grands brûlés très renommé pour ses compétences.

Transports[modifier | modifier le code]

Une station du réseau de transport de Bruxelles porte le nom usuel Heembeek de l’ancienne commune et du quartier actuel autour de la rue de Heembeek, sur l’avenue des Croix du Feu et en bordure du parc du Domaine royal de Laeken.

Lignes de tram STIB[modifier | modifier le code]

  • 3 Esplanade - Churchill
  • 7 Heysel - Vanderkindere

Lignes de bus STIB[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Marc Meganck « Châteaux et demeures de Bruxelles (II) : Neder-over-Hembeek », dans Demeures Historiques et Jardins, n° 174, juin 2012, p. 2-10.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Michel Vanwelkenhuyzen, Neder-Over-Heembeek. Table des anciens registres paroissiaux de baptêmes, mariages et décès, 1648-1822, s.l.n.d., chez l'auteur.
  • (fr) « Neder-Over-Heembeek », Promenades Bruxelloises, Ville de Bruxelles,‎ (consulté le 22 mai 2011)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b D’après Jean d'Osta : Dictionnaire historique des faubourgs de Bruxelles, éditions Le Livre/Paul Legrain, Bruxelles, édition 1996, 310 p., ISBN 2-930135-10-7
  2. Tour de l'ancienne église des saints Pierre et Paul : classement, in : Bulletin des commissions royales d'art et d'archéologie, 1937, Bruxelles, Hayez, 1937, p. 95 (en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]