Rue Neuve (Bruxelles)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue Neuve.
image illustrant la Région de Bruxelles-Capitale
Cet article est une ébauche concernant la Région de Bruxelles-Capitale.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Rue Neuve

La rue Neuve (en néerlandais : Nieuwstraat) est une rue piétonne commerçante de Bruxelles située entre la place Rogier et la place de la Monnaie. Il s'agit de la rue commerçante la plus fréquentée de Belgique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de sa création en 1617, cette rue s'appelait rue Neuve de Notre-Dame, par référence à l'église Notre-Dame du Finistère qui s'y trouve. Un spéculateur foncier, Jérôme de Meester, ayant racheté des terrains entre le Fossé aux Loups et les remparts de la ville, perça la nouvelle artère en ligne droite jusqu'à la rue de la Blanchisserie, où elle obliquait vers la Porte de Namur. Ce dernier tronçon est actuellement connu sous le nom de rue de Malines. À l'origine, il s'agit d'une rue résidentielle.

En 1839, elle fut prolongée en ligne droite de la rue de la Blanchisserie jusqu'au boulevard du Jardin Botanique, de manière à établir une liaison avec la nouvelle Gare du Nord. La proximité de la gare entraîna la construction d'hôtels pour voyageurs. Après la création de la Gare du Midi et le percement de la rue du Midi, la rue Neuve constitua un élément du principal axe nord-sud de Bruxelles. Sa vocation commerciale date du milieu du XIXe siècle. Parmi les plus célèbres magasins de la rue figurent les «Grands Magasions Leonhard Tietz» et surtout «À l'Innovation», construit par Victor Horta en 1901. Ce dernier fut détruit le 22 mai 1967 par un terrible incendie qui fit 323 morts.

Au XXe siècle, l'avénement du cinématographe entraîne la multiplication des salles et la rue Neuve devient, dès les années 1920, «la» rue du cinéma de Bruxelles[1]. On y construit en 1932 le plus grand cinéma de Bruxelles, le «Métropole», une œuvre de l'architecte Adrien Blomme. La salle est décorée d'un bas-relief géant d'Ossip Zadkine. Le déclin du cinéma dans les années 1980 consacre le triomphe du commerce.

On y trouve actuellement le célèbre centre commercial City 2. La Rue Neuve a les loyers les plus élevés de Belgique au mètre carré[2].

Accès[modifier | modifier le code]

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par les stations de métro : De Brouckère et Rogier.

Commerces de la rue Neuve[modifier | modifier le code]

La rue est bordée de nombreuses boutiques de parfumerie et vêtements ainsi que de deux centres commerciaux : le City2 et la galerie INNO. Parmi ces boutiques, on trouve la majorité des marques de vêtements et accessoires grand public présentes en Belgique.

Outre les magasins de vêtements et accessoires, on trouve des magasins de cosmétiques ainsi que des restaurants et fast-food.

Roman[modifier | modifier le code]

Nathalie Stalmans, Finis terrae. Sous les pavés, l'enfer, éditions Terre de Brume, Bruxelles, 2014. Ce roman se déroule au XVIIe siècle aux numéros 39-43 de la rue Neuve à Bruxelles, dans une maison aujourd'hui classée.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La rue Neuve leur appartient, Charlotte Mikolajczak, La Libre, 9 novembre 2013
  2. The most expensive shopping street in the world 24 Nov, 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]