Parc de Woluwe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Woluwe.

Parc de Woluwe
Image illustrative de l’article Parc de Woluwe
Vue d'un des étangs du parc.
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Commune Woluwe-Saint-Pierre
Auderghem
Superficie entre 63 et 69,28 ha
Gestion
Propriétaire Région de Bruxelles-Capitale
Protection site classé depuis le .
Localisation
Coordonnées 50° 49′ 48″ nord, 4° 25′ 37″ est

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Parc de Woluwe

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Parc de Woluwe

Le Parc de Woluwe (wɔly(w)e) (en néerlandais: Woluwepark), , quelquefois abusivement appelé parc de la Woluwe (wɔly(w)) (bien que tenant son nom de la commune où il se trouve et non directement de la rivière Woluwe), est un parc belge de Bruxelles situé plus précisément dans la commune de Woluwe-Saint-Pierre.

Il s'étend sur 63[1] à environ 69 hectares[2], bordé par le boulevard du Souverain (vallée de la Woluwe) et l'avenue de Tervueren. Il est prolongé à Woluwe-Saint-Pierre par le Parc Parmentier et le Parc des Étangs Mellaerts et à Auderghem par le Parc Luxor et le domaine de Val Duchesse.

Historique[modifier | modifier le code]

Sur la carte de Ferraris (1771), on voit qu'au milieu du XVIIIe siècle, on distingue le Mesdaelbosch, que les couvents de Jericho à Bruxelles et le prieuré de Valduchesse à Auderghem se partageaient. Il fut bordé au nord par le bois de Linthout. Joseph II et le régime français supprimèrent ces ordres et leurs domaines et les propriétés furent loties et vendues.

En 1863, il ne restait plus du Mesdaelbosch que l'actuel parc de Woluwe. Des parties du Mesdaelbosch furent utilisées comme lieu d'épandage (steut) pendant l'entre-guerre.

Le bois de Mesdael était traversé par un vallon dont une partie avait été nommé Duyveldelle (vallon du Diable), qui s’ouvrait près d’Auderghem, dans la partie basse de l’actuelle avenue des Traquets. L'on connait encore actuellement le pont du Diable, qui passe en dessous de l'avenue Vander Swaelmen.

En 1877 débuta la construction du chemin de fer Bruxelles-Tervueren allait délimiter le Mesdaelbos le long de la vallée de la Woluwe.

La création du parc de Woluwe est liée à l’organisation de l’Exposition universelle de 1897. Cette année-là fut terminé l'aménagement de l’avenue de Tervueren, reliant les deux sites de l'Expo. Léopold II veut créer un immense parc le long de la nouvelle avenue pour la rendre plus attrayante et y attirer la bourgeoisie de l’époque.

Milieu 1901 commencèrent les travaux du boulevard du Souverain, achevés en 1910.

En 1896, le parc de Woluwe fut aménagé selon les plans de l'architecte paysagiste français Elie Lainé. Les travaux dureront trois ans.

En 1909, le parc fait partie de la Donation royale à l'État belge.

Le parc a été restauré après la Première Guerre mondiale. Les premières activités sportives sont organisées dans le parc en 1920. Un complexe sportif est alors créé dont les installations sur la Plaine des Sports dans la partie haute, remontent aux années soixante.

Classé en 1972, ce site est géré par le service des espaces verts de l'IBGE.

Une voie traverse le parc de long en large : l' avenue du Parc, devenue en 1917 avenue du Parc de Woluwe. Elle part de l'avenue de Tervueren et aboutit à Auderghem où elle passait sous un pont ferroviaire étroit pour rejoindre le boulevard du Souverain. Ce vieux pont fut démoli en 1975, après que la voie Bruxelles-Tervueren fut désaffectée en 1970.

C'est aussi à la fin du XXe siècle que la plupart des chemins du parc de Woluwe reçurent des noms.

On créa une promenade sur la voie de chemin de fer Bruxelles-Tervueren qui longe le parc. Cette promenade s'insère dans promenade verte[3] de la Région bruxelloise.

Depuis 2005, l'asbl Music Productive y organise le festival Rock the City qui a pour but de mettre en avant de jeunes artistes belges.

Descriptif[modifier | modifier le code]

L'un des étangs artificiels du parc.

Son style d'allure romantique est qualifié de paysage anglais. Grâce à d’importants travaux de terrassement, il va concevoir un ensemble paysager vallonné, articulé autour de longs chemins sinueux et ponctués de vastes plans d’eau et de bouquets d’arbres. Tirant profit d'une dénivellation de plus de 30 m, on creusa trois étangs artificiels en cascade alimentés par le ruisseau du Bemel. Le parc offre une mosaïque de pelouses, de sentiers et de bosquets.

Le parc compte de nombreux arbres et arbustes: jusque 180 essences différentes. Nombreux figurent parmi les arbres remarquables de la région bruxelloise, tel ce sequoia géant de 7 mètres de circonférence. Sept ont reçu le titre de Champion de Belgique de l’asbl Dendrologie Belgique. Parmi ceux-ci un érable rouge, un chêne bicolore et un cormier. On y trouve aussi des cyprès.

Dans les sous-bois poussent l'anémone des bois, le gouet tacheté et la jacinthe sauvage. D’une manière générale, la flore du parc de Woluwe est très diversifiée, allant d’essences communes et très répandues à des espèces beaucoup plus rares.

Les étangs et les prairies humides du parc attirent de nombreux oiseaux aquatiques indigènes ou en migration tels des canards, cygnes et mouettes, héron cendré, ouette d'Égypte et autres. Des papillons butinent les fleurs à la belle saison.

Animaux[modifier | modifier le code]

Les canards et les cygnes du parc, sous la neige.

Le parc est source de refuge naturel pour de nombreuses espèces. On y croise notamment bon nombre de lapins, d’écureuils, de cygnes et des canards, pour ne citer qu'eux.

Arbres remarquables[modifier | modifier le code]

2286-00020 Parc de Woluwe (3).JPG
2286-00020 Parc de Woluwe (14).JPG

Ci-dessous, quelques-uns des plus gros arbres remarquables du parc répertoriés par la Commission des monuments et des sites :

nom français nom latin cir. en cm
Séquoia géant Sequoiadendron giganteum 680
Peuplier du Canada Populus x canadensis 493
Hêtre pourpre Fagus sylvatica f. purpurea 441
Chêne des marais Quercus palustris 421
Tilleul argenté Tilia tomentosa 408
Chêne rouge d'Amérique Quercus rubra 402
Thuya du Pacifique Thuja plicata 374
Cyprès chauve de Louisiane Taxodium distichum 356
Robinier faux-acacia Robinia pseudoacacia f. tortuosa 341
Châtaignier Castanea sativa 340
If commun Taxus baccata 337
Érable argenté Acer saccharinum var. laciniatum 330
Peuplier noir Populus nigra 326
Hêtre d'Europe Fagus sylvatica 310
Tilleul commun Tilia x europaea 309
Platane à feuilles d'érable Platanus x hispanica 307
Marronnier commun Aesculus hippocastanum 306
Peuplier grisard Populus x canescens 304
Érable de Dieck Acer dieckii 300
Chêne écarlate Quercus coccinea 299

Images[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]