Avenue Franklin Roosevelt (Bruxelles)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avenue Franklin Roosevelt.
Ne doit pas être confondu avec Avenue Franklin-D.-Roosevelt.

Avenue Franklin Roosevelt
Image illustrative de l’article Avenue Franklin Roosevelt (Bruxelles)
après rénovation
Situation
Coordonnées 50° 48′ 28″ nord, 4° 23′ 05″ est
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Région de Bruxelles-Capitale
Ville Ville de Bruxelles et Ixelles
Tenant
Aboutissant Chaussée de la Hulpe
Morphologie
Type Avenue
Forme Sinueuse
Longueur 3 664[1] m
Histoire
Création 1922
Anciens noms Avenue des Nations
Lieux d'intérêt Université libre de Bruxelles
Monuments

L'avenue Franklin Roosevelt est une avenue du sud de Bruxelles-ville, longeant le bois de la Cambre.

Localisation[modifier | modifier le code]

Partant du carrefour formé par les avenues Émile De Mot, Émile Duray et le boulevard de la Cambre pour atteindre la chaussée de La Hulpe devant l'hippodrome de Boitsfort, elle est longue d'environ 2650 mètres et large d'une quarantaine de mètres. Elle comporte une pelouse centrale, séparant les voies de circulation, sur laquelle sont érigées plusieurs sculptures monumentales : le aviateurs et aérostiers tombés pendant la Première Guerre mondiale de Pierre de Soete, la statue allégorique de la libre pensée à la mémoire de Francisco Ferrer et la statue équestre de Simón Bolívar. Il faut considérer la statue de Théodore Verhaegen érigée sur la pelouse qui s'étend devant l'l'université de Bruxelles comme faisant partie du patrimoine monumental de l'avenue, étant dressée au bord de celle-ci.

Le renom luxueux de l'avenue provient des riches propriétés qui la bordent dont une partie est aujourd'hui occupée par des bureaux de prestige et des missions diplomatiques. Le côté du bois de la Cambre est majoritairement constitué de villas isolées ou jumelées, bénéficiant entre elles d'intervalles découvrant la vue du bois de la Cambre. La rive opposée, à la limite d'Ixelles, est surtout constituée d'habitations mitoyennes : maisons bourgeoises, hôtels de maître auxquelles se mêlent quelques immeubles à appartements qui furent autorisés à la condition de ne pas dépasser 16 mètres de haut ; à partir de l'intersection avec l'avenue du Venezuela il n' y a plus que des habitations individuelles.

L'université de style renaissance, dont le campanile se dresse sur la rive gauche de l'avenue, est le seul bâtiment "officiel" de celle-ci. Une grande diversité de styles architecturaux appliqués à un habitat bourgeois caractérise l'avenue. Non loin de l'université, la maison Delune que son aspect situe entre l'Art Nouveau et l'Art déco, ave un léger aspect oriental, a fini -après une période où elle connut la dégradation et fut menacée de démolition par les appétits des promoteurs immobiliers- par devenir l'ambassade d'un pays oriental. L'éclectisme caractérise en effet l'architecture des constructions de l'avenue, dont le style Beaux-Arts, mais aussi le modernisme. Et le decorum des façades se retrouve dans les aménagements intérieurs des habitations, où les pièces de réception occupent largement l'espace. La majorité d'entre elles compte des pièces destinées à l'habitation des domestiques, s'agissant de bâtiments érigés dans les années 1920, alors que le personnel de maison était encore nombreux (mais destiné à se raréfier bientôt).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'avenue fut tracée sous le nom d'avenue des Nations en 1922, selon les vœux de Léopold II, à travers le site de l'Exposition universelle de 1910. Il s'agissait de se doter d'un quartier résidentiel prestigieux — comme en témoigne le slogan Perle de la Capitale des publicités de l'époque — et de répondre par là aux aspirations d'une population aisée que la Ville de Bruxelles souhaitait maintenir sur son territoire.

L'édification de l'avenue, des artères adjacentes et des premiers bâtiments a lieu rapidement durant l'entre-deux-guerres dès 1922 : jusqu'à l'avenue Air Marshal Coningham, la plupart des immeubles datent des années 1920 ; la section qui s'étend jusqu'à l'intersection avec l'avenue du Venezuela est majoritairement composée de maisons érigées dans les années 1930.

En 1945, l'avenue des Nations devient l'avenue Franklin Roosevelt, en l'honneur du trente-deuxième président des États-Unis, un des "trois grands" à la tête des nations alliées de la Seconde Guerre mondiale qui aboutirent à la victoire et à la "Libération".

Alors que les destructions et reconstructions d'habitations sont nombreuses sur le territoire de Bruxelles-ville (bruxellisation) à partir des années 1960, l'aspect de l’avenue Franklin Roosevelt est resté inchangé au cours du temps ; la grande majorité du bâti est en effet très bien conservée, et quatre immeubles sont d'ailleurs aujourd'hui classés.

Art[modifier | modifier le code]

La prestigieuse avenue Franklin Roosevelt fait parfois l’objet d’expositions d’art et notamment d’art contemporain, dont la plus connue et celle qui a le plus marqué ceux qui ont emprunté l’avenue Franklin Roosevelt, est celle de San Damon. Le photographe-plasticien avait mis en place sur quatre kilomètres une transmutation des sources lumineuses. Une analyse du sophisme et de la réfraction de l’Oniroscopisme (procédé photographique argentique qu’il a créé et déposé sous brevet) en milieu urbain. En d’autres termes, les lampadaires routiers étaient enveloppés dans des filtres de couleur magenta rougeâtre et les lampadaires piétonniers dans des filtres de couleur magenta violacé ; le magenta étant l’une des couleurs principales de l'Oniroscopisme[2].

Bâtiments notables[modifier | modifier le code]

Au no 115, un séquoia géant est également inscrit sur la liste de sauvegarde du patrimoine de la Région de Bruxelles-Capitale. Avec une circonférence de 6,86 mètres et une hauteur de 30 mètres, il s'agit du plus gros séquoia géant recensé à Bruxelles et du plus gros arbre de la région, toutes espèces confondues.

Ambassades et consulats[modifier | modifier le code]

Ambassade du Qatar
Ambassade de Singapour

En partant du centre ville vers l'hippodrome de Boitsfort :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Streetdir.be
  2. « L'avenue Franklin Roosevelt revêtue de rose », sur La Libre, (consulté le 11 mars 2015)
  3. Avenue Franklin Roosevelt, 17Inventaire du patrimoine architectural de la Région de Bruxelles-Capitale.
  4. Fondation Boghossian

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]