Nigritie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Nigritie (du latin niger, noir), également nommée Pays des Noirs, Soudan[1], Tekrour ou Takrour, est l'ancien nom donné à une région d'Afrique qui correspond aux territoires allant du Niger et du Mali actuels jusqu'au Soudan actuel[2].

Plus précisément, il s'agirait du bassin du Nil supérieur à l'Est jusqu'à l'océan Atlantique à l'Ouest[2], territoire couvrant une grande partie de l'Afrique subsaharienne.

Le mot « Nigritie » a été employé par les Européens (ex : Charles de Brosses : « Les arabes la nomment bilâd as-sûdân, le « pays des noirs » et les Africains la nomment Takrour ». Le mot « Nigritie » peut être considéré comme ayant parfois une connotation péjorative (pays des nègres[3]) du fait des dérivés racistes du mot latin niger[réf. nécessaire].

Délimitation géographique[modifier | modifier le code]

En 1689, Jean-Baptiste Gaby délimite la Nigritie comme suit :

« Ce grand Empire de Nigritie ne sçauraoit mieux se faire connoître que par ses quatre principales bornes Geographiques. Du côté du Nord, il est borné par la haute Ethiopie que la Geographie vulgaire nomme le païs de par delà Galaam, qui est l'endroit le plus haut sur la rivière du Niger qui soit connu aux Européens, Portugais, Hollandois & François. Du côté de l'occident, il avoisine la mer Atlantique comme aussi la pointe de la côte de barbarie, Au midy il joint la basse Ethiopie ou le païs de par delà Ligne ; & au Levant il regarde le Niger, sur lequel nous faisons continuellement des voyages[4]. »

— J.B. Gaby, Relation de la Nigritie

En 1838, Adriano Balbi dans son Abrégé de géographie[2] distingue :

  • la Nigritie occidentale ou Sénégambie[2] ;
  • la Nigritie maritime ou Guinée[2] ;
  • la Nigritie méridionale ou Congo (au sud de l'équateur)[2] ;
  • la Nigritie intérieure ou Nigritie propre (celle que les Arabes nommaient Soudan)[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles de Brosses, Du culte des dieux fétiches, ou Parallèle de l'ancienne religion de l’Égypte avec la religion actuelle de Nigritie , , 285 p. (lire en ligne).
  • Pierre Trémaux, Voyage en Éthiopie, au Soudan oriental et dans la Nigritie, t. 1er : Égypte et Éthiopie, Hachette, (lire en ligne).
  • Antoine Edme Pruneau de Pommegorge, Description de la Nigritie, Chez Maradan, , 284 p. (lire en ligne).
  • Jean-Baptiste Gaby, Relation de la Nigritie, contenant une exacte description de ses Royaumes & de leurs Gouvernements, la Religion, les Mœurs, Coustumes & raretez de ce Païs. Avec la découverte de la Rivière du Senega, dont on a fait une Carte particulière , E. Couterot, , 92 p. (lire en ligne).
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia. p. 1350-1351

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ainsi Bouillet, p. 1350 : « la Nigritie proprement dite appelée par les arabes Soudan »
  2. a, b, c, d, e, f et g Adriano Balbi, Abrégé de géographie :rédigé sur un nouveau plan d’après les derniers traités de paix et les découvertes les plus récentes, Jules Renouard, 1838) (lire en ligne).
  3. Jean-Baptiste Gaby, Relation de la Nigritie, contenant une exacte description de ses Royaumes & de leurs Gouvernements, la Religion, les Mœurs, Coustumes & raretez de ce Païs. Avec la découverte de la Rivière du Senega, dont on a fait une Carte particulière, E. Couterot, (lire en ligne), p. 78
  4. J.B. Gaby, Relation de la Nigritie (lire en ligne), p. 79.