Stéphanie Vallée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stéphanie Vallée
Fonctions
Députée de Gatineau
Prédécesseur Réjean Lafrenière
Ministre de la Justice
Prédécesseur Bertrand Saint-Arnaud
Biographie
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Sherbrooke, Québec (Canada)
Parti politique Parti libéral du Québec
Diplômé de Université d'Ottawa

Stéphanie Vallée est une femme politique canadienne née le à Sherbrooke. À la suite de l'élection générale québécoise de 2007, elle est devenue députée de la circonscription de Gatineau à l'Assemblée nationale du Québec. Elle a été élue sous la bannière du Parti libéral du Québec.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stéphanie Vallée détient une licence en droit civil (LL.L) de l'Université d'Ottawa (1993) et est avocate inscrite au Barreau du Québec depuis 1995. Associée du cabinet Vallée & Hubert de Maniwaki de 1995 à 2007 où elle pratique en droit civil, matrimonial et criminel. Elle a été négociatrice en chef pour le Ministère des affaires indiennes et du Nord Canada en 2006 et 2007.

Elle a été adjointe parlementaire à la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport et ministre de la Famille, Michelle Courchesne, du 25 avril 2007 au 5 novembre 2008.

Réélue aux élections générales du 8 décembre 2008.

À compter du 15 janvier 2009, elle est adjointe parlementaire du Premier ministre du Québec.

Le 23 avril 2014, elle est nommée ministre de la Justice du Québec.

À titre de ministre de la Justice, elle dépose le projet de loi no. 59 pour luter contre la radicalisation. Ce projet de loi fut critiqué pour l'atteinte qu'il pourrait porter à la liberté d'expression. En mars 2016, lorsque la ministre québécoise de la Condition féminine, Lise Thériault, affirma qu'elle n'était pas féministe, Mme Vallée se déclara elle-même «humaniste plutôt que féministe». À titre de Procureure générale du Québec, elle défendit devant la Cour supérieure du Québec la thèse selon laquelle il est possible de participer à un mariage confessionnel sans contracter de mariage civil, parlant à ce propos d'«union spirituelle», un concept inexistant en Droit[1]. La ministre Vallée a par la suite réaffirmé la position juridique traditionnelle québécoise afin d'assurer le respect des dispositions législatives existantes. [1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Une ministre dépassée par sa fonction », sur Le Journal de Montréal (consulté le 12 mars 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]