Boletus aereus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cèpe bronzé

Boletus aereus, le Cèpe bronzé, est une espèce de champignons basidiomycètes du genre Boletus et de la famille des Boletaceae. Il fait partie, avec Boletus edulis, Boletus reticulatus et Boletus pinophilus, des quatre espèces de bolets "nobles" ; les Cèpes. Cette espèce comestible, fréquente en France dans les régions méditerranéennes, est caractérisée par son chapeau sombre et sa tendance thermophile. Les dernières études phylogénétiques la placent dans un clade proche du groupe des edulis stricto sensu.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Collection de sporophores de Boletus aereus, le Cèpe bronzé.

Nom binominal accepté[modifier | modifier le code]

Boletus aereus Bulliard 1789.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Boletus aereus Bulliard (1788), Fries (1821), Krombholtz (1836) M[1]
  • Boletus edulis f. aereus (Bull.) Vassilkov 1955
  • Boletus edulis f. aereus (Bull.) Vassilkov 1966
  • Tubiporus edulis aereus (Bull.) Maire 1937

Etymologie[modifier | modifier le code]

L'épithète spécifique latine aereus signifie « d'airain », « de bronze ».

Nom normalisé[modifier | modifier le code]

  • Cèpe bronzé[2].
    Deux jeunes spécimens.

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Cèpe noir.
  • Gendarme noir[3].
  • Cèpe tête-de-nègre[4], mais ce nom n'est plus recommandé par le Comité pour les noms français des champignons[5].

Situation du clade Boletus aereus[modifier | modifier le code]

Phylogramme et position de Boletus aereus

Description[modifier | modifier le code]

Le Cèpe bronzé est un bolet. Les bolets sont des champignons dont l’hyménophore à tubes, terminés par des pores, se sépare facilement de la chair du chapeau, avec un pied central assez épais et une chair compacte. Ils ont un chapeau rond, recouvert d'une cuticule, devenant convexe à mesure qu’ils vieillissent. Les caractéristiques morphologiques de Boletus aereus sont les suivantes :

Son chapeau mesure de 7 à 15-20, voire 30 cm. Sa cuticule est de couleur brun-noir, d'abord noire (parfois gris blanc lorsqu'il est jeune, à l'état de bouchon couvert par la végétation), puis parfois bistre-bronze lorsqu'il est exposé.

L'hyménophore présente des pores fins, concolores aux tubes, d'un blanc pur qui devient jaune puis olivâtre. Sa sporée est de couleur olivâtre.

Son stipe (pied) mesure de 6 à 10 cm, il est de couleur brun, brun foncé, marron clair à marron. Il est généralement orné d'un fin réseau concolore peu étendu.

La chair est blanche, immuable, épaisse et ferme. Sa saveur est douce et son odeur est très agréable, de forêt humide[9].

Caractéristiques microscopiques[modifier | modifier le code]

Ses spores mesurent 13,5 à 15,5 μm x 4,5 à 5,5 μm, elles sont allongées-fusoïdes.

Variétés et formes[modifier | modifier le code]

  • Boletus aereus f. citrinus, au chapeau jaune clair.
  • Boletus aereus var. mamorensis, le Cèpe de la Maâmora, tantôt considéré comme une forme du Cèpe bronzé, tantôt considéré comme une espèce à part entière, au stipe subradicant et au chapeau aux tons un peu plus rougeâtres, au Maroc et dans le sud de la France.

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Le Cèpe bronzé est thermophile, il pousse de la fin de l'été au début de l'hiver, sous feuillus, généralement dans les chênaies aérées, plus fréquemment des régions méditerranéennes et de l'ouest de la France. Il existe aussi dans l'est de la France. Il est plus rare dans le nord (On l'y trouve lorsque la température est assez élevée).

Comestibilité[modifier | modifier le code]

C'est un excellent comestible et peut-être le meilleur des cèpes grâce au croquant de sa chair.

Espèces proches et confusions possibles[modifier | modifier le code]

Par ses trois couleurs bien tranchées (brun-noir, brun clair, blanc), le Cèpe bronzé n'est pas facile à confondre. On pourrait éventuellement le confondre avec le Cèpe d'été (Boletus reticulatus) qui est aussi thermophile et qui vient à la même période.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Maublan A. 6e édition revue par Viennot-Bourgin, II Atlas, p.167.
  2. Nom normalisé en français selon Mycofrance
  3. vide: Maublanc, Phillips.
  4. Danielle Dechamps, « Les champignons », sur gastronomie-wallonne.be (consulté le ).
  5. Noms normalisés recommandés par le Comité pour les noms français des champignons. Cf Les noms français des champignons sur le site de la Société Mycologique de France.
  6. (en) BTM Dentinger et al., « Molecular phylogenetics of porcini mushrooms (Boletus section Boletus) », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 57, no 3,‎ , p. 1276–1292 (lire en ligne)
  7. Comité pour les noms français, Société mycologique de France
  8. Forêt de conifères, Pinus ponderosa, Californie
  9. Guillaume Eyssartier & Pierre Roux, Guide des champignons – France et Europe – 4ᵉ édition, Belin, , p. 96

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :