Nègres blancs d'Amérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nègres blancs d'Amérique
Image illustrative de l’article Nègres blancs d'Amérique
Parution aux Éditions Typo

Auteur Pierre Vallières
Pays Drapeau du Canada Canada
Genre Essai
Autobiographie
Éditeur Parti pris
Date de parution 1968
Nombre de pages 542
ISBN 2-89037-011-9

Nègres blancs d'Amérique est un essai de Pierre Vallières publié en 1968 aux Éditions Parti Pris.

Contexte de la rédaction de l'ouvrage[modifier | modifier le code]

Après la dislocation par les forces policières du réseau felquiste qu’ils viennent de mettre en place, Pierre Vallières, accompagné de Charles Gagnon se réfugient à New York auprès de groupes de militants des Black Panthers. Les 25 et 26 septembre 1966, ils manifestent devant le siège des Nations unies pour réclamer le statut de prisonniers politiques pour leurs camarades incarcérés à Montréal et faire connaître au monde entier la lutte de libération nationale du peuple québécois.

Suite à cette manifestation, tous deux sont emprisonnés à Manhattan dans la prison du Tombs (en)[1].

Après une grève de la faim de 29 jours, c'est dans cette prison où la très grande majorité de la population carcérale était composée de Noirs que Pierre Vallières rédige en deux mois le manuscrit de Nègres blancs d'Amérique. Vallières s'emploie jours et nuits à la rédaction de son ouvrage, avec l'aide d'une multitude de petits crayons à mine de plomb (les stylos sont interdits)[2], et il le fait sortir de prison sous la forme de notes adressées à son avocat, qui le remet à Gérald Godin, alors éditeur pour Parti pris[3].

Après quatre mois de détention, Vallières et Gagnon sont libérés pour être aussitôt arrétés par les autorités canadiennes et incarcérés à la prison de Bordeaux. Après une année d’attente, Vallières subit finalement son procès sous l’accusation d’homicide involontaire de Thérèse Morin, secrétaire à l’usine Lagrenade, tuée lors de l’explosion de la bombe placée par le FLQ. C'est le 14 mars 1968, durant la troisième semaine de son procès qu'est publié Nègres blancs d'Amérique[4]. L'attitude de Vallières, ses paroles et ses écrits lui valent une condamnation à perpétuité le 5 avril 1968[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cet essai se décompose en trois parties. La première brosse un portrait historique rapide de l'histoire des Canadiens français et analyse les rapports sociaux entre la classe ouvrière, la petite bourgeoisie et les élites dirigeantes dans la société québécoise des années 1950 et 1960, encore sous l'emprise économique des conglomérats anglo-américains et incapable de se définir clairement par rapport aux différentes formes de pouvoirs qui s'exerçaient alors. À la seconde partie, autobiographique, s'ajoute en troisième des propositions d'ordre politiques dans une optique marxiste pour améliorer la position du prolétariat québecois.

Pour Vallières, le Québec francophone de l'époque est la patrie d'un peuple encore grandement colonisé que seule une révolution (marxiste) pourra libérer. Ce projet d’un Québec socialiste tire ses références chez les économistes Paul Alexander Baran, Paul Sweezy et André Gunder Frank de la revue américaine Monthly Review qui avaient, à cette époque, beaucoup d’influence sur la gauche québécoise[5].

L'expression « Nègres blancs » résulte de l'assimilation que Vallières fait entre les Noirs américains, qui à ses yeux sont toujours considérés comme des esclaves aux États-Unis, et la classe ouvrière et le sous-prolétariat québécois, « esclaves » d'une élite dominante anglo-saxonne :

« Ne sont-ils pas, depuis l'établissement de la Nouvelle-France, au XVIIe siècle, les valets des impérialistes, les « nègres blancs d'Amérique » ? N'ont-ils pas, tout comme les Noirs américains, été importés pour servir de main-d'œuvre à bon marché dans le Nouveau Monde? Ce qui les différencie : uniquement la couleur de la peau et le continent d'origine. Après trois siècles, leur condition est demeurée la même. Ils constituent toujours un réservoir de main-d'œuvre à bon marché que les détenteurs de capitaux ont toute liberté de faire travailler ou de réduire au chômage, au gré de leurs intérêts financiers, qu'ils ont toute liberté de mal payer, de maltraiter et de fouler aux pieds. »

— Pierre Vallières, Nègres blancs d'Amérique[6]

Ce livre sera un temps considéré comme le principal manifeste du mouvement de libération nationale québécois et fera l'objet de plusieurs rééditions chez différents éditeurs (éd. Parti pris, éd. Maspéro, éd. Typo)[7].

Censure[modifier | modifier le code]

Le 31 octobre 1969, le livre est saisi par la police canadienne ; les appels à la révolte contre le sort fait aux travailleurs pauvres sont considérés par le gouvernement canadien comme des propos séditieux. Le gouvernement canadien attaque le livre directement comme « libelle séditieux », mais l'utilise aussi comme pièce à conviction dans les nombreux procès pour sédition qu'il intente à Vaillières. Concernant les accusations portant spécifiquement sur l'ouvrage, aucune date de procès n'est annoncée, et les éditeurs, bien que désireux de profiter de cette publicité, hésitent à continuer à le publier, ne sachant pas s'il est légalement interdit. Les réponses du gouvernement aux questions de Gérald Godin à ce sujet sont très évasives, se contentant de le rediriger vers la lecture des textes de loi. En juin 1971, Le Devoir affirme que le ministère de la Justice envisagerait d'abandonner les poursuites pour sédition, en raison de ses mauvais résultats dans les procès précédents, presque tous perdus. En 1994, une préface de l'ouvrage confirme que les poursuites ont été abandonnées en 1973[8].

Réception et critiques[modifier | modifier le code]

Sorti en plein procès de Pierre Vallières, le livre bénéficie d'une grosse exposition médiatique et devient immédiatement un grand succès. Il s'en vendra plus de 100 000 exemplaires[3]. Le livre est très bien accueilli par les universitaires canadiens, et il devient très vite un livre de référence, étant étudié dans les collèges et les universités. Il est traduit en anglais, en italien et en allemand, ce qui lui assure une large diffusion et fait de lui pendant longtemps l'essai québécois le plus vendu à l'étranger[8],[3].

À sa sortie, dans le journal La Presse, Nègres blancs d'Amérique est décrit comme un livre choc, un manifeste jusqu'ici sans égal au Québec[4]. Dans le New York Times, Christopher Lehmann-Haupt soutient que cet ouvrage va vraisemblablement prendre sa place au côtés des écrits de Malcom X, Eldridge Cleaver, Frantz Fanon, Che Guevara et Rédis Debray[9].

Pour les quarante ans de la sortie du livre, Louis Hamelin décrit Nègres blancs d'Amérique comme le meilleur document québécois sur le bouillonnement des années 1960[2]. En 2018, Marc Laurendeau affirme que le livre rend brillamment compte du climat social de l’époque, dénonçant les élites, les bourgeois ainsi que le colonialisme canadien-anglais et celui des États-Unis[3].

Métaphore raciale[modifier | modifier le code]

Pierre Vallières n'est pas le premier écrivain à avoir recours aux métaphores raciales pour décrire les Québécois francophones et cette comparaison est assez répandue au cours des années 1960. En 1959, Raoul Roy, fondateur de la Revue socialiste reproche à la bourgeoisie anglophone de se servir des travailleurs Canadiens français comme des «nègres blancs». Dès 1936, le frère Marie Victorin avait employé les mêmes termes pour déplorer le retard des Canadiens français en sciences [10].

En 1968, la comparaison entre les Canadiens Français et les Noirs des États-unis effectuée par Vallières est exagérée pour certains, comme Elder Thébaud, étudiant haïtien à l'Université McGill et co-président du comité organisant le Congrès des écrivains noirs[11] , qui déclare en 1968 dans le journal universitaire : « Les Québécois aiment s'appeler les Nègres du Canada, mais — je vous ferais remarquer que de toutes les races humaines, la race noire a été la plus humiliée. Nous devons d'abord organiser les noirs qui ont été divisés par le colonisateur. Cette collaboration entre noirs et blancs opprimés est tout à fait souhaitable, mais je crois que ce n'est pas la tâche du moment. »[12].

Pourtant, au début des années 1960, certains indicateurs comme les revenus, le niveau d'éducation ou l'espérance de vie diffèrent énormément au Québec, que l'on soit anglophone ou francophone, tout comme aux États-Unis que l'on soit noir ou blanc. Le poète martiniquais Aimé Césaire qui définira plus tard la négritude comme n'ayant rien à voir avec la couleur de peau se dit d'abord surpris par la comparaison effectuée par Vallières, mais déclarera dans les années 1990 que Vallières avait compris en profondeur la négritude[4].

Plusieurs décennies après la sortie du livre, des universitaires se penchent à leur tour sur cette analogie.

  • En 2004, au sein du chapitre Speak White !: Language and Race in the Social Construct of Frenchness in Canada, Josée Makropoulos relève un reniement de la présence historique des communautés antillaises et afro-canadiennes et du racisme à l'intérieur du Québec dans Nègres blanc d'Amérique[13],[14].
  • En 2009, dans la revue Liberté, Fernande Roy trouve la comparaison entre les Canadiens Français et les Afro-Américains odieuse et qu'elle révèle du nombrilisme, de l'ignorance et une totale inconscience de la condition afro-américaine[15].
  • En 2014, dans son essai De Groulx à Laferrière : un parcours de la race dans la littérature québécoise, Corrie Scott estime que Nègres blancs d'Amérique n'est qu'« une comédie destinée à simuler et à dépeindre les caractéristiques et les mœurs d'une certaine masculinité prolétaire, québécoise et blanche qui s'entiche d'un masculin noir imaginé » et un « récit qui se prend affreusement au sérieux »[16]. Corrie Scott regrète que Vallières sursimplifie, dans ses descriptions, les mouvements politiques et culturels afro-américains[17] en ne se concentrant que sur les aspects violents du mouvement militant afro-américain, glorifiant Malcolm X et traitant Martin Luther King de prostitué[18]. Elle relève également une absence d'une remise en cause du racisme interne au Québec et une inquiétude plus exacerbée pour les victimes blanches du racisme que les victimes noires. Enfin, Corrie Scott critique l'oxymore « nègre blanc » qui selon elle ne sert qu'à accentuer la blanchité québécoise, et à insister sur le fait que les Franco-Québécois méritent un meilleur traitement parce qu'ils sont blancs. D'ailleurs, elle ajoute que Pierre Vallières exploite le stéréotype du « nègre dangereux » hyperviril prêt à une guerre civile pour appeler les hommes franco-québécois à se venger, selon elle, de leur émasculation[19]
  • Suite à l'essai de Corrie Scott, Jean-François Plamondon écrit dans la revue Studi Francesi que la théorie de l'accentuation de la blancheur québécoise exposée par Corrie Scott est le fruit d'une habile manipulation rhétorique car le texte de Vallières ne vise en aucun cas à prôner la supériorité de la race blanche, mais à annihiler l’esclavage dans le monde impérialiste étasunien. Selon Jean-François Plamondon, c’est en solidarité avec la lutte des Noirs que Vallières utilise une catégorie raciale pour parler de la condition des Québécois[20].
  • En 2015, dans son essai Nègres noirs, Nègres blancs : Race, sexe et politique dans les années 1960; David Austin affirme que Nègres blancs d'Amérique révèle comment on peut s'approprier les identités des Noirs et comment, historiquement, on les a utilisés en niant leurs expériences singulières[21]. David Austin affirme que Nègres blancs d'Amérique invisibilise la population noire de Montréal[22] et ignore son histoire et l'oppression qu'elle subit[23],[24].
    • Suite à l'essai de David Austin, Jean-Philippe Warren écrit dans dans la revue Bulletin d'histoire politique que le terme « nègres blancs » peut s'appliquer avec d’importantes nuances aux Québécois francophones de 1968. Leurs revenus les plaçant aux plus bas échelons de la « pyramide verticale » canadienne et leur révolte les rapprochant des militants qui, de l’Alabama au Congo en passant par Haïti, cherchaient à abattre le racisme et le capitalisme[25].
  • En 2016, dans l'essai Une place au soleil, Sean Mills expose que Nègres blancs d'Amérique a eu comme conséquence une minimisation de « la longue histoire de diversité dans la province », la marginalisation de l'histoire des personnes noires et autochtones au Québec et l'invisibilisation de la réalité des minorités raciales. Il rappelle qu'au XXe siècle, beaucoup d'Afro-Montréalaises travaillaient comme des porteurs dans les voitures-lits et que les Afro-Montréalaises étaient des domestiques[26].
  • Pour sa part, en 2020, Pierre Fortin affirme dans le Devoir que Pierre Vallières avait bien conscience que l’histoire des peuples Canadiens français et Noirs américains est totalement différente. Selon Pierre Fortin, sur le plan salarial, la métaphore correspondait à l’exacte vérité, en considérant qu'en 1960, au Québec, le revenu d’emploi moyen des hommes francophones unilingues équivalait à 51 % de celui des hommes d’origine britannique unilingues. À la même date, aux États-Unis, le revenu d’emploi moyen des hommes noirs équivalait à 56 % de celui des hommes blancs[27].

Influences[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « À propos de Pierre Vallières et de « Nègres blancs d’Amérique » | L'aut’journal », sur lautjournal.info (consulté le 6 juillet 2020)
  2. a et b Article du journal Le Devoir pour les quarante ans de la parution de ce livre
  3. a b c d et e « ICI Radio-Canada Première | Balados, livres audio », sur Radio-Canada (consulté le 7 juillet 2020)
  4. a b et c Daniel Sanson-Legault, Dissident - Pierre Vallières (1938-1998) (ISBN 978-2-7644-3641-7), p. 180
  5. « À propos de Pierre Vallières et de « Nègres blancs d’Amérique » | L'aut’journal », sur lautjournal.info (consulté le 6 juillet 2020)
  6. Pierre Vallières, Nègres blancs d'Amérique, chapitre 1, cité par Fernande Roy, « Nègres blancs d’Amérique? », Liberté, vol. 51, no 3,‎ , p. 34–52 (lire en ligne).
  7. Université de Sherbrooke
  8. a et b Pierre Hébert, Kenneth Landry et Yves Lever, Dictionnaire de la censure au Québec: littérature et cinéma, Les Editions Fides, (ISBN 9782762126365, lire en ligne), p. 82 ; 676 ; 475-477
  9. Sean Mills, Contester l'Empire (ISBN 978-2-89647-525-4), p. 104
  10. Daniel Samson-Legault, Dissident - Pierre Vallières (1938-1998): Au-delà de Nègres blancs d'Amérique, Québec Amerique, (ISBN 978-2-7644-3643-1, lire en ligne)
  11. Austin 2015, p. 104
  12. (en) « Black Writers Congress », The McGill Daily, vol. 58, no 11,‎ , p. 4-5 (lire en ligne, consulté le 11 juillet 2020).
  13. (en) Josée Makropoulos, « Speak White ! : Language and Race in the Social Construct of Frenchness in Canada », dans Racism, Eh? : A Critical Inter-disciplinary Anthology of Race and Racism in Canada, , p. 249
  14. Scott 2014, p. 125-126
  15. Roy 2009, p. 34-35
  16. Corrie Scott, De Groulx à Laferrière : un parcours de la race dans la littérature québécoise (Essai), Montréal, XYZ, coll. « Théorie et littérature », , 244 p. (ISBN 978-2-89261-820-4), chap. 4 (« Peau blanche, masques noirs: Speak White et Nègres blancs d'Amérique »), p. 137
  17. Corrie Scott, De Groulx à Laferrière : un parcours de la race dans la littérature québécoise (Essai), Montréal, XYZ, coll. « Théorie et littérature », , 244 p. (ISBN 978-2-89261-820-4), chap. 4 (« Peau blanche, masques noirs: Speak White et Nègres blancs d'Amérique »), p. 125

    « Ce genre de simplification règne dans ses descriptions des défenses des droits et des cultures noire américaines. »

  18. Scott 2014, p. 134
  19. Scott 2014, p. 135-136

    « Notons l’étrange image d’une « guerre civile » hypothétique qui paralyse les hommes blancs travailleurs. Par mégarde, cette image vient renforcer le stéréotype déjà cité par Vallières du « nègre dangereux » (NB, 23). Ainsi, l’image d’une masculinité noire prônée par Vallières repose sur le pivot de la violence et de la peur; son concept de « nègre blanc », tout comme le spectacle blackface, offre un moyen de jouer avec des peurs collectives d’une masculinité menaçante et Autre, tout en maintenant un contrôle symbolique (voir Lott, 25). »

  20. Jean-François Plamondon, « Corrie Scott, De Groulx à Laferrière. Un parcours de la race dans la littérature québécoise », Studi Francesi. Rivista quadrimestrale fondata da Franco Simone, no 176 (LIX | II),‎ , p. 425–426 (ISSN 0039-2944, lire en ligne, consulté le 6 juillet 2020)
  21. David Austin (trad. de l'anglais par Colette St-Hilaire et Véronique Dassas), Nègres noirs, Nègres blancs : Race, sexe et politique dans les années 1960 [« Fear of a Black Nation: Race, Sex and Security in Sixties in Montreal »], Montréal, Lux, coll. « Mémoire des Amériques », , 293 p., chap. 4 (« Nègres blancs, Nègre noirs »), p. 82
  22. Austin 2015, p. 102
  23. Austin 2015, p. 99
  24. Austin 2015, p. 100-101

    « Mais si [les Canadiens Français] s'approprient la négritude si, au fond, ils deviennent Noirs fardés de blanc, qu'en est-il des Noirs qui vivent dans la même province ? Que devient l'histoire et l'asservissement des Noirs par les Français, que devient la résistance des Noirs à cet esclavage ? Et la longue histoire, toujours actuelle, de l'exclusion raciale des Noirs au Québec ? Que dire des différents groupes qui, dès le tournant du XXe siècle, commencent à s'organiser pour rendre aux Noirs la vie plus facile ? Encore une fois, si les Canadiens français sont des Nègres que sont les Nègres noirs qui vivent au Québec ? »

  25. Jean-Philippe Warren, « Le défi d’une histoire objective et inclusive. Fear of a Black Nation: Race, Sex and Security in Sixties Montreal par David Austin »
  26. Sean Mills (trad. de l'anglais par Hélène Paré), Une place au soleil : Haïti, les Haïtiens et le Québec [« A Place in the Sun : Haiti, Haitians, and the Remaking of Quebec »] (Essai), Montréal, Mémoire d'encrier, , 376 p. (ISBN 978-2-89712-366-6, présentation en ligne), p. 275-276
  27. « «Nègres blancs», métaphore juste en son temps », sur Le Devoir (consulté le 6 juillet 2020)
  28. « Négritude contagieuse », sur Le Devoir (consulté le 7 juillet 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]