Montchaude

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montchaude
La mairie
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Sud
Intercommunalité Communauté de communes des 4B - Sud-Charente
Statut commune déléguée
Maire délégué Frédéric Bergeon
2014-2020
Code postal 16300
Code commune 16224
Démographie
Gentilé Montécaldiens
Population 540 hab. (2013)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 55″ nord, 0° 11′ 59″ ouest
Altitude Min. 61 m – Max. 147 m
Superficie 14,18 km2
Historique
Date de fusion 1er janvier 2016
Commune(s) d’intégration Montmérac
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 15.svg
Montchaude

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 15.svg
Montchaude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Montchaude

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Montchaude

Montchaude (prononcer [mɔ̃ʃod]) est une ancienne commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente, en région Nouvelle-Aquitaine, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Montmérac, avec Lamérac.

Ses habitants sont les Montécaldiens et les Montécaldiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Montchaude est une commune du Sud Charente située à 5 km au sud-ouest de Barbezieux et 36 km au sud-ouest d'Angoulême, non loin de la Charente-Maritime.

Elle est aussi à 8 km de Baignes, 12 km d'Archiac, 18 km de Jonzac et de Brossac, 29 km de Cognac sa sous-préfecture, et 74 km de Bordeaux[2].

Le bourg est à 3 km au nord-ouest de l'échangeur sud de Barbezieux sur la N 10 entre Angoulême et Bordeaux. La D 3, route de Barbezieux à Jonzac, traverse le nord de la commune d'est en ouest et passe à 1,6 km du bourg. La D 38 reliant cette route à Baignes passe au pied du bourg, qui est desservi par la D 127 allant à Reignac et la N 10[3].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Comme dans de nombreuses communes charentaises, Montchaude possède un habitat dispersé et compte de nombreux hameaux et fermes. On peut citer la Grue et le Grand Nouzillac au sud, la Barde, les Naudins, les Chevaliers, les Fonteneaux sur la D 3, ainsi que chez Desse, chez Marron, les Brandilles, Haute Vallière, chez Champanais, chez Guinot, la Marzelle, Chabouyat, Bel-Air, chez Rabion, la Pouyade, etc.[3]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Montchaude
Guimps Barret Barbezieux-Saint-Hilaire
Lamérac Montchaude Reignac
Touvérac Le Tâtre

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue sur les vignobles vers le nord-nord-est depuis le bourg

La commune est située dans le calcaire du Bassin aquitain, comme une grande partie sud et ouest du département de la Charente. Elle est occupée en grande partie par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux, composant la Champagne charentaise[4].

Le sud de la commune ainsi qu'une zone centrale sont occupés par du sable kaolinique et galets du Tertiaire, terrains pauvres et boisés annonçant la Double saintongeaise au sud. La vallée du Trèfle, en bordure nord, est occupée par des alluvions récentes du Quaternaire[5],[6],[7].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui de collines. La vallée du Petit Trèfle la coupe en son centre. Le point culminant de la commune est à une altitude de 147 m, colline sur laquelle est construit le bourg, qui est à 120 m d'altitude. Le point le plus bas est à 61 m, situé en limite nord-ouest de la commune le long du Trèfle[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Trèfle, affluent de la Seugne qui passe à Jonzac et sous-affluent de la Charente, arrose le nord de la commune et se dirige vers l'ouest.

Le Petit Trèfle, affluent du Trèfle qui naît à Reignac, traverse la commune d'est en ouest. Il passe au sud du bourg et au pied du bourg de Lamérac situé près de la limite communale.

Au sud de la commune, les étangs de la Grue alimentent le Tâtre (autre affluent du Trèfle) qui passe à l'étang de Saint-Maigrin (Charente-Maritime).

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Monte Calcio, Monte Caucio avant 1083, Montecaltio en 1083-1098, Montis Cauzii en 1213[8], Monchauza (non datée)[9].

L'origine du nom de Montchaude semble être le pré-latin cal signifiant « pierre » ou le bas latin mons calceum signifiant « colline de craie »[10], avec attraction de chaud[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église et le château

Autrefois Montchaude était de la châtellenie de Barbezieux et de l'archiprêtré d'Archiac[8].

Au XIVe siècle Montchaude avait des seigneurs particuliers. À cette époque, Jovie, fille de Hugues de Montchaude, épousa Raymond de Mareuil, seigneur de Villebois, et lui apporta en dot la terre de Vibrac. La seigneurie de Montchaude passa ensuite sous la dépendance des seigneurs de Barbezieux, qui l'aliénèrent en faveur de la famille de Saint-Gelais. C'est à un membre de cette dernière famille qu'est due la construction du château.

Ce château a été restauré au XIXe siècle par deux propriétaires successifs, MM. Verdeau et Arnous, ce dernier étant député de l'arrondissement de Barbezieux.

Au début du XXe siècle, un marché se tenait à Montchaude le 19 de chaque mois[12].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1975 2014 Pierre Bobe NC-UDI Conseiller général
du Canton de Barbezieux-Saint-Hilaire (1982-2008)
2014 décembre 2015 Frédéric Bergeon   Conducteur de travaux

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 540 habitants, en augmentation de 4,25 % par rapport à 2008 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 016 1 022 1 047 1 000 933 909 862 871 850
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
805 817 766 745 721 673 623 624 602
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
620 590 519 507 503 478 456 429 420
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 - -
395 441 454 463 515 518 540 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Montchaude en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
0,8 
6,4 
75 à 89 ans
7,1 
18,2 
60 à 74 ans
15,0 
22,3 
45 à 59 ans
26,8 
23,9 
30 à 44 ans
23,6 
12,9 
15 à 29 ans
10,6 
15,9 
0 à 14 ans
16,1 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture est une activité importante de Montchaude, qui est située en Petite Champagne, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[19].

Certains producteurs vendent cognac, pineau des Charentes et vin de pays à la propriété.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Guimps et Montchaude. Montchaude accueille l'école élémentaire, avec une classe unique, et Guimps l'école primaire. Le secteur du collège est Barbezieux[20].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Cybard, reconstruite, date de 1895. Elle possède un important mobilier répertorié[21],[22].
  • Chapelle Saint-Mathurin
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

L'entrée du château

Le château de Montchaude est une des deux perles de la Renaissance en Charente, avec La Rochefoucauld. Construit au XVIe siècle à l'initiative de la famille Saint-Gelais puis très largement remanié au XIXe siècle par Louis Arnoux, député de Barbezieux. C'est une propriété privée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 14 février 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b et c Carte IGN sous Géoportail
  4. Michel Vigneaux, Aquitaine occidentale, Masson, , 223 p. (ISBN 2-2254-1118-2, lire en ligne), p. 48, 79
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  7. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre, (consulté le 30 novembre 2011)
  8. a et b Paul-François-Étienne Cholet (préf. L.Clouzot), Cartulaire de l'abbaye de Saint-Étienne de Baigne, Niort, L.Clouzot, , 382 p. (lire en ligne), p. 27,197,362
  9. Cartulaire de Saintes
  10. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 466.
  12. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 245
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  17. « Evolution et structure de la population à Montchaude en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  19. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le 5 décembre 2015)
  20. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 10 juillet 2012)
  21. « Église Saint-Cybard », notice no IA00041461, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Montchaude », base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]