Berneuil (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berneuil.

Berneuil
Berneuil (Charente)
L'église de Berneuil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Sud
Intercommunalité Communauté de communes des 4B Sud-Charente
Maire
Mandat
Jean-Marie Arsicaud
2014-2020
Code postal 16480
Code commune 16040
Démographie
Population
municipale
320 hab. (2016 en diminution de 0,93 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 38″ nord, 0° 04′ 17″ ouest
Altitude Min. 74 m
Max. 166 m
Superficie 16,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Berneuil

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Berneuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Berneuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Berneuil
Liens
Site web www.berneuil-charente.fr

Berneuil est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Berneuil est une commune du Sud-Charente située entre Barbezieux et Brossac, à 34 km d'Angoulême.

Elle est à 10 km au sud-est de Barbezieux et à 7 km au nord-ouest de Brossac. Elle est aussi à 12 km au sud-ouest de Blanzac, 16 km à l'ouest de Montmoreau[1].

À l'écart des grandes routes, la commune est bordée au sud-ouest par la D731, route de Chalais à Cognac par Barbezieux. Le bourg est desservi par la D 68, qui va au nord à Challignac puis vers Pont-à-Brac (N 10, commune de Nonaville), et au sud vers Chillac et Guizengeard. La D 128 traverse la commune et le bourg d'est en ouest, et la D 198 va au sud-est vers Châtignac et Montboyer[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Berneuil
Challignac Brie-sous-Barbezieux
Condéon Berneuil Poullignac
Chillac Passirac Sainte-Souline

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Comme toutes les communes charentaises, Berneuil possède un habitat dispersé et elle compte de nombreuses fermes. Il n'y a pas de véritable hameau.

Le bourg, assez petit, touche à l'ouest chez Marquis. Au sud, il y a chez Gourdeaux, chez Moreau, à l'ouest, Barabos, la Motte, au nord, chez Doublet, le Maine aux Vaches, à l'est le Grand Luc et le Petit Luc, Peuchaud, le Pont du Maçon, etc.[2]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux et marneux, qui occupe une grande partie du Sud Charente[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui de coteaux traversés du sud au nord par des vallées parallèles. Il est plus accentué à l'est. Le point culminant de la commune est à une altitude de 166 m, situé près de la limite orientale (anciens moulins à vent). Le point le plus bas est à 74 m, situé à l'extrémité nord-est au confluent de la Gorre et de la Maury. Le bourg, construit sur les hauteurs et surplombant la vallée de la Maury, s'étage entre 125 et 145 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Maury, affluent du et sous-affluent de la Charente, traverse la commune du sud au nord. La Gorre qui passe à Poullignac, limite la commune au nord-est et se jette dans la Maury.

Plus à l'ouest, le ruisseau de la Grande Fontaine qui devient le Beau plus en aval, est un autre affluent du Né, et traverse aussi la commune où il prend sa source au sud près de la limite avec Chillac.

Enfin, le Gabout, aussi appelé Gourdine plus au sud, limite la commune à l'ouest. Ce ruisseau est un affluent du Beau[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente.

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est Bernolium en 1271[6].

L'origine du nom de Berneuil remonterait à un personnage gaulois Brennus auquel est apposé le suffixe gaulois -ialo, terme de nom de lieu signifiant "espace découvert", "clairière", et qui correspondrait donc à « clairière de Brennus »[7],[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, principalement aux XIIe et XIIIe siècles, Berneuil se trouvait sur une variante de la via Turonensis, itinéraire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle qui passait en Charente par Nanteuil-en-Vallée, Saint-Amant-de-Boixe, Angoulême, Mouthiers, Montmoreau et Aubeterre, mais dont une branche bifurquait à Blanzac pour se diriger vers Pons ou Blaye[9].

Sous l'Ancien Régime, avant la création du département de la Charente, Berneuil faisait partie, comme la région de Barbezieux, de la province de Saintonge.

Au début du XXe siècle, le marché, relativement important, se tenait traditionnellement le quatrième jeudi de chaque mois[10].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 1989 2011 Raymond Poitou DVG Agriculteur retraité
2011 En cours Jean-Marie Arsicaud MoDem Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[12].

En 2016, la commune comptait 320 habitants[Note 1], en diminution de 0,93 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
9228577971 0101 0451 0081 010994961
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
914841809775788748688653634
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
640628545541529520509450464
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
386354340326317328323320-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Berneuil en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
5,1 
14,4 
75 à 89 ans
17,1 
17,0 
60 à 74 ans
17,1 
22,2 
45 à 59 ans
19,4 
19,0 
30 à 44 ans
17,1 
13,1 
15 à 29 ans
10,3 
14,4 
0 à 14 ans
13,7 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie importante de l'agriculture.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Berneuil, Challignac et Saint-Aulais-la-Chapelle. Challignac accueille l'école maternelle, et Berneuil et Saint-Aulais les écoles élémentaires[17].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Notre-Dame de Berneuil.
  • La fontaine Notre-Dame est située dans un vallon, au pied de l'église. Elle était réputée pour soigner les maladies des yeux[9]. Elle est peut-être à l'origine de la paroisse[19].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre, (consulté le 30 novembre 2011)
  6. Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, Cartulaire du prieuré Notre-Dame de Barbezieux, , 426 p. (lire en ligne), p. 97
  7. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 74.
  9. a et b Joël Guitton et al., Les chemins de Saint-Jacques en Charente, éditions Sud Ouest, , 254 p. (ISBN 978-2-8177-0053-3, présentation en ligne), p. 201
  10. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 79
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. « Evolution et structure de la population à Berneuil en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  17. Site de l'inspection académique de la Charente
  18. « Église Notre-Dame de Berneuil », notice no PA00104247, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 69

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]