Challignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Challignac
Challignac
L'église Saint-Sulpice vue des vignes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Charente-Sud
Intercommunalité Communauté de communes des 4B Sud-Charente
Maire
Mandat
Christophe Tutard
2014-2020
Code postal 16300
Code commune 16074
Démographie
Population
municipale
323 hab. (2016 en augmentation de 4,87 % par rapport à 2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 57″ nord, 0° 04′ 51″ ouest
Altitude Min. 57 m
Max. 133 m
Superficie 13,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Challignac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Challignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Challignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Challignac

Challignac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Challignac est une commune du Sud-Charente située à 8 km au sud-est de Barbezieux et à 32 km d'Angoulême.

Elle est aussi à 10 km au nord de Brossac, à 11 km au sud-ouest de Blanzac, 13 km à l'est de Baignes et 17 km à l'ouest de Montmoreau[1].

À l'écart des grandes routes, la commune est traversée au nord-est par la D 24, route de Montmoreau à Barbezieux, qui passe à 2 km du bourg. Le bourg est desservi par la D 68, qui va au nord vers Pont-à-Brac (N 10, commune de Nonaville), et au sud vers Berneuil, Chillac et Guizengeard. La D 58 de Condéon à Brie-sous-Barbezieux dessert aussi le bourg d'est en ouest[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat est dispersé et la commune comporte de nombreuses fermes mais pas de véritables hameaux. Le bourg lui-même, de petite taille, s'étend entre la Vaure et le Maine, carrefour où est situé la mairie[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Challignac
Salles-de-Barbezieux Saint-Bonnet Saint-Aulais-la-Chapelle
Condéon Challignac Brie-sous-Barbezieux
Berneuil

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux, qui occupe une grande partie du Sud Charente[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un bas plateau d'une altitude moyenne de 90 m, bordé à l'ouest par une vallée. Le relief s'accentue légèrement dans le sud de la commune. Le point culminant est à une altitude de 133 m, situé en limite sud près de la Boye. Le point le plus bas est à 57 m, situé en limite nord le long du Beau. Le bourg est à 105 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Beau en limite de commune de Salles, près de la D 24

Le Beau, affluent du et sous-affluent de la Charente, coule du sud au nord et arrose la bordure occidentale de la commune. Il prend sa source à Chillac et se jette dans le Né à Saint-Médard. La Maury, autre affluent du Né, limite la commune à l'est[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Calinac, Caliniaco en 1190[6].

L'origine du nom de Challignac remonterait à un nom d'homme romain Calinius (gentilice originairement étrusque et osque) auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine de Calinius »[7],[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'archéologie aérienne a complété la découverte, au lieu-dit le Camp (chez Brousseau), d'un camp néolithique regroupant dans un rempart de 600 mètres de diamètre une grande cabane d'habitat collectif et des constructions annexes. Le rempart était étayé par plus de 20 000 troncs d'arbres répartis tout du long[9].

Le camp se situait au sud immédiat d'une voie présumée romaine Pons-Ribérac par Challignac[10]. Le retranchement qui entourait le camp avait plus de 20 mètres d'épaisseur et près de 10 mètres de hauteur. L'entrée était au sud-ouest et faisait face à une abondante fontaine[11].

Le site d'une grande villa romaine à façade de type méditerranéen a aussi été découvert par avion dans un champ au Bois de Got[9],[10].

Avant la création des départements en 1792, Challignac, comme Barbezieux, était dans l'ancienne province de Saintonge.

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1600.

Comme dans la commune voisine de Salles-de-Barbezieux, de nombreuses familles vendéennes sont venues s'établir dans le pays pour y cultiver la terre, principalement des céréales.

Au début du XXe siècle, la commune comportait encore deux ou trois moulins, alimentés par le Beau[11].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Challignac
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Jean-Pierre Ruleau    
2008 2014 Guy Waye SE Artisan menuisier
2014 En cours Christophe Tutard   Enseignant à Cognac
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2016, la commune comptait 323 habitants[Note 1], en augmentation de 4,87 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
796680709760741755754712726
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
713617613584602592519503482
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
480468441417420390377384367
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
344257288327314299299324323
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Challignac en 2007 en pourcentage[16].
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90  ans ou +
0,6 
11,7 
75 à 89 ans
9,1 
12,4 
60 à 74 ans
13,6 
27,6 
45 à 59 ans
23,4 
17,9 
30 à 44 ans
21,4 
15,9 
15 à 29 ans
14,3 
13,1 
0 à 14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie de l'activité agricole. La commune est située dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[18].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal (RPI) entre Berneuil, Challignac et Saint-Aulais-la-Chapelle. Challignac accueille l'école maternelle, et Berneuil et Saint-Aulais les écoles élémentaires[19].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Sulpice

L'église paroissiale Saint-Sulpice, située au bourg, est romane et date du XIIe siècle. Elle dépendait initialement du prieuré Notre-Dame de Barbezieux.

Endommagée lors de la guerre de Cent Ans, la voûte de sa nef a été refaite en croisée d'ogives au XVe ou XVIe siècle. Sa cloche datant de 1646 est classée monument historique au titre objet depuis 1944[20]. La coupole, la voûte et le cul-de-four ont a nouveau été restaurés au XIXe siècle[21].

L'église est inscrite aux monuments historiques depuis 1948[22],[23]. Elle est entourée de l'ancien cimetière, presque disparu.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre, (consulté le 30 novembre 2011)
  6. Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, Cartulaire du prieuré Notre-Dame de Barbezieux (1201-1300), , 426 p. (lire en ligne)
  7. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  8. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 132.
  9. a et b Fouilles de Claude Burnez in Jacques Dassié, Archéologie aérienne. Patrimoine archéologique et touristique des Charentes, éd. Alan Sutton, , 176 p. (ISBN 2-84253-607-X), p. 28-31, 55
  10. a et b Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 66
  11. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 109
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. « Evolution et structure de la population à Challignac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  18. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le 6 décembre 2015)
  19. Site de l'inspection académique de la Charente, « Les regroupements pédagogiques intercommunaux » (consulté le 18 avril 2014)
  20. « Cloche de l'église », notice no PM16000117, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 101
  22. « Église de Challignac », notice no PA00104274, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Église de Challignac (notice) », notice no IA00041419, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]