André Rivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Rivoire
Image dans Infobox.
André Rivoire en 1922.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

André Rivoire, né à Vienne (Isère) le et mort à Paris le , est un poète et auteur dramatique français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

André Rivoire entame ses études à l'Institution Robin. Admis en seconde au lycée Ampère de Lyon, il poursuit au lycée Henri-IV. Élève d’Henri Bergson, il se tourne très tôt vers la poésie et publie sous le pseudonyme d’André Suzel. Il est licencié ès lettres.

Après un recueil poétique, Les Vierges (1895) et une fantaisie dramatique Berthe aux grands pieds (1899), il donne Le Songe de l'Amour (1900) et Le Chemin de l'Oubli (1904) d'une veine intimiste. Parmi ses dix-huit pièces, signalons Le Bon Roi Dagobert (1908) et Roger Bontemps (1920). Son théâtre vaut par une touche délicate et légère et une certaine justesse de l'observation psychologique.

En 1900, il reçoit le prix Archon-Despérouses[2].

Président de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques, il fut décoré de la croix de chevalier de la Légion d'honneur par Jules Claretie le (il avait été nommé par décret du ), puis par Louis Ganderax le lorsqu'il fut promu officier et enfin par le président Raymond Poincaré le lorsqu'il fut promu commandeur.[3]

Il est enterré à Vienne au cimetière de Pipet[4]. Sa ville natale lui a érigé un monument en [5]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie
Théâtre
Opérette

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Rivoire, le poète, sa vie, son œuvre, ouvrage collectif, Blanchard Frères, Vienne, 1932

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les grandes voix françaises : anthologie des poètes français contemporains Rivoire, André », sur Bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris (consulté le )
  2. « Prix Archon-Desperouses », sur Académie française (consulté le ).
  3. Dossier des archives de la Légion d'honneur d'André Rivoire : réf. LH/2342/35.
  4. Cimetières de France et d'ailleurs
  5. Le Moniteur Viennois 11, 12 juin 1932
  6. en ligne

André Rivoire sur Worldcat

Liens externes[modifier | modifier le code]