Charles-Albert Costa de Beauregard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Costa de Beauregard, Costa et Beauregard.
Charles-Albert Costa de Beauregard
Charles-Albert Costa de Beauregard 2.jpg
Charles-Albert Costa de Beauregard
Fonctions
Président
Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie
-
Eugène Courtois d'Arcollières (d)
Député
Savoie
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Autres informations
Membre de
Conflit

Charles-Albert (Marie Charles Albert) Costa de Beauregard, né à La Motte-Servolex (duché de Savoie) le et mort à Paris le , est un historien et homme politique savoyard et français, député de la Savoie (Législature 1871-1876) et membre de l'Académie française (1896-1909) et président de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie (1887-1889).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Charles-Albert Costa de Beauregard naît le à [La Motte-Servolex]], il est le fils de Pantaléon Costa de Beauregard et de Marthe Augustine de Saint-Georges de Vérac[1].

Il est ainsi l'arrière-petit-fils de Joseph Henri Costa de Beauregard[2] et le filleul de Charles-Albert de Sardaigne[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Costa de Beauregard blessé à la bataille de Bethoncourt en 1871.

Il participe à la guerre franco-prussienne en tant que commandant du 1er bataillon des mobiles de la Savoie[1], et il est blessé et fait prisonnier lors de la bataille de la Lizaine à Bethoncourt en janvier 1871.

Conservateur monarchiste et catholique, il est élu député de la Savoie en 1871. Il se retire de la politique pour se consacrer à l'histoire de sa famille, de la Savoie et de la monarchie.

Il est membre effectif de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie depuis le , et président de 1887 à 1889[4]. Il est élu membre de l'Académie française le 23 janvier 1896[4], en même temps qu'Anatole France.

En 1889/1890, il se rend acquéreur, auprès de M. Noblet, de l'île de Port-Cros[5], s'y installe à la bastide du Manoir et invite ses amis "à venir chasser et, pour les lettrés, à écrire"[réf. nécessaire]. Il délaisse de cette façon son domaine qu'il possède à La Motte-Servolex[1].

Ses ouvrages les plus importants sont une trilogie sur le roi Charles-Albert de Savoie et les Mémoires historiques sur la maison royale de Savoie où il achève l'œuvre entreprise par son arrière-grand-père en 1816.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Un homme d'autrefois, souvenirs recueillis par son arrière-petit-fils (1878). Biographie de son grand-oncle qui vivait au château du Villard, avant la Révolution française[6]. Texte en ligne
  • Mémoires historiques sur la maison royale de Savoie et sur les pays soumis à sa domination, depuis le commencement du XIe siècle jusqu'à l'année 1800 (1888). Il complète les trois premiers tomes de son arrière-grand-père de notes et d'un quatrième tome.
  • Un héritier présomptif. La jeunesse du roi Charles-Albert (1888)
  • Prologue d'un règne. La jeunesse du roi Charles-Albert (1889)
  • Épilogue d'un règne. Milan, Novare et Oporto. Les dernières années du roi Charles-Albert (1890)
  • Le Roman d'un royaliste sous la Révolution. Souvenirs du Comte de Virieu (1892)
  • Prédestinée (1896)
  • Émigration, souvenirs tirés des papiers du Cte A. de La Ferronnays (1777-1814) (1900)
  • Courtes Pages (1902)
  • Liberté, égalité, fraternité (1904)
  • Amours de sainte : Mme Loyse de Savoye, récit du XVe siècle (1907)
  • Pages d'histoire et de guerre (1909)
  • Il en est de l'amour, poésie mise en musique par Albéniz

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Descostes, Un gentilhomme savoyard à l'Académie française : son pays, sa famille, son œuvre, Chambéry, A. Perrin,
  • Raoul Naz, Le Marquis Albert Costa de Beauregard, 1835-1909, Chambéry, Impr. réunies,
  • Robert Fritsch, Camille Costa de Beauregard : Fondateur de l’œuvre des jeunes du Bocage à Chambéry, 1841-1910, Chronique d'une œuvre sociale et éducative dans la Savoie du XIXe siècle, La Fontaine de Siloé, (ISBN 978-2-84206-066-4)
  • « Charles-Albert Costa de Beauregard », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 161.
  2. Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 5, Grenoble, Allier Frères, 1863-1966 (lire en ligne), p. 195-202.
  3. Registre de baptême de La Motte-Servolex au .
  4. a et b « Etat des Membres de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Savoie depuis sa fondation (1820) jusqu'à 1909 », sur le site de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie et « Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques - cths.fr.
  5. Emile Jahandiez, Petite Histoire des Îles d'Hyères (des origines à 1930) : Presqu'île de Giens - Porquerolles - Port-Cros - Île du Levant, Editions des Régionalismes, , 174 p. (ISBN 978-2-82405-135-2, lire en ligne), p. 113
  6. Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Le livre d'Histoire-Lorisse, 1907 (ISBN 9782843738135) p. 49.