Charles-Albert Costa de Beauregard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Costa de Beauregard, Costa et Beauregard.
Charles-Albert Costa de Beauregard
Charles-Albert Costa de Beauregard 2.jpg

Charles-Albert Costa de Beauregard

Fonctions
Président
Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie
-
Député
Savoie
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Lieux de travail
Activités
Autres informations
Membre de
Conflit

Charles-Albert (Marie Charles Albert) Costa de Beauregard, né à La Motte-Servolex (duché de Savoie) le et mort à Paris le , est un historien et homme politique savoyard et français, député de la Savoie (Législature 1871-1876) et membre de l'Académie française (1896-1909) et président de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie (1887-1889).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Charles-Albert Costa de Beauregard naît le à [La Motte-Servolex]], il est le fils de Pantaléon Costa de Beauregard et de Marthe Augustine de Saint-Georges de Vérac[1].

Il est ainsi l'arrière-petit-fils de Joseph Henri Costa de Beauregard[2] et le neveu de Charles-Albert de Sardaigne[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Costa de Beauregard blessé à la bataille de Bethoncourt en 1871.

Il participe à la guerre franco-prussienne en tant que commandant du 1er bataillon des mobiles de la Savoie[1], et il est blessé et fait prisonnier lors de la bataille de la Lizaine à Bethoncourt en janvier 1871.

Conservateur monarchiste et catholique, il est élu député de la Savoie en 1871. Il se retire de la politique pour se consacrer à l'histoire de sa famille, de la Savoie et de la monarchie.

Il est membre effectif de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie depuis le , et président de 1887 à 1889[4]. Il est élu membre de l'Académie française le 23 janvier 1896[4], en même temps qu'Anatole France.

En 1889/1890, il se rend acquéreur, auprès de M. Noblet, de l'île de Port-Cros[5], s'y installe à la bastide du Manoir et invite ses amis "à venir chasser et, pour les lettrés, à écrire"[réf. nécessaire]. Il délaisse de cette façon son domaine qu'il possède à La Motte-Servolex[1].

Ses ouvrages les plus importants sont une trilogie sur le roi Charles-Albert de Savoie et les Mémoires historiques sur la maison royale de Savoie où il achève l'œuvre entreprise par son arrière-grand-père en 1816.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Un homme d'autrefois, souvenirs recueillis par son arrière-petit-fils (1878). Biographie de son grand-oncle qui vivait au château du Villard, avant la Révolution française[6]. Texte en ligne
  • Mémoires historiques sur la maison royale de Savoie et sur les pays soumis à sa domination, depuis le commencement du XIe siècle jusqu'à l'année 1800 (1888). Il complète les trois premiers tomes de son arrière-grand-père de notes et d'un quatrième tome.
  • Un héritier présomptif. La jeunesse du roi Charles-Albert (1888)
  • Prologue d'un règne. La jeunesse du roi Charles-Albert (1889)
  • Épilogue d'un règne. Milan, Novare et Oporto. Les dernières années du roi Charles-Albert (1890)
  • Le Roman d'un royaliste sous la Révolution. Souvenirs du Comte de Virieu (1892)
  • Prédestinée (1896)
  • Émigration, souvenirs tirés des papiers du Cte A. de La Ferronnays (1777-1814) (1900)
  • Courtes Pages (1902)
  • Liberté, égalité, fraternité (1904)
  • Amours de sainte : Mme Loyse de Savoye, récit du XVe siècle (1907)
  • Pages d'histoire et de guerre (1909)
  • Il en est de l'amour, poésie mise en musique par Albéniz

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Descostes, Un gentilhomme savoyard à l'Académie française : son pays, sa famille, son œuvre, Chambéry, A. Perrin,
  • Raoul Naz, Le Marquis Albert Costa de Beauregard, 1835-1909, Chambéry, Impr. réunies,
  • Robert Fritsch, Camille Costa de Beauregard : Fondateur de l’œuvre des jeunes du Bocage à Chambéry, 1841-1910, Chronique d'une œuvre sociale et éducative dans la Savoie du XIXe siècle, La Fontaine de Siloé, (ISBN 978-2-84206-066-4)
  • « Charles-Albert Costa de Beauregard », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Michel Germain, Personnages illustres des Savoie, Autre Vue, , 619 p. (ISBN 978-2-9156-8815-3), p. 161.
  2. Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 5, Grenoble, Allier Frères, 1863-1966 (lire en ligne), p. 195-202.
  3. Registre de baptême de La Motte-Servolex au .
  4. a et b « Etat des Membres de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Savoie depuis sa fondation (1820) jusqu'à 1909 », sur le site de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie et « Académie des sciences, belles-lettres et arts de Savoie », sur le site du Comité des travaux historiques et scientifiques - cths.fr.
  5. Emile Jahandiez, Petite Histoire des Îles d'Hyères (des origines à 1930) : Presqu'île de Giens - Porquerolles - Port-Cros - Île du Levant, Editions des Régionalismes, , 174 p. (ISBN 978-2-82405-135-2, lire en ligne), p. 113
  6. Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Le livre d'Histoire-Lorisse, 1907 (ISBN 9782843738135) p. 49.