Matemale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Matemale
Vue sur Matemale avec le lac
Vue sur Matemale avec le lac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Les Pyrénées catalanes
Intercommunalité CC Pyrénées catalanes
Maire
Mandat
Michel Garcia
2014-2020
Code postal 66210
Code commune 66105
Démographie
Gentilé Matemalais
Population
municipale
272 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 35′ 16″ nord, 2° 07′ 10″ est
Altitude Min. 1 455 m – Max. 2 081 m
Superficie 18,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Matemale

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Matemale

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Matemale

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Matemale
Liens
Site web www.matemale.fr

Matemale est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Orientales en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Matemalais et Matemalaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Matemale est située dans les Pyrénées catalanes, au cœur de la vallée du Capcir. Il est au centre d'un important domaine de ski nordique, l'espace nordique du Capcir.

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Matemale[1]
Formiguères Sansa
(par un quadripoint)
Les Angles Matemale[1] Railleu
La Llagonne Caudiès-de-Conflent

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Aude en aval du bourg

Le lac de Matemale est un lac artificiel de 235 hectares, que Matemale partage avec la commune des Angles.

Le village est traversé par l'Aude, qui alimente aussi le lac.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes du nom

Le nom Matamala apparaît dès 965[3] et demeure par la suite sous cette forme, bien que l'on trouve aussi Mathamala en 1358[4].

En catalan, le nom de la commune est Matamala[5].

Étymologie

Le terme mata est issu du pré-latin matta, désignant des fourrés de buissons et d'arbustes[4], avant peut-être de désigner la forêt qui entoure le village, jadis objet d'intérêt des rois d'Aragon puis des rois de France[3]. Malus signifie mauvaise. Le tout qualifie donc un endroit rempli d'une végétation hostile, peut-être remplie de buissons épineux et, éventuellement, de bêtes sauvages. Il existait sans doute deux lieux-dits : Mata Mala et Mata. Le nom Mata est repris pour la forêt de la Matte, forêt plantée par l'homme à l'époque moderne[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 965, le testament de Sunifred II, comte de Cerdagne lègue Matemale et tous ses hameaux (Matamala, cum villis et villarunculis suis) à l'abbaye Saint-Michel-de-Cuxa. L'abbaye en gardera la jouissance jusqu'à la révolution de 1789[3].

La Communauté de communes Capcir Haut-Conflent est créée par arrêté préfectoral du par les communes de Caudiès-de-Conflent, Fontrabiouse-Espousouille, La Llagonne, Matemale et Réal-Odeillo[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie

Canton[modifier | modifier le code]

En 1790, la commune de Matemale est intégrée dans le canton de Formiguères. Celui-ci est dissous en 1801 et Matemale est alors rattachée au canton de Mont-Louis, dont elle fait partie jusqu'en 2015[7],[8].

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Pyrénées catalanes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
.... mars 2014[9] Raymond Trilles[10] DVG conseiller général du canton de Mont-Louis de 1992 à 2004
mars 2014   Michel Garcia[11]    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1358 1365 1378 1424 1470 1515 1553 1709 1720
29 f 31 f 19 f 6 f 6 f 9 f 8 f 46 f 33 f
1767 1774 1788 1789 - - - - -
365 H 74 f 368 H 80 f - - - - -
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 272 habitants, en diminution de -7,48 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : 4,38 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415 398 416 457 506 517 479 477 509
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
473 481 422 439 416 503 435 429 402
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
408 411 403 315 250 242 226 185 187
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
176 135 106 151 222 242 290 281 272
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[16] 1975[16] 1982[16] 1990[16] 1999[16] 2006[17] 2009[18] 2013[19]
Rang de la commune dans le département 155 181 132 132 130 130 129 130
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un regroupement pédagogique intercommunal entre Matemale, Les Angles et Formiguères. Les Angles et Matemale accueillent chacune une école maternelle. Les Angles et Formiguères accueillent chacune une école élémentaire avec le CP et le CE1 pour Les Angles, et du CE2 au CM2 pour Formiguères[20].

Le secteur du collège est Font-Romeu[21].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 29 juin[22].

Santé[modifier | modifier le code]

Les services de santé les plus proches sont sur les communes des Angles ou de Mont-Louis[23].

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 23 973 €[24].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Pierre
  • Station de sports d'hiver de Matemale
  • Tour de Creu : ancienne tour à signaux
  • La Campanette est un petit campanile classé par les beaux arts situé au centre du village, à côté du foyer communal. La cloche était destinée à informer les habitants du haut village du commencement des offices religieux, du rassemblement des troupeaux pour le pâturage et auparavant des incendies et déclarations de guerre. Dans la petite niche sont logées deux statuettes en bois sculpté représentant saint Barthélémy et saint Jude protégées par un grillage avec des montants en fer forgé.[réf. nécessaire]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Vergès (1930-1994), religieux catholique né à Matemale et assassiné en Algérie. La place de l'église a été renommée en sa mémoire.
  • Amédée Escach (1925-) : écrivain régionaliste, auteur-éditeur, né à Matemale[25],[26]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Plan séisme » (consulté le 29 mars 2017)
  3. a, b et c Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  4. a, b et c Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p.
  5. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  6. Site officiel, section Statuts
  7. Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  8. Notice Cassini de Matemale
  9. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  10. R. Trilles a parrainé la candidature de Pierre Juquin à l'élection présidentielle de 1988, cf. Liste des citoyens ayant présenté les candidats à l'élection du Président de la République de 1988
  11. [PDF]« Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  17. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  18. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  19. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  20. [xls] Académie de Montpellier, « Effectifs détaillés par école en 2012 », (consulté le 26 juillet 2013)
  21. Inspection académique des Pyrénées-Orientales, « Circonscription de Prades », (consulté le 26 juillet 2013)
  22. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  23. Site de l'office de tourisme, section Infos utiles
  24. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  25. « Villages du Capcir », (consulté le 27 juillet 2013)
  26. Librairie dialogues.fr, « Amédée Escach » (consulté le 27 juillet 2013)