Henri Vergès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vergès et Frère Henri.
Henri Vergès
image illustrative de l’article Henri Vergès
Vénérable
Naissance 15 juillet 1930, Matemale Drapeau : France
Décès 8 mai 1994, Alger Drapeau : Algérie 
Ordre religieux Frères maristes
Béatification décret signé le 26 janvier 2018 par le pape François, date à fixer
Vénéré par l'Eglise catholique

Henri Vergès (en catalan : Enric Vergés), né le à Matemale (Pyrénées-Orientales) et mort assassiné le à Alger (Algérie)[1], est un religieux mariste français et enseignant, qui fait partie des dix-neuf martyrs d'Algérie de 1994 à 1996. Leur béatification a été annoncée en janvier 2018.

Croix du frère Henri Vergès offerte en juin 2010 par la communauté chrétienne d'Alger à l'Église Saint-Philippe-du-Roule

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études à partir de l'âge de douze ans chez les maristes, où il prononce ses vœux perpétuels à l'âge de vingt-deux ans. De 1958 à 1966, il est sous-maître des novices à Notre-Dame de Lacabane. Il est envoyé en Algérie, où il arrive à Alger le 6 août 1969. Il est directeur de l'école Saint-Bonaventure d'Alger de 1969 à 1976. En 1976, après la nationalisation de l'école Saint-Bonaventure, il devient professeur de mathématiques à l'école de Sour-El-Ghozlane.

En 1988, il est nommé directeur de la bibliothèque de l'archidiocèse d'Alger qui se trouve dans la casbah d'Alger. Il y accueille plus de mille étudiants qui viennent y travailler dans une ambiance plus propice aux études que chez eux. Il traverse la difficile période des troubles islamistes des années 1990. Les étrangers restés en Algérie sont menacés de mort à partir de 1993.

Il est assassiné le 8 mai 1994 de deux balles dans la tête par trois jeunes gens dans la bibliothèque, ainsi que sœur Paul-Hélène Saint-Raymond, religieuse des Petites Sœurs de l'Assomption[2],[3],[4],[5]. Ils sont enterrés le 12 mai 1994 à Alger. Mgr Henri Teissier déclare alors: « Le cher frère Henri a été un témoin authentique de l'amour du Christ, du désintéressement de l'Église et de la fidélité au peuple algérien. »

Citations d'Henri Vergès[modifier | modifier le code]

  • « Dieu m'a simplement envoyé semer la graine dans tel champ choisi par Lui, semer donc la paix en Lui, Lui laisser le soin de la croissance, comme dans la vie de Jésus lui-même. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Delorme, Prier quinze jours avec Henri Vergès, Nouvelle Cité, janvier 2005
  • Robert Masson, Henri Vergès, un chrétien dans la maison de l'islam, Paris, Paroles et Silence, préface de Mgr Henri Teissier, novembre 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]