Fontrabiouse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fontrabiouse
Fontrabiouse
Une vue de Fontrabiouse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Intercommunalité Communauté de communes Pyrénées Catalanes
Maire
Mandat
Pierre Bataille
2020-2026
Code postal 66210
Code commune 66081
Démographie
Gentilé Fontrabiousois
Population
municipale
126 hab. (2018 en diminution de 6,67 % par rapport à 2013)
Densité 8,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 38′ 13″ nord, 2° 05′ 48″ est
Altitude 1 460 m
Min. 1 438 m
Max. 2 547 m
Superficie 15,57 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Pyrénées catalanes
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Fontrabiouse
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Fontrabiouse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontrabiouse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontrabiouse

Fontrabiouse Écouter (catalan : Font-rabiosa) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Fontrabiousois et les Fontrabiousoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fontrabiouse est une commune du Capcir dans les Pyrénées-Orientales, limitrophe de l'Ariège et proche de l'Aude.

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fontrabiouse[1]
Artigues
(Ariège)
Le Pla
(Ariège)
Orlu
(Ariège)
Fontrabiouse[1] Puyvalador
Formiguères

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune de Fontrabiouse regroupe deux villages : Espousouille (Esposolla en catalan) et Fontrabiouse. Les habitants d'Espousouille sont appelés les Braves.

En tant que paroisse, Fontrabiouse avait pour annexes Puyvalador et Rieutort (aujourd'hui sur la commune de Puyvalador). Espousouille disposait de sa propre église paroissiale[2].

Le bourg tapi au fond de sa vallée.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude la commune varie entre 1 438 et 2 547 mètres[3].

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Fontrabiouse sous la neige une nuit
Fontaine de Fontrabiouse sous la neige une nuit d'hiver.

La commune est arrosée par le Galbe un affluent de l'Aude et El Torrent.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fontrabiouse est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (89,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (89,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (42,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (32,9 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (14,3 %), zones agricoles hétérogènes (8,6 %), prairies (2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En catalan, le nom de la commune est Font-rabiosa[11].

Le sens du nom, la source rageuse en traduction mot à mot, est dû à une résurgence à débit variable proche du village.

En français, on rencontre Fonrabiouze (1793) et Fontrabiouse (1801)[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? 1935 Jacques Delcasso SFIO Agriculteur
1935 1941 Sébastien Soubielle
(1901-1974)
SFIO Agriculteur
Relevé de ses fonctions par le Gouvernement de Vichy en février 1941
1941 1945      
1945 1959 Sébastien Soubielle PCF puis SFIO Agriculteur
1959 ? Jules Bousquet    
         
mars 2001 En cours Pierre Bataille[12],[13] DVD Artisan
Conseiller général (2011-2015), Président de la Communauté de communes depuis 2020

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Canton

En 1790, la commune de Fontrabiouse est intégrée dans le district de Prades et le canton de Formiguères. Celui-ci est dissous en 1801 et Fontrabiouse est alors rattachée au canton de Mont-Louis, dont elle fait partie jusqu'en 2015[2],[14].

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Pyrénées catalanes.

Intercommunalité

La commune fait partie de la Communauté de communes Pyrénées catalanes.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1378 1515 1553 1709 1720 1767 1774 1788 1789
18 f10 f6 f52 f26 f330 H112 f138 H62 f
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Notes :

  • 1378 : dont 6 f pour Espousouille ;
  • 1720 et 1788 : pour Fontrabiouse et Espousouille ;
  • 1774 : dont 20 f pour Espouzouille, annexe de Fromiguères et 39 f pour Riotort, annexe de Fontrabiusa.

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 126 habitants[Note 2], en diminution de 6,67 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +2,95 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
359346386424419397383359336
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
327342333300265245271248254
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
232235243193182178154142120
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
898996727691107109134
2017 2018 - - - - - - -
127126-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[19] 1975[19] 1982[19] 1990[19] 1999[19] 2006[20] 2009[21] 2013[22]
Rang de la commune dans le département 171 153 159 180 176 173 174 167
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'école à Fontrabiouse.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête patronale : 20 janvier[23] ;
  • Fête communale : 8 septembre[23].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux[modifier | modifier le code]

Fontrabiouse a la particularité de ne pas posséder de monument aux morts sur son territoire[24].

  • La grotte de Fontrabiouse[25], découverte en 1958, à la suite d'un tir de mine dans la carrière de marbre, abrite des concrétions façonnées par l'eau dans le calcaire depuis des millénaires (spéléothèmes). Cette grotte est située en dessous de l'ancienne carrière d'onyx totalement épuisée depuis. L'onyx extrait de cette carrière a, entre autres, été utilisé pour le revêtement des escaliers du palais de Chaillot de Paris ainsi que pour celles du palais des Rois de Majorque à Perpignan. Ouverte au public depuis 1983, elle est riche de concrétions : stalactites, stalagmites, colonnes, disques, aragonites, lac souterrain, sur un parcours aménagé de près d'un kilomètre.
  • L’église paroissiale de Fontrabiouse est dédié à saint Sébastien. Elle contient un tabernacle du XVIIe siècle ainsi qu’une statue de saint Sébastien du XVIe siècle. Cette église a été remaniée au début du XVIIIe siècle. C’est un édifice roman à nef unique.
  • L'église d'Espousouille.
  • La vallée du Galbe.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  3. a et b Notice Cassini
  4. « Plan séisme » (consulté le 11 mars 2017).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  11. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  12. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  13. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  14. Notice Cassini de Fontrabiouse
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  20. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  21. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  22. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  23. a et b Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  24. Collectif (club cartophile catalan), Les Monuments aux morts des Pyrénées-Orientales : un devoir de mémoire, Rivesaltes, L'Agence, , p. 127, 130.
  25. Site officiel, « Grotte de Fontrabiouse », (consulté le 3 août 2013).