Marie-Pierre de La Gontrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marie-Pierre de la Gontrie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Marie-Pierre de La Gontrie
Illustration.
Fonctions
Sénatrice de Paris
En fonction depuis le
(1 an, 1 mois et 18 jours)
Élection
Groupe politique SOC
Conseillère de Paris
En fonction depuis le
(17 ans, 8 mois et 1 jour)
Élection 18 mars 2001
Réélection 16 mars 2008
30 mars 2014
1re vice-présidente du Conseil
régional d'Île-de-France

(13 ans, 5 mois et 28 jours)
Président Jean-Paul Huchon
Prédécesseur Manuel Valls
Successeur Jérôme Chartier
Adjointe au maire de Paris
chargée de la démocratie locale et des relations avec les associations

(6 ans, 11 mois et 20 jours)
Élection 18 mars 2001
Maire Bertrand Delanoë
Successeur Hamou Bouakkaz
Conseillère régionale d'Île-de-France

(19 ans, 7 mois et 4 jours)
Élection 15 mars 1998
Réélection 28 mars 2004
21 mars 2010
Biographie
Nom de naissance Marie-Pierre Mossion de La Gontrie
Date de naissance (59 ans)
Lieu de naissance Chambéry (Savoie)
Nationalité Française
Parti politique Parti socialiste

Marie-Pierre Mossion de La Gontrie, née le à Chambéry, est une avocate et femme politique française. Membre du Parti socialiste, elle est conseillère régionale d'Île-de-France de 1998 à 2017, conseillère de Paris depuis 2001 et sénatrice de Paris depuis 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de Pierre Mossion de La Gontrie, avocat, adhérent du Parti radical, qui fut président du conseil général de la Savoie, fondateur et maire de Courchevel, président du groupe de la Gauche démocratique au Sénat. Elle a deux enfants avec Denis Verret, énarque, ancien directeur général d'Aérospatiale, ancien conseiller technique de Laurent Fabius au ministère de l'Industrie et de la Recherche (1984-1986).

Elle est titulaire d'une maîtrise de droit judiciaire et du CAPA.

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle est attachée au groupe socialiste de l'Assemblée nationale dès 1980, présidé par Pierre Joxe de 1981 à 1984. Elle en est secrétaire générale adjointe de 1986 à 1988. Elle est membre du cabinet de Pierre Joxe, ministre de l'Intérieur de 1984 à 1986, chargée des relations avec les élus, puis des libertés publiques.

En 1979, elle adhère au Parti socialiste, qu'elle quitte en 1990 au congrès de Rennes avant de le rejoindre nouveau en 1995, lors de la campagne présidentielle de Lionel Jospin. Ce dernier, devenu premier secrétaire, la nomme déléguée nationale à la justice. Depuis 1997, elle siège au conseil national et depuis décembre 2008 est secrétaire nationale aux libertés publiques et à la justice auprès de Martine Aubry, puis d'Harlem Desir et de Jean-Christophe Cambadélis.

Elle est avocate de 1988 à 2005 et appartient à la commission nationale consultative des droits de l'homme de 1988 à 1993.

Elle conduit la liste des élections régionales de la gauche (PS-PC-PRG-MRC-Verts) à Paris en 1998, conduite en Île-de-France par Dominique Strauss-Kahn, et est élue vice-présidente à la culture du conseil régional .

Élue en mars 2001 à la mairie de Paris dans le 13e arrondissement de Paris, Bertrand Delanoë en fait son adjointe chargée de la démocratie locale et des relations avec les associations. Dans la mandature municipale suivante, à partir de 2008, elle est conseillère de Paris, sans avoir repris les fonctions de maire-adjointe.

En juin 2002, elle est élue députée suppléante de Jean-Marie Le Guen dans la 9e circonscription de Paris (ancienne). Jean-Marie Le Guen est réélu en 2007 et la choisit à nouveau comme suppléante.

La même année, Manuel Valls, alors premier vice-président du conseil régional d'Île-de-France, démissionne de ses fonctions pour cause de cumul de mandats. Marie-Pierre de La Gontrie le remplace, chargée de la culture puis chargée des finances et du budget à partir de 2004.

En janvier 2010, l'organisme de crédit à la consommation Cetelem annonce l'avoir nommée comme médiatrice, un poste nouvellement créé. « Le groupe a pris un engagement très fort, il s’est engagé à suivre les avis que je rendrai. L’entreprise accepte de s’exposer, de se placer sous un regard extérieur. C’est une démarche intéressante », commente Marie-Pierre de La Gontrie[1].

Elle est élue présidente du syndicat Autolib' métropole en juillet 2014 .

Permanence parlementaire n°147 avenue de Choisy (13e arrondissement de Paris).

Le 20 décembre 2014, elle annonce qu'elle est candidate pour briguer la présidence du conseil régional[2]. Le 28 mai 2015, une primaire socialiste devait la départager du président sortant Jean-Paul Huchon[3] et de Claude Bartolone, dernier candidat à s'engager. Le 7 mai, après l'annonce de la candidature du président de l'Assemblée nationale, elle choisit finalement de se rallier à ce dernier[4], suivie quelques jours plus tard par Jean-Paul Huchon, annulant donc de fait la primaire prévue. Tête de liste à Paris , elle est réélue conseillère régionale en décembre 2015 et devient présidente de la commission. des finances. Elle est depuis décembre 2015 conseillère métropolitaine du Grand Paris au titre de la Ville de Paris[5].

Après la victoire de Benoît Hamon à la primaire citoyenne de 2017, elle est nommée responsable thématique « Libertés publiques » de sa campagne présidentielle[6],[7].

En tant que présidente du syndicat mixte Autolib, elle a signé le 5 mai 2017 le contrat de droit public (478 M€, hors éléments variables[8]) allouant le marché des Velib' parisiens à SMOVENGO.

Pour les élections sénatoriales de 2017, elle est n°2 de la liste PS à Paris[9]. Elle est élue sénatrice. Elle démissionne de son poste de présidente du syndicat mixte Autolib en septembre 2017, après avoir été élue sénatrice socialiste de Paris.

Elle soutient la candidature de Luc Carvounas au poste de premier secrétaire du Parti socialiste pour le congrès du parti qui a lieu début 2018[10]. C'est Olivier Faure qui est finalement élu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]