Saint-Bon-Tarentaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Bon-Tarentaise
Vue du chef-lieu de la commune deSaint-Bon-Tarentaise.
Vue du chef-lieu de la commune de
Saint-Bon-Tarentaise.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Arrondissement Albertville
Canton Moûtiers
Intercommunalité C.C. Val Vanoise Tarentaise
Maire
Mandat
Philippe Mugnier
2014-2020
Code postal 73120
Code commune 73227
Démographie
Gentilé Saint-Bonais
Population
municipale
1 920 hab. (2013)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 05″ N 6° 38′ 16″ E / 45.4347222222, 6.6377777777845° 26′ 05″ Nord 6° 38′ 16″ Est / 45.4347222222, 6.63777777778
Altitude Min. 700 m – Max. 3 054 m
Superficie 58,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte administrative de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Bon-Tarentaise

Géolocalisation sur la carte : Savoie

Voir sur la carte topographique de Savoie
City locator 14.svg
Saint-Bon-Tarentaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bon-Tarentaise

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bon-Tarentaise
Liens
Site web mairie.courchevel.com

Saint-Bon-Tarentaise, parfois écrite sous la forme Saint-Bon-Courchevel[Note 1], est une commune française située dans le département de la Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Village de montagne du massif de la Vanoise, en Tarentaise, il comptait 1 920 habitants en 2013.

Le territoire communal accueille la station de sports d'hiver de Courchevel, au sein du domaine skiable des Trois Vallées, composée de cinq villages principaux de la commune : Saint-Bon-Tarentaise (chef-lieu), Le Praz-Couchevel 1300, Courchevel 1550, Moriond-Courchevel 1650 et enfin Courchevel 1850[3].

La commune bénéficie en 2013 d'un classement au label « station classée tourisme » avec quatre autres communes savoyardes[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Bon-Tarentaise est située dans la partie orientale et montagneuse du département de la Savoie, dans les Alpes du Nord.

Elle comporte un chef-lieu (Saint Bon), quatre stations-villages (Courchevel Le Praz appelée avant 2011 Courchevel 1300, Courchevel Village anciennement Courchevel 1500, Courchevel Moriond ex-Courchevel 1650 et enfin Courchevel ou Courchevel 1850) ainsi qu'une douzaine de hameaux (appelés localement « villages ») : le Petit et le Grand Carrey, la Cuerdy, le Grenier, le Fontanil, le Buisson, le Fay, la Jairaz, le Freney, Montcharvet[C 1] (qui permet d’accéder à la Nouvaz[5]).

Le territoire de la commune a été agrandi par le décret du 19 février 1959, où une partie de la commune de Bozel (le hameau de Moriond) a été rattachée à Saint-Bon-Tarentaise[6].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Bon-Tarentaise et les communes voisines.
Saint-Bon-Tarentaise et les communes voisines.

Saint-Bon-Tarentaise est limitrophe de six communes, toutes situées dans le département de la Savoie et en zone de montagne. À ce titre, les deux plus longues limites sont partagées avec Les Allues à l'ouest et Pralognan-la-Vanoise à l’est.

Communes limitrophes de Saint-Bon-Tarentaise
Montagny
La Perrière
Bozel Planay
La Perrière
Les Allues
Saint-Bon-Tarentaise Pralognan-la-Vanoise
Les Allues Pralognan-la-Vanoise Pralognan-la-Vanoise

Hydrographie, géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'aiguille du Fruit, culminant à 3 051 m, constitue le point culminant de la commune.

La commune de Saint-Bon-Tarentaise se situe dans le massif de la Vanoise dans les Alpes. Elle est à ce titre une commune de montagne dont l'altitude minimale s'établit à 700 mètres et dont le point culminant est le sommet de l'aiguille du Fruit à 3 051 m[7].

Le territoire de la commune est un ensemble de vallons dont les ruisseaux confluent dans le torrent de la Rosière, qui se jette en contrebas dans le doron de Bozel[8]. Ce torrent est alimenté notamment par plusieurs sources d'altitude, dont les lacs Merlet et le lac du Rateau[9].

Ce territoire présente une exposition principalement vers le nord. Il se développe sur les pentes plutôt douces des Tovés, Plantré, Chenus et Verdons, les Creux, Ariondaz, les Avals, Moriond[10] jusqu'aux reliefs plus escarpés des hauts sommets. En outre, de par la forte amplitude altitudinale, la commune comporte quatre étages de végétation : l'étage collinéen, l'étage subalpin, l'étage alpin et l'étage nival au-delà de 2 700 m[11].

Géologiquement, la commune se situe dans l'unité géologique appelée « zone briançonnaise » et la sous-unité de la zone houillère[12]. Une première formation des roches présentes remonte à 300 millions d'années durant le Paléozoïque, lesquelles se situent aujourd'hui à l'ouest de la commune, au niveau de la montagne de Pralong ou du col du Fruit[13]. Plus tard, il y a 230 millions d'années durant le Mésozoïque, la présence d'une mer peu profonde favorise la création de quartzite dont le rocher de la Loze demeure constitué, de la même manière que l'accumulation de crustacés est à l'origine des roches calcaires comme celles existant dans la dent de la Portetta, laquelle renferme également des fossiles marins[14]. Enfin, le retrait de la mer par évaporation a conduit à la formation de gypse, très présent sur le territoire de la commune[14]. Après une nouvelle submersion, le sol émerge définitivement il y a environ 40 millions d'années durant l'ère tertiaire lors du soulèvement et du plissement des Alpes[14]. Enfin, le relief actuel est le résultat du rabotage causé par l’érosion glaciaire du glacier de l'Isère au cours de la glaciation de Würm[14].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Altiport de Courchevel.

La commune de Saint-Bon-Tarentaise ne compte que deux axes routiers principaux que sont la route départementale route départementale 915 (ancienne route nationale 515) reliant Moûtiers à Pralognan-la-Vanoise et la route départementale 91a desservant exclusivement le chef-lieu de la commune ainsi que les quatre villages de Courchevel.

Vue de la piste unique de l'altiport de Courchevel.
Vue de la piste unique de l'altiport de Courchevel.

En arrivant de Chambéry, l'accès à la commune s'effectue par l'autoroute A430 en provenance de la combe de Savoie, puis par une extension de cette autoroute au-delà d'Albertville. C'est à Moûtiers que débute l’ascension jusqu'à la commune et la station de Courchevel à partir de la sortie 41 (Val Thorens, Les Menuires, Bozel, Courchevel, Méribel) par la route départementale 915 qui traverse Salins-les-Thermes, Brides-les-Bains et La Perrière. Enfin, c'est avant Bozel que la route départementale 91a conduit au chef-lieu et aux villages de Courchevel.

Par le rail, la gare ferroviaire la plus proche de la commune est celle de Moûtiers - Salins - Brides-les-Bains, située à une quinzaine de kilomètres du chef-lieu. Lors de la saison hivernale, elle est desservie chaque week-end par des TGV en provenance de Paris (600 km en h 30), Nantes et Rennes ainsi que par des TGV Thalys en provenance d'Amsterdam et Bruxelles et des Eurostar en provenance de Londres. Une desserte par des TER Rhône-Alpes est également assurée toute l'année sur la relation entre Chambéry et Bourg-Saint-Maurice et parfois entre Lyon et Bourg-Saint-Maurice. Le temps de transport depuis la gare vers la station est de 30 minutes environ (taxi, navettes du transporteur Altibus).

Enfin, par les airs, la commune possède sur son territoire un altiport, l'altiport de Courchevel[15]. Établi à 2 008 mètres d'altitude, celui-ci a enregistré 7 514 mouvements en 2011, dont 60 % concernant des hélicoptères[C 2]. Les aéroports internationaux les plus proches de la commune sont autrement les aéroports de Lyon-Saint-Exupéry (187 km - 2 h) et Genève (149 km - 2 h 15), ainsi que celui de Chambéry - Savoie (110 km - 1 h 20). La station possède aussi son propre altiport (code AITA : CVF).

Au niveau de la commune, il existe un service de navettes gratuites reliant les différents hameaux et stations-villages de la commune (1850, 1650, 1550, Le Praz, Saint-Bon) ainsi que Bozel, La Tania et les quartiers excentrés (Chenus, Jardin Alpin, Altiport pour 1850 ; Belvédère pour 1650 ; Brigues pour 1550).

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune est désignée sous le vocable de Saint-Bon jusqu'au , où un décret accole le nom de la vallée de la Tarentaise, donnant Saint-Bon-Tarentaise[1],[16],[6]. Toutefois, le site Internet de la commune ou encore la littérature[2] utilise le toponyme Saint-Bon-Courchevel afin de faire référence à la station de sports d'hiver.

Le nom dérive du saint patron de la paroisse, Bonnet de Clermont, évêque de Clermont au VIe siècle[16].

En francoprovençal, la graphie de la commune s'écrit Sè Bon selon la graphie de Conflans[17].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Bon en 1911.

La localité et la paroisse de Saint-Bon apparaissent dans la première moitié du XIIIe siècle à l'issue d'une séparation avec la paroisse voisine de Bozel[18]. En effet, alors qu'une ordonnance de l'archevêque de Tarentaise de 1170 et la bulle pontificale In Apostolicae Sedis specula du ne citent pas Saint-Bon dans l'énumération des églises de Tarentaise[19], moins d'un siècle plus tard, sa mention est faite dans la bulle Justis petentium desideriis du (« sancto Boneto ») puis l’année suivante par l'archevêque de Tarentaise (« ecclesiae sancti Boneti »)[18].

Saint-Bon-le-Bas après l'annexion de 1860.

La vie communale repose sur l'élevage et la fabrication fromagère jusqu'au début du XXe siècle. En 1842, le village connaît un grand incendie qui touche pas moins de 90 maisons[20]. Au début du XXe siècle, seuls quelques hameaux avaient une population permanente (Saint Bon, le Praz, le Petit et le Grand Carrey, la Cuerdy, le Grenier, le Fontanil, le Buisson, le Fay, la Jairaz, le Freney, Montcharvet)[C 1]. Entre 1400 et 1 600 m d’altitude, des « montagnettes » n'étaient habitées par les familles qu'au printemps et en automne, pour permettre la pâturage des troupeaux. Enfin, utilisés en été, des alpages permettaient de conduire les troupeaux à une herbe de meilleures qualités. Des chalets d’alpages, des caves et des granges étaient construites par les familles. L'industrialisation se développe, à cette période, dans le fond de la vallée de la Tarentaise et permet aux hommes de cumuler deux activités (paysans et ouvriers)[C 1].

Le tout premier hôtel du village, le Lac Bleu, s'installe en 1908 et accueille des touristes lors de la période estivale[21]. Le tourisme se développe, certains touristes originaires de Paris ou de Lyon, de plus en plus nombreux, font construire des villas aménagent des maisons pour la location[21]. Le tourisme hivernal se développe aussi à cette période avec des préparations sur les sommets environnants par les alpinistes[21]. L'hydrologue lyonnais Aimé Coutagne, directeur de l'usine de Pomblière à Saint-Marcel (plus bas dans la vallée), décrit sur les pages de La Revue Alpine du Club alpin français, entre 1902 et 1912, les « grands itinéraires à ski des pentes de Saint-Bon »[21],[22]. Avec l'essor du tourisme à partir de 1946 et le développement de la station de Courchevel, les secteurs en alpages des Tovets, de Moriond ou encore de Praméruel voient leurs activités traditionnelles évoluer vers l'accueil des pratiques hivernales.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune appartient au canton de Moûtiers, qui depuis le redécoupage cantonal de 2014, est composé de 26 communes. La ville de Moûtiers en est le bureau centralisateur[23]. La commune de Saint-Bon-Tarentaise appartient au canton de Moûtiers dans l'arrondissement d'Albertville.

La commune relève de la deuxième circonscription législative du département de la Savoie, dont Hervé Gaymard est le député depuis 1997.

Elle est membre de la communauté de communes Val Vanoise Tarentaise, remplaçant en 2014 l'ancien SIVOM du canton de Bozel Val Vanoise, créé en 1976. En 2016, un projet de fusion est envisagé avec la commune de La Perrière, pour mieux coordonner les stations de Courchevel et La Tania[24].

Administration municipale et élections[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 et 2 500 habitants, le conseil municipal saint-bonnais est composé d'un maire et de 18 conseillers municipaux[25]. Parmi ces conseillers municipaux, on dénombre 5 adjoints au maire et 12 conseillers municipaux.

Lors des élections municipales de 2014, Gilbert Blanc-Tailleur, maire depuis 1997 est battu de 43 voix par Philippe Mugnier (42% contre 45%)[C 3]. Président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne et de France Montagne, il était conseiller municipal depuis 1983 et adjoint depuis 1989[26],[C 4].

Comme la plupart des communes de montagne, Saint-Bon-Tarentaise est marquée par un vote majoritairement à droite : lors des récentes élections présidentielles, les candidats de droite parlementaire ont obtenu au second tour 83,0 % en 2002[27], 79,3 % en 2007[28] et 80,5 % en 2012[29].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de 1944 à nos jours[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1951 Francis Mugnier ... ...
juin 1951 1953 Émile Ancenay ... ...
juin 1953 1954 Eugène Gormier ... ...
juin 1954 1959 Émile Ancenay ... ...
1959 1968 Pierre de La Gontrie Parti radical-socialiste Avocat, sénateur
1968 1971 Eugène Favre ... ...
1971 1983 Maurice Morel ... ...
1983 1997 Michel Ziegler UMP Pilote d'avion, guide de haute montagne
juin 1997 2014 Gilbert Blanc-Tailleur UMP Président de France Montagne
2014 en cours Philippe Mugnier LR  

Jumelages[modifier | modifier le code]

À ce jour, l'Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures ne répertorie aucun projet de jumelage ou de coopération décentralisée, ni pacte d’amitié à l'international pour la commune[30].

Cependant, la station de Courchevel est jumelée avec la ville et station Drapeau des États-Unis Park City (Utah) (États-Unis). Une rue du village porte le nom de la ville américaine, de même qu'une piste rouge du domaine skiable.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Saint-Bonnais[6].

L'implantation d'une station de sports d'hiver sur la commune bouleverse l'évolution démographique du village. Si en 1946, la population communale n'atteint que 548 habitants, celle-ci a quasiment triplé en 1975 (avec 1470 habitants), avec une progression qui se poursuit. Cette évolution démographique est considérée comme plutôt rare pour des communes équivalentes dans la région, non soumises au développement touristique[31]. Ce fort développement a un impact direct sur la constitution de la population. Ainsi, l'abbé Chavoutier observe qu'à la fin des années 1970 la population locale est en passe d'être supplantée par la population extérieure, en indiquant que plus de la moitié des moniteurs de ski et que 90% des hôteliers sont des investisseurs sont issus de territoires extérieurs à la Tarentaise[2]. Les transformations sociales de la structure de la population ont été analysée par le géographe Pierre Préau dans une étude publiée en 1988[32].

En outre, à la fin des années 2000, il est estimé que la commune peut voir sa population avoisiner les 30 000 habitants durant les vacances scolaires françaises de Noël et d'hiver[33].

En 1999, les 1 850 habitants permanents de la commune étaient répartis comme suit[34] :

  • Saint-Bon : 221 hab.
  • le Praz : 365 hab.
  • Courchevel 1550 : 226 hab.
  • Courchevel 1650 : 237 hab.
  • Courchevel : 629 hab.
  • Hameaux secondaires : 172 hab.

En 2013, la commune comptait 1 920 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
854 869 882 858 989 983 750 811 730
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
679 689 638 654 628 591 552 527 558
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
494 565 467 535 548 738 1 071 1 242 1 470
1982 1990 1999 2005 2008 2010 2013 - -
1 651 1 732 1 850 1 850 1 920 1 964 1 920 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2004[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Bon-Tarentaise est située dans l'académie de Grenoble. En 2015, elle administre trois établissements scolaire, école maternelle[37] et une école élémentaire[38] au village du Praz et école primaire au village de Courchevel 1850-Saint-Bon[39]. Les trois écoles regroupent 215 élèves.

Le collège de rattachement est celui situé à Bozel, le collège le Bonrieu qui possède notamment une section sportive scolaire[40]. On trouve également deux collèges, tous deux équipés d'un internat, sur Moûtiers, un public avec une section sportive scolaire[41] et un établissement privé. C'est d'ailleurs dans cette ville que se trouve le lycée Ambroise-Croizat avec une section professionnelle, qui possède également un internat et une section sportive scolaire[42].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Bon-Tarentaise correspond au « Bassin 73227 : Saint-Bon-Tarentaise », soit une seule commune[43]. En 2012, on peut trouver un médecin généraliste sur la commune[43]. La desserte médicale[Note 4] est estimée en septembre 2012 à un médecin généraliste pour 1 942 hab. (chiffre de 2009)[43]. Lors de la saison touristique, face à l'augmentation de la fréquentation de la commune (estimée à environ 23 800), on compte cinq médecins saisonniers[43].

Les autres services liés à la santé sont la présence de dentistes, de kinésithérapeutes, ainsi que des pharmacies[43].

La commune de Saint-Bon-Tarentaise est rattachée au service d'urgences du Centre hospitalier intercommunal Albertville-Moûtiers (CHAM) disposant d'un site à Moûtiers et d'un autre sur Albertville.

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, Radio Courchevel... Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale de la vallée de la Tarentaise. France 3 et son décrochage France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré avec une édition locale, et l'hebdomadaire La Savoie.

Sports[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Courchevel 1850.
Article détaillé : Courchevel.

La commune accueille sur son territoire la station de sports d'hiver de Courchevel, créée en 1946, dont le domaine skiable est relié au grand domaines des Trois Vallées.

D'autres infrastructures viennent compléter l'offre de sports d'hiver. Ainsi la piscine « Les Grandes Combes », équipée de deux bassins dont un semi-couvert, est située dans la station-village de Courchevel Moriond. Toutefois, celle-ci n'était ouverte que durant deux mois l'été[44]. Dans un contexte du développement des activités aquatiques en stations[45]la commune a construit entre 2012 à 2015[44] un centre aquatique de 15 000 m2. Inauguré en décembre 2015, « Aquamotion » peut accueillir jusqu'à mille personne à la fois[46].

À côté des tremplins du Praz, la commune a également inauguré en novembre 2013 un complexe sportif, équipé d'un gymnase (1 000 m2 évolutif en salle polyvalente) associé à un espace de remise en forme, « L'envolée ». Cet espace a été conçu pour accueillir des sportifs de haut niveau à l’entraînement.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Bon-Tarentaise est couverte par 1 230 hectares d'alpages. Toutefois, le recensement agricole de l’an 2000 dénombre 767 hectares de surface agricole utile, située hors alpages puisque composée de parcelles de prairies naturelles pâturées et/ou fauchées situées à une altitude inférieure à 1 600 mètres[47],[C 6].

Depuis 2005, la commune compte cinq exploitations agricoles[48], contre treize exploitations en 1988[47]. Parmi ces exploitations, une seule compte un cheptel permanent sur la commune, les autres n'y restant qu'environ huit mois car passant l'hiver dans la vallée[C 6]. Les exploitants agricoles pratiquant l'inalpage, les bovins pâturent à proximité des villages jusqu'au mois de juin puis rejoignent les alpages d'altitude jusqu'à l'hiver suivant[C 6].

En 2005, la commune compte un cheptel bovin totalisant 140 têtes et un cheptel ovin de 20 moutons[47]. Au cheptel bovin s'ajoutent en outre 635 bovins en transhumance dans les alpages de juin à septembre, composé de 570 vaches laitières et 65 génisses[C 6]. Au cœur de l'été, la commune totalise donc près de 800 têtes de bovins et d'ovins.

Saint-Bon-Tarentaise étant située dans la zone d'appellation d'origine contrôlée (AOC) du Beaufort, le fromage produit sur place peut bénéficier du label « Beaufort d'alpage ». La production annuelle de Beaufort sur la commune est d'environ de 70 tonnes, dont 85 % sont issus de la transformation du lait collecté sur place et 15 % de la collecte du lait à la coopérative de Moûtiers[49].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Hôtel-restaurant Le Chabichou, Courchevel.

Avec le développement de la station de sport d'hiver de Courchevel et ses différentes stations-villages, la commune de Saint-Bon-Tarentaise est tournée vers le tourisme depuis la seconde moitié du XXe siècle. Cette orientation permet à la commune d'être labellisée « station classée tourisme »[4] et de bénéficier d'un surclassement démographique pour une commune égale à une ville de « 40 000 à 80 000 habitants »[C 7].

En 2015, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie Mont Blanc, est de 32 839 lits touristiques répartis dans 4 982 établissements[Note 5]. Les hébergements se répartissent comme suit : 251 meublés  ; 9 résidences de tourisme ; 51 hôtels ; 4 centres ou villages de vacances/auberges de jeunesse/maisons familiales ; 1 refuge ou gîte d'étape et une chambre d'hôtes[50]. La station ne dispose pas d'hôtellerie de plein air[50].

La commune dispose d'une structure hôtelière et de restauration haut de gamme avec une vingtaine d'établissements de luxe sur une cinquantaine[51], ainsi que des tables étoilées[52]. En 2016, huit tables de la station (dont six à Courchevel 1850) se trouvent dans le palmarès du guide Michelin, avec un total de onze étoiles, dont les restaurants des hôtels des Airelles de Pierre Gagnaire, Le Chabichou, le Cheval Blanc de Yannick Alléno, qui gardent leur deux étoiles[Note 6].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La commune compte six monuments répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[54] et trente-trois répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[55]. Par ailleurs, elle compte un objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[56] et quatre répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[57].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Saint-Bon-Courchevel compte deux édifices religieux inscrits à l'inventaire supplémentaires des Monuments historiques :

Patrimoine architectural et touristique[modifier | modifier le code]

La commune possède par ailleurs un patrimoine hérité de sa fonction touristique, qui a fait l'objet d'études par la Direction de la Culture de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans sa série « Les dossiers de l'inventaire » (Études sur le patrimoine). Ce ne sont pas moins de 47 édifices (lotissements, chalets) qui ont ainsi retenu une certaine attention[60].

Le village de Courchevel 1850 a fait l'objet en 1998 d'un Inventaire supplémentaire des monuments historiques[61],[60],[62].

Ainsi, trois édifices supplémentaires ont été classés ou inscrits à l'inventaire en 2005 :

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le parc national de la Vanoise occupe le territoire de 28 communes savoyardes, parmi lesquelles se trouve Saint-Bon-Courchevel. Il s'agit du tout premier parc national créé en France en 1963. La faune et la flore y est préservée et fortement diversifiée. Ce parc a contribué, entre autres chose, à la sauvegarde du bouquetin dans le massif de la Vanoise. Le village, les stations-villages et le domaine skiable se trouvent dans l'aire d'adhésion (anciennement appelée pré-parc ou périphérie), soit en dehors du cœur préservé du parc[Note 7].

Faune[modifier | modifier le code]

En 2007, aucun inventaire exhaustif de la faune de Saint-Bon-Tarentaise n’est achevé, en particulier dans la catégorie des invertébrés[76]. Il était toutefois dénombré à ce moment 103 espèces de vertébrés, représentant 36 % des espèces présentes dans le parc national de la Vanoise et 25 % des espèces recensées dans le département de la Savoie[76].

Parmi les espèces vertébrées recensées, la commune comptait 17 espèces de mammifères, 70 espèces d'oiseaux nicheurs, 13 espèces de reptiles, 3 espèces d'amphibiens et 8 espèces de poissons[77].

Parmi les espèces invertébrées recensées, la commune comptait 59 espèces connues de lépidoptères (dont 58 papillons de jour), 11 espèces d'orthoptères inventoriées de manière incomplète et 25 espèces d'odonates[78].

Flore[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas d'inventaire exhaustif de la flore propre à Saint-Bon-Tarentaise, ni même sur l’ensemble du parc national de la Vanoise. Pour autant, les évaluations menées sur le parc ainsi qu'un inventaire relativement exhaustif des plantes rares sur le parc donne un ordre de grandeur de la flore sur la commune[79].

En 2007, Saint-Bon-Courchevel comptait 21 espèces de plantes protégées, dont trois présentant un intérêt majeur du fait de leur rareté en France, à savoir le chardon bleu des Alpes, la tofieldie boréale et la violette à feuilles pennées[79]. En outre, parmi les autres plantes à forte valeur biologique que compte la commune, figurent la saxifrage fausse mousse, le sabot de Vénus ou encore l'hormin des Pyrénées[80]. Enfin, Saint-Bon-Tarentaise possède également des plantes « symboliques » à la région ou à ses habitants, des plantes de montagne tels le lis martagon, l'ancolie des Alpes ou les gentianes bleues[81].

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Saint-Bon-Tarentaise bénéficie du label « ville fleurie » avec « trois fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[82].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre de La Gontrie, (1902-1971) président du conseil général de Savoie (1945-1951), sénateur de Savoie (1948-1968) puis maire de la commune de 1959 à 1968, un des initiateurs de Courchevel.

Sportifs licenciés à Courchevel[C 8],[83].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Virginie Bourgoin et Christine Garin, Découvrir le patrimoine naturel de Saint-Bon Courchevel, La Ville,‎ , 172 p. (ISBN 2-9016-1721-2, lire en ligne [PDF])
Édition conjointe du Parc national de la Vanoise et du Conservatoire du patrimoine naturel de la Savoie.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La graphie Saint-Bon-Tarentaise respecte le Code officiel géographique français[1]. Toutefois, on peut trouver l'usage de Saint-Bon-Courchevel sur le site officiel de la mairie « Bienvenue à Saint Bon Courchevel » ou encore parfois dans une partie de la littérature locale, par exemple Lucien Chavoutier Saint-Bon-Courchevel : de la cellule rurale à la station-phare (1978)[2].
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. La desserte médicale est le rapport du nombre de praticiens ou de structures de santé à la population. En région Rhône-Alpes, celle-ci est estimée en 2012 à 1 médecin généraliste pour 1 296 hab. Publication pour la région : [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes., « Le schéma de démographie médicale de la région Rhône-Alpes - Synthèse régionale », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé,‎ (consulté le 12 avril 2014), p. 11.
  5. Les données fournies par l'organisme Savoie Mont Blanc prend en compte l'ensemble des établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[50].
  6. Les lauréats sont les restaurants Les Airelles de Pierre Gagnaire** (Courchevel 1850), Le Chabichou** (Courchevel 1850), le Cheval Blanc** (Courchevel 1850), Le Strato* (Courchevel 1850), Le Kintessence* (Courchevel 1850), La Table du Kilimandjaro* (Courchevel 1850), Azimut* (Le Praz) et Le Farçon* (La Tania)[53].
  7. Cette organisation a été mise en place par la nouvelle Loi no 2006-436 du 14 avril 2006.

Sources communales[modifier | modifier le code]

  • Données issues des sites de la mairie de Saint-Bon-Tarentaise et de la station
  1. a, b et c « Historique de la commune », sur site internet de la commune de Saint-Bon Courchevel (consulté le 6 mars 2016).
  2. « Portrait : l’Altiport fête des 50 ans », Journal d'information municipal de juin 2011 (consulté le 13 mars 2016).
  3. Résultats élections municipales de 2014 sur le site de la commune, consulté le 30 avril 2016.
  4. Présentation du maire sur le site de la commune, consulté le 30 avril 2016.
  5. « Maires et Syndics », sur site internet de la commune de Saint-Bon Courchevel (consulté le 5 mars 2016).
  6. a, b, c et d Mairie de Saint-Bon-Courchevel, « Évolution de la population de la commune de Saint-Bon et de la vie agricole depuis 1561 ».
  7. [PDF], Commune de Saint-Bon-Tarentaise 73 120 - Courchevel, « Élaboration du Plan local d'urbanisme (PLU) - Rapport de présentation volet 1 », 10 décembre 2015, p. 15.
  8. « Liste des skieurs célèbres de la station », sur Office du Tourisme de Courchevel (consulté le 5 mars 2016)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Code officiel géographique de Saint-Bon-Tarentaise sur le site de l'Insee, consulté le 30 août 2014.
  2. a, b, c et d Chavoutier 1978, p. Titre.
  3. Préau 1983, p. 407.
  4. a et b [PDF] « Liste des stations classées de tourisme », sur le site de la Direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services - entreprises.gouv.fr (consulté en juillet 2014).
  5. La Nouvaz bien que dépendant administrativement de la commune de La Perrière, l'unique accès de ce hameau se fait par la commune de Saint Bon-Tarentaise.
  6. a, b et c « Saint-Bon-Tarentaise », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 27 juillet 2016), Ressources - Les communes.
  7. Charvin 1996, p. 27.
  8. Pour une approche géologique : geol-alp.uiad.fr, Atlas géologique des Alpes françaises, « Courchevel », Vanoise, sur geol-alp.uiad.fr,‎ 6 octobre 2013 (màj) (consulté le 24 décembre 2013).
  9. Bourgoin, Garin 2007, p. 12.
  10. Charvin 1996, p. 330.
  11. Bourgoin, Garin 2007, p. 13.
  12. Bourgoin, Garin 2007, p. 9.
  13. Bourgoin, Garin 2007, p. 9-10.
  14. a, b, c et d Bourgoin, Garin 2007, p. 10.
  15. Article de Georges Benko, « Tourisme et marketing territorial : le cas des stations de sport d'hiver de l'Espace Killy et des Trois Vallées » Diane-Gabrielle Tremblay et Rémy Tremblay, La compétitivité urbaine à l'ère de la nouvelle économie. Enjeux et défis, Presses de l'Université du Québec,‎ , 420 p. (ISBN 978-2-76052-174-2), p. 78.
  16. a et b « Article « Saint-Bonnet, Saint-Bonnet-de-Chavagne, Saint-Bon-Tarentaise » », sur le site Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs, site personnel de henrysuter.ch (consulté le 13 février 2014).
  17. Lexique des noms des communes savoyardes en arpitan - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen,‎ , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 19
    préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  18. a et b Charvin 1996, p. 61-62
  19. Henri Onde, L'Occupation humaine dans les grands massifs savoyards internes: étude critique, historique et démographique, Arthaud,‎ , 359 p., p. 30.
  20. Jacques Lovie, La vraie vie de tous les jours en Savoie romantique : 1815-1860, vol. 4, coll. « Trésors de la Savoie »,‎ , 224 p., p. 43.
  21. a, b, c et d Boyer 1955, p. 201.
  22. Louis Chabert, Jean-Marie Albertini (sous la dir.), Jacques Champ, Pierre Préau, Un siècle d'économie en Savoie, 1900-2000, Les Marches, La Fontaine de Siloé,‎ , 141 p. (ISBN 978-2-8420-6157-9), p. 45.
  23. « Décret no 2014-272 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté le 30 avril 2016).
  24. « Un projet de “fusion” entre Saint-Bon-Courchevel et La Perrière », sur www.ledauphine.com,‎ 20mai 2016 (consulté le 21 mai 2015)
  25. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  26. « Qui pour remplacer Gilbert Blanc Tailleur à l’ANMSM ? », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne)
  27. Résultat des élections présidentielles de 2002 sur le site de L'Express, consulté le 30 avril 2016.
  28. Résultat des élections présidentielles de 2007 sur le site de L'Express, consulté le 30 avril 2016.
  29. Résultat des élections présidentielles de 2012 sur le site de L'Express, consulté le 30 avril 2016.
  30. Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales - Ministère des Affaires étrangères, « Saint-Bon-Tarentaise », Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, sur Site extranet de la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) - Ministère des Affaires étrangères - pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté en août 2014).
  31. Préau 1983, p. 408.
  32. Préau 1983.
  33. Bourgoin, Garin 2007, p. 17
  34. Bourgoin, Garin 2007, p. 15
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2008, 2010, 2013.
  37. « Savoie (73) > Saint-Bon-Tarentaise > École maternelle », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 mars 2016).
  38. « Savoie (73) > Saint-Bon-Tarentaise > École élémentaire », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 mars 2016).
  39. « Savoie (73) > Saint-Bon-Tarentaise > École primaire », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 mars 2016).
  40. « Savoie (73) > Bozel > Collège », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 mars 2016).
  41. « Savoie (73) > Moûtiers > Collège », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 mars 2016).
  42. « Savoie (73) > Moûtiers > Lycée », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 mars 2016).
  43. a, b, c, d et e [PDF] L‛Union Régionale des Médecins Libéraux Rhône-Alpes, « Démographie des médecins généralistes en région Rhône-Alpes - Département de la Savoie », sur urps-med-ra.fr, Union régionale des professionnels de santé,‎ (consulté en avril 2014), p. 97.
  44. a et b L. H., « Courchevel : centre aqualudique, un projet intégré à l'environnement », La Savoie,‎ (lire en ligne).
  45. Rédaction avec AFP, « Sports d'hiver : succès polémique des centres aquatiques en montagne », L'Express,‎ (lire en ligne).
  46. Philippe Viguié-Desplaces, « Courchevel nouvelle vague », Le Figaro,‎ .
  47. a, b et c Bourgoin, Garin 2007, p. 16.
  48. Insee, « Commune de Saint-Bon-Tarentaise (73227) - Dossier complet », sur www.insee.fr.
  49. Bourgoin, Garin 2007, p. 17.
  50. a, b et c « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com (consulté le 29 avril 2016) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2015, .xlsx) ».
  51. Maud Tixier, « Courchevel : une station d'exception à un tournant de son histoire », EHLITE Magazine - École Hôtelière de Lausanne, no 31,‎ , p. 16-20.
  52. Annie Barbaccia, « 1-Luxe. La plus célèbre de toutes nos stations Courchevel, la tête dans les étoiles », Le Figaro Magazine,‎ (lire en ligne).
  53. Franck Grassaud, « Guide Michelin 2016: de nouvelles étoiles pour les restaurants de l'Isère et des Pays de Savoie », france3-regions.francetvinfo.fr,‎ (lire en ligne).
  54. « Liste des monuments historiques de la commune de Saint-Bon-Tarentaise », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  55. « Liste des lieux et monuments de la commune de Saint-Bon-Tarentaise à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  56. « Liste des objets historiques de la commune de Saint-Bon-Tarentaise », base Palissy, ministère français de la Culture.
  57. « Liste des objets de la commune de Saint-Bon-Tarentaise à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  58. « Église Saint-Bon de Saint-Bon-Tarentaise », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  59. « Chapelle Notre-Dame-de-l'Assomption de Courchevel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  60. a et b Jean-Paul Brusson, Jean-François Lyon-Caen et Maryannick Chalabi, « Présentation de l'aire d'étude Courchevel 1850 », Les dossiers de l'inventaire (Études sur le patrimoine), sur le site de la Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel en lien avec l'École d'architecture de Grenoble - patrimoine.rhonealpes.fr,‎ (consulté le 6 mars 2016) (Inventaire topographique des constructions et des choix d'aménagement sur le territoire de la station de Courchevel 1850. 47 œuvres sont présentées). Notamment l'article « Station de sports d'hiver dite Courchevel 1850 », Dossier IA73000022 réalisé en 1994.
  61. « Station de sports d'hiver dite Courchevel 1850 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  62. « A la découverte du patrimoine de Courchevel 1850 », Stations de sport d'hiver. Découverte de l'urbanisme et de l'architecture, sur le site /http://www.parcoursinventaire.rhonealpes.fr (Région Rhône-Alpes) (consulté le 4 mars 2016).
  63. « Chalet Joliot-Curie », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. « Grenier La Goupille », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  65. « Maison (chalet) dit chalet Le Petit Navire », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  66. « Maison (chalet) dit chalet Roques », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  67. « Maison (chalet) », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  68. « lotissement dit Les Chalets Fath », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. « Maison (chalet) dit chalet Le Rabolliot », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  70. « Maison (chalet) dit chalet Parallèle 4 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  71. « Maison (chalet) dit chalet Thivollet », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  72. « Maison (chalet) dit chalet Roche », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  73. « Maison (chalet) dit chalet La Godille », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  74. « Maison (chalet) dit chalet Le Troll », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. « Maison (chalet) », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  76. a et b Bourgoin, Garin 2007, p. 34.
  77. Bourgoin, Garin 2007, p. 34-36.
  78. Bourgoin, Garin 2007, p. 36.
  79. a et b Bourgoin, Garin 2007, p. 26.
  80. Bourgoin, Garin 2007, p. 27
  81. Bourgoin, Garin 2007, p. 29.
  82. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  83. « Nos athlètes », sur Club des sports de Courchevel (consulté le 5 mars 2016)