Tour de Flak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Augarten, L-Turm.
Augarten, G-Turm et L-Turm.
Augarten, G-Turm.

Les tours de DCA (allemand : Flaktürme) étaient huit complexes de tours anti-aériennes de type blockhaus construits dans les villes de Berlin (3), Hambourg (2) et Vienne (3) à partir de 1940. Elles furent utilisées par la Flak de la Luftwaffe pour se défendre contre les raids aériens alliés sur ces trois villes durant la Seconde Guerre mondiale. Elles servirent aussi d'abri anti-aériens pour des dizaines de milliers de personnes et pour coordonner la défense anti-aérienne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction d'un tour de Flak, 1942

Après le raid de la RAF sur Berlin en 1940, Adolf Hitler ordonna la construction de trois tours de DCA massives pour défendre la capitale d'attaques aériennes. Ces tours étaient soutenues par une installation radars de conduite de tir FuSE 65 et FuMG 39T qui était sur un plateau rétractable (le plateau pouvait être rétracté derrière un épais mur en béton et un dôme en acier afin de le protéger lors d'un raid aérien). Ces ouvrages, dont Hitler définit lui-même l'aspect en soumettant ses propres croquis, furent construits dans les six mois qui suivirent. La priorité du projet fut telle que le planning de transport de la Deutsche Reichsbahn Gesselschaft (compagnie nationale des chemins de fer allemands) fut modifié pour permettre le transport du béton, de l'acier et de poutres vers les lieux de construction[1]

Pourvues de mur en béton de 3,5 m d'épaisseur, les tours de Flak étaient considérées comme invulnérables aux bombes habituellement utilisées par les bombardiers alliés, mais il est peu probable qu'elles auraient pu résister à la Grand Slam qui pouvait pénétrer des structures plus épaisses en béton armé. Il apparaît que les avions ont généralement évité les tours de Flak. Les tours étaient capables de maintenir une cadence de tir de 8 000 coups par minute, avec une portée maximale de 14 km sur 360°. Cependant, seuls les canons de 128 mm avaient une portée suffisante pour défendre les tours contre les bombardiers lourds du Royal Air Force Bomber Command. Les trois Flaktürme dans la banlieue de Berlin formaient un triangle pouvant protéger efficacement le centre de Berlin.

Les Flaktürme ont aussi été conçues comme abri anti-aérien pour la population civile, avec de la place pour 10 000 personnes et même un hôpital à l'intérieur. Les tours, lors de la chute de Berlin, formaient leur propre communauté, avec près voire plus de 30 000 Berlinois qui ont pris refuge dans chaque tour durant la bataille. Ces tours, un peu comme les donjons des châteaux médiévaux, furent les endroits les plus sûrs alors que la ville subissait des combats généralisés, et elles furent les dernières à se rendre aux forces soviétiques, sans doute à cause de la diminution de leurs réserves[2].

Les Soviétiques, lors de leur assaut sur Berlin, eurent du mal à infliger des dégâts significatifs aux tours de DCA même avec les plus gros canons soviétiques, tels les 203 mm howitzers. Les forces soviétiques ont en général manœuvré autour des tours, et envoyé des émissaires pour demander leur reddition. Contrairement aux autres défenses de Berlin, les tours furent en général pourvues d'un stock complet de munitions et de vivres, et les canonniers ont même utilisé leur canons anti-aériens de 20 mm pour se défendre contre des troupes au sol. La tour du Zoo fut l'un des derniers points à se rendre, avec des unités blindées allemandes qui avait tenté de la rallier en tentant de briser l'encerclement par l'Armée rouge [réf. nécessaire]

Pendant une période après la guerre, il fut prévu de reconvertir les tours avec des façades décorées. Après la défaite, les tours devaient être détruites, mais la plupart du temps cela fut impossible et beaucoup sont encore présentes aujourd'hui.

Caractéristiques des Flaktürme[modifier | modifier le code]

Les tours L et G à Augarten, Vienne

Chaque complexe de tour de Flak est constitué :

– d'une G-Turm (Gefechtsturm) ou tour de combat ;
– d'une L-Turm (Leitturm) ou tour de commandement.
Les trois génération de G-Turm
  • Generation 1
    • G-Turm. Dimensions : 70,5 × 70,5 × 39 m, habituellement armée de huit (quatre jumelés) canons de 128 mm, de nombreux canons de 37 mm et 32 (huit quads) canons de 20 mm.
    • L-Turm. Dimensions : 50 × 23 × 39 m, habituellement armée de seize (quatre quads) de canons de 20 mm.
  • Generation 2
    • G-Turm. Dimensions : 57 × 57 × 41,6 m, habituellement armée de huit (quatre jumelés) canons de 128 mm et seize (quatre quads) canons de 20 mm.
    • L-Turm. Dimensions : 50 × 23 × 44 m, habituellement armée de quarante (dix quads) canons de 20 mm.
  • Generation 3
    • G-Turm. Dimensions : 43 × 43 × 54 m, habituellement armée de huit (quatre jumelés) canons de 128 mm et trente-deux (huit quads) canons de 20 mm.

Adolf Hitler avait demandé l'étude de G-Turm encore plus grosses. Elles auraient fait trois fois la taille et auraient eu trois fois la puissance de feu des tours de Flak déjà construites.

Tours[modifier | modifier le code]

Flakturm I - Zoologischer Garten Berlin, Berlin[modifier | modifier le code]

Flakturm II - Friedrichshain, Berlin[modifier | modifier le code]

La G-Turm, connue sous le nom de Mont Klamott à Berlin, a servi d'inspiration pour quelques chansons du compositeur-interprète Wolf Biermann et du groupe de rock Silly.

Flakturm III - Humboldthain, Berlin[modifier | modifier le code]

Flakturm IV - Heiligengeistfeld, Hambourg[modifier | modifier le code]

Flakturm V - Stiftskaserne, Vienne[modifier | modifier le code]

Flakturm VI - Wilhelmsburg, Hambourg[modifier | modifier le code]

Flakturm VII - Augarten, Vienne[modifier | modifier le code]

  • Augarten (3e génération) - Janvier 1945
    • G-Turm, vide. Elle a été endommagée par une explosion accidentelle de munitions en 1946. La totalité des plateformes d'armes 20mm du nord-est, et la moitié de celles de l'est ont été retirées courant 2007, incluant le chemin de connexion, dû à la détérioration. La tour en elle-même a été renforcé par des câbles en acier qui enlacent la structure complète, 12 câbles sont au-dessus des nids de mitrailleuses, 6 juste en dessous et 4 supplémentaires sont à mi-hauteur de la tour. La tour abrite des milliers de pigeons qui nichent sur chaque plate-forme et dans chaque ouverture. Le côté ouest de la structure est utilisé comme relai pour les téléphones portables. 48° 13′ 32″ N 16° 22′ 22″ E / 48.22563, 16.372815 ()
    • L-Turm, vide. Elle pourrait être utilisée à l'avenir comme dépôt pour matériel informatique ou comme cinéma en plein air. 48° 13′ 40″ N 16° 22′ 41″ E / 48.227896, 16.377992 ()

Flakturm VIII - Arenbergpark, Vienne[modifier | modifier le code]

Tours prévues[modifier | modifier le code]

Berlin[modifier | modifier le code]

Brême[modifier | modifier le code]

Hambourg[modifier | modifier le code]

  • Est de Hambourg (prévue, non construite)

Munich[modifier | modifier le code]

  • Gare de Munich (huit prévues, aucune construite)

Vienne[modifier | modifier le code]

Canons antiaériens[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Foedrowitz, Michael. (1998). The Flak Towers in Berlin, Hamburg and Vienna 1940-1950. Schiffer Publishing. ISBN 0-7643-0398-8
  • (de) Ute Bauer "Die Wiener Flakturme im Spiegel Oesterreichischer Erinnerungskultur", Phoibos Verlag, Wien 2003. ISBN 3-901232-42-7
  • (it) Flavia Foradini, Edoardo Conte: I templi incompiuti di Hitler", catalogo della mostra omonima, Milano, Spazio Guicciardini, 17.2-13.3.2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. George Pagliero. Hitler's Secret Bunkers [Documentary]. United Kingdom: Fulcrum TV.
  2. (en) Antony Beevor, Berlin:The Downfall,‎ avril 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :