Fort Saint-André (Villeneuve-lès-Avignon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fort Saint-André
Image illustrative de l’article Fort Saint-André (Villeneuve-lès-Avignon)
Le fort Saint-André.
Période ou style médiéval
Architecte Jean de Louvres, dit de Loubières
Début construction Début XIVe siècle
Fin construction Fin XIVe siècle
Propriétaire initial Royaume de France
Destination initiale Surveillance de l'État pontifical d'Avignon
Protection Logo monument historique Classé MH (1903, 1906, 1925, 1926, 1927, 1947)
Site web http://fort-saint-andre.monuments-nationaux.fr
Coordonnées 43° 57′ 55″ nord, 4° 48′ 02″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Commune Villeneuve-lès-Avignon
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Fort Saint-André
Géolocalisation sur la carte : Languedoc-Roussillon
(Voir situation sur carte : Languedoc-Roussillon)
Fort Saint-André
Géolocalisation sur la carte : Gard
(Voir situation sur carte : Gard)
Fort Saint-André
Géolocalisation sur la carte : communauté d'agglomération du Grand Avignon
(Voir situation sur carte : communauté d'agglomération du Grand Avignon)
Fort Saint-André

Le Fort Saint-André est une enceinte fortifiée établie sur le mont Andaon qui domine Villeneuve-lès-Avignon.

Historique[modifier | modifier le code]

En 1290, Philippe le Bel échange le Maine et l'Anjou contre une part de seigneurie en Avignon. Pour protéger un point stratégique à la frontière du royaume marquée par le Rhône, il décide de la construction de Villeneuve-lès-Avignon. L'acte de fondation, signé en 1292 avec l'abbé de Saint-André, prévoit de fortifier l'accès au pont d'Avignon. Entre 1300 et 1307, la tour Philippe le Bel est ainsi construite sur la rive gauche du fleuve.

Plan du Mount-Andaon en 1769.

La fortification du Mont-Andaon lui-même est entreprise sous Jean II le Bon. Elle doit affirmer la puissance royale face aux terres de l'Empire et des Papes d'Avignon. Le fort est également destiné à protéger l'abbaye bénédictine du Xe siècle et le bourg Saint-André dont l'existence, sur le mont Andaon, est attestée depuis le Xe siècle[1].

Le fort et le mur d'enceinte qui entoure l'abbaye ont été construits en plusieurs étapes durant la deuxième moitié du XIVe siècle. Le fort Saint-André, tel que nous le connaissons aujourd'hui, a eu comme dernier architecte Jean de Loubières, dit Jean de Louvres, l'architecte du palais des papes d'Avignon. Il a terminé l'actuelle construction sur ordre de Charles V.

Depuis, le fort a été constamment occupé par une garnison jusqu'à la Révolution française.

Architecture[modifier | modifier le code]

Le fort Saint-André est constitué d'une enceinte fortifiée, flanquée de tours de guet et d'une porte monumentale encadrée par deux tours jumelles, du haut desquelles on a une vue panoramique sur Avignon, la vallée du Rhône, le mont Ventoux, les Alpilles et la ville de Villeneuve-lès-Avignon.

Le châtelet d'entrée, appelé château royal ou tours jumelles, porte une couronne de mâchicoulis et fait la jonction avec le chemin de ronde. Il abritait les locaux de fonction du châtelain et du viguier. L'entrée était fermée de deux herses. La salle des herses, au-dessus de l'entrée, contenait les treuils qui permettaient de les manœuvrer. La salle du viguier, à droite de l'entrée, porte les armes royales sur une clé de voûte.

L'enceinte fortifiée est longue de 750 mètres. Elle comprend une tour à son point le plus élevé, la tour des Masques ("tour des sorcières" de l'occitan mascas sorcières) , qui renferme une seule salle, très haute, marquée de nombreux graffitis de soldats et de prisonniers. Dans l'enceinte, se trouve encore une chapelle du XIIe siècle, la chapelle de Belvézet.

Protections[modifier | modifier le code]

Le fort Saint-André est classé au titre des monuments historiques par arrêtés du et du [2]. L'enceinte du fort, en totalité, avec l'intégralité des ouvrages de défense, fait l'objet d'un classement par arrêté du [2].

Les parcelles de terrain avoisinant le fort font l'objet d'un classement par décrets du , du , du , du , du , et par arrêtés du , du . Les parcelles de terrain à l'intérieur de l'enceinte, dont l'ancienne abbaye Saint-André, font l'objet d'un classement par arrêté du [2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Plaquette du centre des monuments nationaux
  2. a b et c « Fort Saint-André (ancien château) », notice no PA00103306, base Mérimée, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Bayol, « Notes archéologiques et topographiques sur le fort de Saint-André », dans Mémoires de l'Académie de Vaucluse, 1898, tome 17, p. 309-322 (lire en ligne)
  • Léon-Honoré Labande, « Monastère et fort Saint-André. Chapelle Notre-Dame-de-Belvézet », dans Congrès archéologique de France, 76e session. Avignon. 1909, Société française d'archéologie, Paris, 1910, tome 1, Guide du congrès, p. 131-138 (lire en ligne)
  • Joseph Girard, Évocation du Vieil Avignon, Les éditions de Minuit, Paris, 1958, p. 379-381
  • Émile Bonnel, « Le fort Saint-André à Villeneuve-lez-Avignon », dans Congrès archéologique de France. 21e session. Avignon et Comtat Venaissin. 1963, Société française d'archéologie, Paris, 1963, p. 202-205
  • Librairie Hachette et société d'études et de publications économiques, Merveilles des châteaux de Provence, Paris, Collection Réalités Hachette, , 324 p.
    Préface du Duc de Castries vice-président de l'Association des Vieilles maisons françaises : Languedoc méditerranéen : Le fort Saint-André, Poste avancé de la dynastie capétienne..., pages 232 à 235
  • Chantal Maigret, « Le château de Saint-André », dans Congrès archéologique de France. 157e session. Monuments du Gard. 1999, Société française d'archéologie, Paris, 2000, p. 489-493
  • Bernard Sournia et Jean-Louis Vayssettes, Villeneuve-lès-Avignon : Le fort Saint-André et la chartreuse du Val-de-Bénédiction, Édition du patrimoine, 64 p. (ISBN 978-2-85822-638-2, ISSN 1159-1722)
  • Sous la direction de Dominique Vingtain et Roland Aujard-Catot, Avignon. Guide musées, monuments, promenades, Paris, Éditions du patrimoine Monum, 2000, p. 140, (ISBN 978-2-85822-555-2).

Articles connexes[modifier | modifier le code]