Tour albarrane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Restes de tour albarrane à Talavera de la Reina
Chateau de Paderne (Portugal)
Une des 2 tours albarranes du chateau de Santa Catalina à Jaén
Tour Albarrana du chateau de Loulé (Portugal)

Une tour albarrane (de l'arabe barrani = extérieur) est un ouvrage défensif constituée par une tour détachée des murs de défense auxquels elle est reliée par un pont ou des arcatures [1].

La tour constituait une défense avancée par rapport à la muraille. À l'inverse, si la tour tombait aux mains de l'ennemi, le pont ou les arcatures étaient conçus pour être facilement détruits, par exemple avec un sol en bois facilement démontable [2].

Ces tours ont été construites par les musulmans occupant la péninsule Ibérique entre le VIIIe siècle et le XVe siècle, plus particulièrement à partir du XIIe siècle sous la dynastie Almohade. Et principalement dans le sud de l'Espagne où l'influence islamique a été la plus longue [2].

Elles ont peu diffusé à l'extérieur de ces deux pays. Les principales tours albarranes sont :

Maquette du chêteau de Ponteefract, Yorkshire
  • Un des rares exemples de tour albarrane en dehors de la péninsule Ibérique est le château de Pontefract en Angleterre. Aujourd'hui en ruines, deux tours albarranes sont visibles sur les maquettes reconstituant le château [2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]