Dent de dragon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dents de dragon de la ligne Siegfred, près d'Aix-la-Chapelle en Allemagne.

Les dents de dragon sont un moyen de défense antichar constitué de blocs de béton de forme pyramidale destinés à entraver la progression des engins motorisés. Ils furent largement employés sur les lignes de fortifications de la Seconde Guerre mondiale dont la ligne Siegfried et aussi le Mur de l'Atlantique[1],[2],[3]; tous ces ouvrages sont encore visibles de nos jours.

De très nombreuses lignes d'obstacles antichars furent aussi construites en Suisse entre 1937 et 1941[4]. La forme triangulaire des blocs de béton constituant ces obstacles les fit surnommer Toblerone, en référence à la marque de chocolats. La ligne fortifiée de la Promenthouse, érigée des rives du lac Léman au pied du Jura et qui compte plus de 2 700 blocs de béton de neuf tonnes sur une longueur de quelque dix kilomètres, est aujourd’hui connue sous le nom de ligne des Toblerones.

Galerie[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Luc Brauer, « Les défenses du Mur de l'Atlantique », sur http://museegrandbunker.com/ (consulté le )
  2. « Sur les traces du débarquement à Sword beach », sur https://www.caenlamer-tourisme.fr/ (consulté le )
  3. « Historique du mur de l'atlantique », sur https://atlantikwall.pagesperso-orange.fr/ (consulté le )
  4. [PDF] « Position de barrage Promenthouse », DDPS, Monuments militaires dans les cantons de Vaud et Genève, 2006, p. 28.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :