Le Houga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Houga (homonymie).

Le Houga
Le Houga
Église Saint-Aubin
Blason de Le Houga
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Condom
Canton Grand-Bas-Armagnac
Intercommunalité Communauté de communes du Bas-Armagnac
Maire
Mandat
Patricia Feuillet-Galabert
2014-2020
Code postal 32460
Code commune 32155
Démographie
Gentilé Folgariens
Population
municipale
1 170 hab. (2017 en diminution de 1,27 % par rapport à 2012)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 46′ 34″ nord, 0° 10′ 46″ ouest
Altitude 148 m
Min. 87 m
Max. 153 m
Superficie 31,51 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Le Houga
Géolocalisation sur la carte : Gers
Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Le Houga
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Houga
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Houga

Le Houga est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie. Son nom vient du gascon heugar puis folgar qui signifie « fougeraie ».

Ses habitants sont appelés les Folgariens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Houga est une commune de Gascogne située dans l'Armagnac. Elle est limitrophe avec le département des Landes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes du Houga[1]
Bourdalat (Landes),
Hontanx (Landes)
Toujouse Mormès
Lussagnet (Landes) du Houga Perchède
Cazères-sur-l'Adour (Landes),
Aire-sur-l'Adour (Landes)
Vergoignan Magnan,
Luppé-Violles

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 3 151 ha. Son altitude varie de 87 m à 153 m[2].

Le Houga se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les ruisseaux de Buros et de Gioulé, affluents droit de l'Adour, prennent leur source sur la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le latin filicaria désignant un ensemble de fougères a donné le languedocien falguièra et le gascon heuguèra ou hoguèra, à l'origine du Houga[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Ancienne juridiction fondée vers 1060 dont le ressort s'étendait aussi sur les paroisses de Perchède et Mormès, Le Houga relevait juridiquement de la sénéchaussée de Lectoure, puis de celle d'Auch. Pour l'administratif et la fiscalité elle relevait de la généralité de Montauban, et pour le religieux de l'archévêché d'Auch quoique l'évêché d'Aire sur l'Adour se trouvât seulement à 12 km.

Sous la Révolution Le Houga fut érigé en canton regroupant 16 communes sous l'autorité d'un commissaire du Directoire.

Le Houga absorbe en 1829 les communes de Saint-Aubin et Laterrade-Saint-Aubin[2]. Les anciennes paroisses de Toujun et de Rivière-Mau (Saint Marie de Mau) lui étaient aussi rattachées. Elles sont maintenant fondues dans la même entité.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 1995 René Massenez    
mars 1995 2001 Philippe Labiste    
mars 2001 2014 Pierre Guichanné    
mars 2014 En cours Patricia Feuillet-Galabert PS Cadre

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2017, la commune comptait 1 170 habitants[Note 1], en diminution de 1,27 % par rapport à 2012 (Gers : +0,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 0258939081 0861 5931 5961 6171 6701 732
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 7581 7961 7091 7271 6301 6741 5091 5421 513
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 3471 2741 0651 1101 0401 0761 0121 0051 164
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
1 1821 1241 1731 1661 1011 1261 1291 1851 170
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 20 21 20 23 24 25 27 24
Nombre de communes du département 466 462 462 462 463 463 463 463

Note : À partir de 1831, le recensement inclut les population de Saint-Aubin et Laterrade-Saint-Aubin[2].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le Houga dispose d'une école élémentaire publique (53 élèves en 2013)[13] et d'une école maternelle publique (47 élèves en 2013)[14].

Il y a aussi un I.M.E (Institut Médico-Educatif) : I.M.E du Bas Armagnac qui comprend deux sections un IMP (Institut Médico-Pédagogique) et un IMPRO (Institut Médico-Professionnel). Il y a 2 formations qualifiantes : service en restauration et aussi assistant de vie aux familles (niveau V).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église du quartier Saint-Aubin

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

(Liste non exhaustive classée par années croissantes)

Paul Lacôme d'Estalenx, né et mort dans la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur aux deux clefs renversées d'or passées en sautoir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. II : Arrondissement de Condom, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 469 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF39919209)
  • Jean-François d'Estalenx, La République du Houga, 224 pages, Le Livre d'Histoire 2003 (1re édition 1941)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a b et c Notice Cassini
  3. Plan séisme
  4. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie gasconne, Éditions Sud-Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-093-9).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école élémentaire de Le Houga
  14. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école maternelle de Le Houga
  15. Réunion de la Société Archéologique et Historique du Gers, publié le 24 octobre 2017 sur le site lepetitjournal.net (consulté le 3 janvier 2018)
  16. Pierre-Sébastien Laurentie (1793-1876), mise à jour du 7 février 2017 sur le site Data.bnf.fr (consulté le 3 janvier 2018)
  17. Identifiant : Paul Lacôme, publié le 6 octobre 2015 sur le site de l'ABES (consulté le 3 janvier 2018)
  18. Informations générales : Joseph Lasies, sur le site de l'Assemblée Nationale (consulté le 3 janvier 2018)
  19. Cimetière de la commune du Houga, visité en août 2012 sur le site landrucimetieres.fr (consulté le 3 janvier 2018)
  20. (en) Thomas R. Williams, Biographical Encyclopedia of Astronomers, New York, Springer Science & Business Media, coll. « Physics and Astronomy », , 1348 p., in-8° (ISBN 9780387304007, présentation en ligne, lire en ligne), p. 889 (consulté le 3 janvier 2018)
  21. Jean-François d'Estalenx (1886-1971), mise à jour du 7 février 2017 sur le site Data.bnf.fr (consulté le 3 janvier 2018)
  22. Notice biographique : Jean-François Lacôme d’Estalenx, publié sur le site Médias 19 (consulté le 3 janvier 2018)
  23. Luis Ocaña, un « Grand d’Espagne », publié le 19 juin 2013 sur le site de France Bleu (consulté le 3 janvier 2018)