Le Cayrol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Cayrol
Le Cayrol
L'abbaye Notre-Dame de Bonneval et le ravin de la Boralde Flaujaguèse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Intercommunalité Communauté de communes Comtal Lot et Truyère
Maire
Mandat
Bernard Valery
2020-2026
Code postal 12500
Code commune 12064
Démographie
Gentilé Cayrolais(e)
Population
municipale
259 hab. (2017 en diminution de 1,52 % par rapport à 2012)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 17″ nord, 2° 47′ 34″ est
Altitude Min. 470 m
Max. 885 m
Superficie 22,16 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Espalion
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lot et Truyère
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Le Cayrol
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Le Cayrol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Cayrol
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Cayrol

Le Cayrol est une commune française située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Map commune FR insee code 12064.png

Le Cayrol est une commune du nord du département de l'Aveyron. Elle se compose de nombreux petits hameaux dispersés et de deux villages principaux : Le Cayrol et Anglars.

Son relief se caractérise par de nombreuses gorges au fond desquels coulent de petits ruisseaux. Les deux principaux sont la Boralde Flaujaguèse en limite orientale de la commune, et le ruisseau d'Esparrou qui prend sa source sur le territoire communal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le Cayrol est limitrophe de quatre autres communes.

Communes limitrophes du Cayrol
Montpeyroux
Coubisou Cayrol Condom-d'Aubrac
Espalion

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier du Le Cayrol.

La commune est drainée par la Boralde Flaujaguèse, le Ruisseau de Coubisou, le ruisseau d'Agols, le ruisseau de Caussane, le ruisseau de Reboulat, le ruisseau de Barruguettes, le ruisseau de Bélous, par divers petits cours d'eau[1].

La Boralde Flaujaguèse, d'une longueur totale de 29,3 km, prend sa source dans la commune de Curières et se jette dans le Lot à Saint-Côme-d'Olt, après avoir arrosé 6 communes[2].

Le Ruisseau de Coubisou, d'une longueur totale de 10,4 km, prend sa source dans la commune de Le Cayrol et se jette dans le Lot à Bessuéjouls, après avoir arrosé 3 communes[3].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Afin d’atteindre le bon état des eaux imposé par la Directive-cadre sur l'eau du , plusieurs outils de gestion intégrée s’articulent à différentes échelles pour définir et mettre en œuvre un programme d’actions de réhabilitation et de gestion des milieux aquatiques : le SDAGE (Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux), à l’échelle du bassin hydrographique, et le SAGE (Schéma d'aménagement et de gestion des eaux), à l’échelle locale. Ce dernier fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine. Trois SAGE sont mis en oeuvre dans le département de l'Aveyron[4].

La commune fait partie du SAGE Lot amont, approuvé le , au sein du SDAGE Adour-Garonne. Le périmètre de ce SAGE concerne le bassin d'alimentation du Lot depuis sa source jusqu'à Entraygues-sur-Truyère dans l'Aveyron, où il reçoit la Truyère en rive droite. Il couvre ainsi 91 communes, sur deux départements (Lozère et Aveyron) et 2 régions – une superficie de 2 616 km2 et 1 400 km de cours d'eau permanents auxquels s'ajoutent jusqu'à 576 km de cours d'eau temporaires[5],[6]. Le pilotage et l’animation du SAGE sont assurés par le Syndicat mixte Lot-Dourdou (SMLD), qualifié de « structure porteuse ». Cet organisme a été créé le par rapprochement de trois syndicats de rivières[Note 1] et est constitué de quatorze communautés de communes[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1970-2000
  • Moyenne annuelle de température : 9,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 7,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 1,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,5 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 240 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 12,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,3 j

La commune bénéficie d’un « climat de montagne », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type, qui concerne l'extrême nord du département de l'Aveyron, regroupe tous les lieux où les influences montagnardes et/ou semi-continentale sont prépondérantes, ce qui se traduit par un nombre de jours et un cumul élevés de précipitation, une température moyenne inférieure à 9,4 °C et, corrélativement, plus de 25 jours au cours desquels la température minimale a été inférieure à −5 °C et moins de 4 avec un maximum supérieur à 30 °C[8].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[9]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[8]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales[10]. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Rodez-Marcillac, qui se trouve à 31 km à vol d'oiseau de la commune[11], où la température moyenne annuelle évolue de 10,7 °C pour la période 1971-2000[12], à 10,7 °C pour 1981-2010[13], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[14].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[15]. Dans ce cadre, la commune fait partie d'un espace protégé, le Parc naturel régional de l'Aubrac, créé par décret le [16] et d'une superficie de 220 284 ha. Région rurale de moyenne montagne, l’Aubrac possède un patrimoine encore bien préservé. Son économie rurale, ses paysages, ses savoir-faire, son environnement et son patrimoine culturel reconnus n'en demeurent pas moins vulnérables et menacés et c'est à ce titre que cette zone a été protégée[17] ,[18].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal duCayrol comprend une ZNIEFF de type 1[Note 3],[19], les « Gorges de la Boralde flaujaguèse » (414,3 ha), couvrant 3 communes du département[20] , et une ZNIEFF de type 2[Note 4],[19], le « Vallon de la Boralde flaujaguèse et ses affluents » (2 341 ha), qui s'étend sur 7 communes de l'Aveyron[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Le Cayrol est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 5],[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Espalion, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 7 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[24],[25].

Infrastructures et occupation des sols de la commune duLe Cayrol.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols est marquée par l'importance des espaces agricoles et naturels (aa %). La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC) millésimée 2012 est la suivante : terres arables (bb %), cultures permanentes (cc %), zones agricoles hétérogènes (dd %), prairies (ee %), forêts (ff %), milieux à végétation arbustive ou herbacée (gg %), zones humides intérieures (hh %), zones urbanisées (ii %), espaces verts artificialisés non agricoles (jj %), zones industrielles et commerciales et réseaux de communication (kk %), mines, décharges et chantiers (ll %), eaux continentales (mm %)[1].

Planification[modifier | modifier le code]

La commune ne disposait pas en 2017 de document d'urbanisme opérationnel et le règlement national d'urbanisme s'appliquait donc pour la délivrance des permis de construire[26].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune duCayrol est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), feux de forêts et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses, et à un risque particulier, le risque radon[27],[28].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Le Plan départemental de protection des forêts contre les incendies découpe le département de l’Aveyron en sept « bassins de risque » et définit une sensibilité des communes à l’aléa feux de forêt (de faible à très forte). La commune est classée en sensibilité faible[29].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une route à fort trafic. Un accident se produisant sur une telle infrastructure est en effet susceptible d’avoir des effets graves au bâti ou aux personnes jusqu’à 350 m, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[30].

Risque particulier[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Toutes les communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. La commune duCayrol est classée à risque faible avec facteurs géologiques[31].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cayrol est un diminutif, « petit roc ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Cayrols disposait d'un consulat.

Le 5 messidor an VIII, sur le plan administratif, les hameaux du Cayrol , d'Anglars-Saint-Jean sont rattachés à la commune de Coubisou.

Le , Le Cayrol est rattaché à Espalion. Le hameau d'Anglars, est maintenue à Coubisou.

Le , la commune de Coubisou perd la section d'Anglars qui fut rattachée à la commune du Cayrol lors de sa création.

Le , l'arrondissement d'Espalion étant supprimé, la commune du Cayrol est rattachée à l'arrondissement de Rodez.

Associations[modifier | modifier le code]

  • Foyer rural du Cayrol
  • Société de chasse du Cayrol
  • Association "Les Jardifolies"
  • Association "Histoire et patrimoine d'Anglars"
  • La Cayrolaise

Fondée en 1927 par Léon MOISSET, cette amicale a pour but d'aider les Cayrolais installés à Paris et à instaurer des liens perdus avec « le pays ». Elle a aussi contribué au financement de bâtiments publics (écoles , monuments , église …) et participé à des actions de bienfaisance.

Elle continue encore aujourd'hui son action, et permet notamment lors de son banquet annuel de réunir les Cayrolais et Cayrolaises de Paris et d'ailleurs.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune duCayrol est membre de la communauté de communes Comtal Lot et Truyère[32], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Espalion. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[33].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Rodez, au département de l'Aveyron et à la région Occitanie[32]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Lot et Truyère pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[32], et de la première circonscription de l'Aveyron pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[34].

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Élections de 2020[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal du Cayrol, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[35] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[36]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. Sur les onze candidats en lice[37], dix sont élus dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 55,6 %. Le dernier conseiller restant à élire est élu au second tour, qui se tient le du fait de la pandémie de Covid-19, avec un taux de participation de 27,92 %[38]. Bernard Valery est élu nouveau maire de la commune le [39].

Dans les communes de moins de 1 000 habitants, les conseillers communautaires sont désignés parmi les conseillers municipaux élus en suivant l’ordre du tableau (maire, adjoints puis conseillers municipaux) et dans la limite du nombre de sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire[40]. Deux sièges sont attribués à la commune au sein de la communauté de communes Comtal Lot et Truyère[41].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1866 1871 Jean Bouldoires   cultivateur
1871 1874 Jean-Antoine Aldebert (père)   industriel
1874 1904 Jean-Antoine Aldebert (fils)   industriel
1904 1920 François Pégorier    
1920 1927 Jean-Antoine Aldebert   industriel
1927 1935 François Saint-Fleuret    
1935 1944 Pierre Costes    
1944 1953 Pierre-Jean Costes    
1953 1958 Jules Delsol   Agriculteur
1958 1965 Jean Alazard    
1965 1967 Louis Rigal   Agriculteur
1967 1977 Gabriel DelsolL   Agriculteur
1977 1991 Albert Aldebert    
1991 2008 Jean Bregou    
2008 2014 Sylvette Hermet    
mars 2014 juillet 2020 Maurice Battut[42]   Artisan
juillet 2020 En cours Bernard Valery[42],[43]   Ancien employé
Les données manquantes sont à compléter.

Consuls et maires du Cayrols[modifier | modifier le code]

Anglars, Saint-Jean, Bedène[modifier | modifier le code]

Année Nom
1621 Bernard Malet, d'Anglars
1643 Jean Rigal dit Sabatié, de la Frayssinette
1647 François Capoulade
1666 Guyon Certain, du Cours
1670 Jean Lescure, de la Frayssinette
1671 Jean Bouissou, de la Frayssinette
1673 Jean Malet, d'Anglars
1684 François Bézamat
1693 Pierre Bouissou dit Tarry, de la Frayssinette
1694 Jean Gallut
1695 Jean Bouldouyres dit Bernat, d'Anglars
1702 Pierre Bouldoires, de Sécaillou
1706 Bouldouyres, d'Anglars
1718 Jean Bouissou dit Tarry de la Frayssinette
1729 Bouyssou
1730 Bouissou dit Tarry de la Frayssinette
1731 Pierre Bouldoires
1739 Guillaume Pégorier
1742 Antoine Gallut
1747 Falguié
1748 Malet
1750 Pierre Pégorier
1753 Jacques Raynal
1755 Antoine Bouldouyres
1760 Antoine Bézamat
1762 Jean Barthélémy
1763 Jacques Raynal
1764 Jean Viguier
1765 Antoine Alazard de la Frayssinette
1773 Jean Barthélémy
1774 Jacques Raynal
1775 Nicolas Falq
1777 Antoine Pégorier
1778 Antoine Alazard
1779 François Ferrié du Cours
1784 Jacques Raynal
1785 Joseph Mirabel d'Anglars
1791 Guillaume Bouldouyres, d'Anglars

Bonneval[modifier | modifier le code]

Année Nom
1686 Jean Delsol dit Varet
1686 Jean Romieu
1697 Pierre Gasc
1743 Jean Baldy
1745 Antoine Besombes
1746 Pierre Bouldouyres
1747 Jean Cayron
1748 Jean Romieu, dit Clauzel
1750 Antoine Raynal
1752 Pierre Bouldouyres
1753 Jean Nayrolles
1754 Alaux
1755 Antoine Romieu
1757 Jean Bouldouyres
1758 Antoine Lemouzi
1759 François Malet
1760 Jean Besombes
1761 Bernard Nayrolles
1763 François Calmels
1765 Pierre Cestrieres
1766 Jean Delsol de Palays
1772 François Dordé
1772 Pierre Annat
1784 Antoine Andrieu, de Barrugues

Briounès[modifier | modifier le code]

Année Nom
1677 Antoine Cabanettes
1694 Jean Rames
1695 Bernard Cazals
1710 Bernard Cazals
1734 Bernard Cazals
1771 Antoine Roustan
1776 Antoine Bézamat
1788 Joseph Martin

Le 5 messidor an VIII, Briounès est rattaché à la commune de Coubisou

Le Briounès rentre définitivement dans là commune de Montpeyroux

Bézamat dépendance d'Esparou[modifier | modifier le code]

Année Nom
Bernard Costes dit Revilhat de Polvérières
François Bezombes
Pierre Delsol
Jean Delsol
François Bézamat

Les maires de 1866 à 1991[modifier | modifier le code]

Période Nom
1866-1871 Bouldoires Jean, d'Irissac
1871-1874 Aldebert (père) Jean-Antoine, de Laubenq
1874-1904 Aldebert (fils) Jean-Antoine, de Laubenq
1904-1920 Pégorier François, de Pauvérières
1920-1927 Aldebert Jean-Antoine, de Laubenq
1927-1935 Saint-Fleuret François, du Cayrol
1935-1944 Costes Pierre, du Cayrol
1944-.... Costes Pierre-Jean, de Barrugues
1977-1991 Aldebert Albert, de Laubenq
Premier conseil municipal[modifier | modifier le code]

Premier conseil municipal du Cayrol lors de la création de la commune :

Par arrêté de M. le Préfet, en date du , M. Bouldoires Jean d'Irissac, est nommé maire de la commune du Cayrol. Le conseil municipal fut alors ainsi constitué :

Maire
Bouldoires Jean, d'Irissac.
Adjoint
Aldebert Jean-Antoine (père), de Laubenq
Conseillers
Nayrolles Joseph, du Peyrou
Mirabel Jean-Antoine, de Volpicante
Richard Raymond, de barrugues
Malet Joseph, de La Roumayrie
Cayron Jean, de Palays
Mirabel Jean, de La Combe
Vidal Hyacinthe, de La Frayssinette
Roustan Jean, de Coussane
Bertrand Joseph, du Cayrol
Bouldoires Guillaume, d'Anglars

La première séance eut lieu le . Chaque conseiller se leva et prononça le serment suivant : "Je jure obéissance à la Constitution et fidélité à l'Empereur." À la séance du , le budget de la commune fut établi ; il se décomptait ainsi : Recettes : 3.466 fr.06 Dépenses : Néant

Sources[modifier | modifier le code]

  • Éric Costes descendant du Cayrol auteur du site sur l'histoire du Cayrol.
  • Maurice Costes de la Société la Cayrolaise auteur de "Le Cayrol 1952".
  • Archives départementales et communales.
  • Communauté liste généalogique d'Aveyron.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[44]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[45].

En 2017, la commune comptait 259 habitants[Note 7], en diminution de 1,52 % par rapport à 2012 (Aveyron : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298284810744779777830779742
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
718714684604608590567493468
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
472442416328313282285285263
2017 - - - - - - - -
259--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[46] puis Insee à partir de 2006[47].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Fondée en 1147 par l'abbaye de Mazan, l'abbaye de Bonneval a été jusqu'à la Révolution une des plus importantes abbayes cisterciennes de la région. Les derniers moines ont été chassés en 1791, et remplacés par des moniales cisterciennes en 1875. Des bâtiments primitifs, restent une partie de l'église, quelques pièces, et les remparts (XIVe et XVIe siècles). Les sœurs sont actuellement au nombre de 30, de 29 à 97 ans. Joignant le travail à la contemplation, elles produisent un chocolat qui contribue à la renommée gastronomique de la région[48].
  • L'église Saint-Étienne d'Anglars faisait partie dès 1265 de la Commanderie Templière d'Espalion. Cet édifice à nef unique avec un cœur rectangulaire a été fortifié en 1381 dans ses parties hautes pour servir de refuge à la population lassée de s'enfuir au château fort de Cabrespine devant les invasions Anglaises et les pillards. Le cimetière fermé de murailles servait à abriter le bétail. Les deux tourelles de la façade datent du XVIe siècle. Des travaux d'aménagement ont été réalisés en 2005 avec la réfection des façades et de la toiture ainsi que des abords.
  • Ardoisières d'Anglars réputées dans la région, qui ont produit pendant quatre siècles, de 1536 à 2007.

Les premières exploitations datent du XVIe siècle et firent prospérer les habitants d'Anglars et quelques familles qui se lancèrent dans l'entreprise notamment Antoine Aldebert de Laubenq. Au début du XXe siècle, l'ardoise du Cayrol faisait vivre près de 300 personnes avant que la première guerre mondiale ne vienne mettre fin à cette économie. Mr Aldebert vendit son entreprise à une société qui ne fit rien de l'industrialisation qu'elle avait promis. La carrière fut revendue plusieurs fois et survint la deuxième guerre. Quelques ouvriers carriers continuèrent l'exploitation évitant ainsi de travailler pour les Allemands. Dans les années 1980, un nouveau projet pour relancer l'exploitation des ardoisières est lancé mais échoue à nouveau. Aujourd'hui, il ne reste plus que deux carrières exploitées, celles de Mr Prat et de Mr Salelles sur la Commune de Montpeyroux. Les ardoisières d'Anglars ont fermé en 2007 faute de repreneur.

  • Église du Cayrol

Avant sa construction et son histoire mouvementée, les habitants du Cayrol allaient à l'église d'Anglars ou bien à l'abbaye de Bonneval. La destruction de l'abbaye décida les habitants du Cayrol et des alentours à se cotiser pour construire Leur Église. La première pierre fut posée en 1827, et tout était presque terminé lorsque la moitié de la voûte et le clocher retournèrent au sol. Reprenant courage, la population se remis au travail et le , l'église du Cayrol fut bénite par Mgr Grimal, délégué par l'évêque de Rodez. Tout allait bien jusqu'à ce jour de 1839 où l'Abbé Mas, par suite de tracasseries, se résigna à partir et notre église du Cayrol se trouva sans curé. L'évêque demanda alors aux habitants de construire un presbytère attenant afin d'accueillir leur nouveau curé. Ce fut fait en 1840. Nouveau rebondissement en 1924, pendant la messe, une poutre s'effondra et l'inspection de l'édifice montra que le mur s'apprêtait à en faire de même. La décision fut prise, l'église fut démolie et la reconstruction commença en 1925 pour s'achever 13 ans plus tard. Si extérieurement cette église n'offre pas de particularité architecturale, elle possède toutefois une fresque murale couvrant tout le cœur représentant le Christ et la Passion du Christ, datant de 1954 dont l'auteur est R. Pagégie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean-Aymar Frayssinous: dernier abbé de Bonneval docteur en Sorbonne, lecteur, régent et professeur royal de théologie à l’Université de Toulouse

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, Espaliu : Bessuèjols, Lo Cairòl, Castèlnau, Sant-Cosme, Las Sots / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton d'Espaliu, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 312 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-16-5, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36678785)
  • Il faut sauver les ardoisieres du Cayrol AVEYRON MAGAZINE [No 8] du 01/12/2000
  • Bonneval : Une abbaye cistercienne en Rouergue Broché 2008 Annie Bras
  • Notice historique sur l'ancienne Abbaye de Notre-Dame de Bonneval : 2016 de Jean louis Etienne Bousquet (Auteur)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Syndicat mixte Lot-Dourdou est issu de la fusion des trois syndicats de rivières -Syndicat mixte Lot Colagne (Lozère), SIAH de la Haute Vallée du Lot et SIAH de la Vallée du Dourdou de Conques (Aveyron).
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  5. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Fiche communale du Cayrol », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le 15 octobre 2020)
  2. Sandre, « la Boralde Flaujaguèse »
  3. Sandre, « le ruisseau de coubisou »
  4. « Les outils de gestion de la rivière », sur le site du Conseil départemental de l'Aveyron (consulté le 13 octobre 2020)
  5. « SAGE Lot amont- Documents », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le 10 octobre 2020)
  6. « SAGE Lot-amont », sur http://lot-dourdou.fr/ (consulté le 12 octobre 2020)
  7. « Le syndicat mixte Lot-Dourdou », sur http://lot-dourdou.fr/ (consulté le 12 octobre 2020)
  8. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 16 octobre 2020)
  9. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 16 octobre 2020).
  11. « Orthodromie entre Le Cayrol et Rodez », sur https://fr.distance.to/ (consulté le 16 octobre 2020).
  12. « Station météorologique de Rodez-Marcillac - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  13. « Station météorologique de Rodez-Marcillac - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  14. « Station météorologique de Rodez-Marcillac - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  15. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le 9 octobre 2020)
  16. Décret du 23 mai 2018 portant classement du parc naturel régional de l'Aubrac (région Occitanie)
  17. « Pourquoi un PNR sur l'Aubrac ? », sur https://www.parc-naturel-aubrac.fr/ (consulté le 7 octobre 2020)
  18. « PNR de l'Aubrac - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 octobre 2020)
  19. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune duCayrol », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 octobre 2020).
  20. « ZNIEFF les « Gorges de la Boralde flaujaguèse » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 octobre 2020)
  21. « ZNIEFF le « Vallon de la Boralde flaujaguèse et ses affluents » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 9 octobre 2020)
  22. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 novembre 2020)
  23. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 novembre 2020)
  24. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 novembre 2020)
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 3 novembre 2020)
  26. « Etat par commune des POS, PLU et cartes communales », sur https://www.observatoire-des-territoires.gouv.fr/ (consulté le 18 octobre 2020)
  27. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de l'Aveyron - Liste des risques par commune », sur http://www.aveyron.gouv.fr/ (consulté le 21 octobre 2020)
  28. « Rapport présentant les risques affectant la commune », sur l'observatoire national des risques naturels, (consulté le 21 octobre 2020)
  29. « Dossier départemental des risques majeurs de l’Aveyron - Le risque feu de forêt », sur le site de la préfecture départementale (consulté le 21 octobre 2020)
  30. [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) de l'Aveyron - Transport de matières dangereuses », sur http://www.aveyron.gouv.fr/ (consulté le 21 octobre 2020)
  31. [PDF]« Dossier départemental des risques majeurs de l'Aveyron - le risque radon », sur le site de la préfecture de l’Aveyron (consulté le 21 octobre 2020)
  32. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune duCayrol », sur le site de l'Insee (consulté le 24 octobre 2020).
  33. « communauté de communes Comtal Lot et Truyère - fiche descriptive au 10 octobre 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 24 octobre 2020)
  34. « Découpage électoral de l'Aveyron (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 24 octobre 2020).
  35. Article L. 252 du Code électoral
  36. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1000 habitants », sur https://www.vie-publique.fr/, (consulté le 29 octobre 2020)
  37. « Résultats du 1er tour pour Le Cayrol », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 29 octobre 2020)
  38. « Résultats du 1er tour pour Le Cayrol », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le 29 octobre 2020)
  39. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le 29 octobre 2020)
  40. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le 29 octobre 2020)
  41. « Les élus de l'intercommunalité », sur https://comtal-lot-truyere.fr/ (consulté le 29 octobre 2020)
  42. a et b « Résultats des élections municipales 2020 », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le 8 août 2020)
  43. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le 8 août 2020)
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  48. « Abbaye cistercienne Notre-Dame de Bonneval », sur bonneval.com (consulté le 2 septembre 2020).