La Loubière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loubière.

La Loubière
La Loubière
La rue principale du village de Cayssac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Causse-Comtal
Intercommunalité Communauté de communes Comtal Lot et Truyère
Maire
Mandat
Magali Bessaou
2014-2020
Code postal 12740
Code commune 12131
Démographie
Gentilé Lobiérois(e)
Population
municipale
1 476 hab. (2015 en augmentation de 4,9 % par rapport à 2010)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 23″ nord, 2° 37′ 52″ est
Altitude Min. 526 m
Max. 691 m
Superficie 28,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
La Loubière

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
La Loubière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Loubière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Loubière

La Loubière est une commune française située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Dans la moitié nord du département de l'Aveyron, dans le causse Comtal, la commune de La Loubière est intégrée à l'aire urbaine de Rodez et s'étend sur 28,71 km2. Elle est arrosée au sud sur plus de neuf kilomètres par l'Aveyron.

L'altitude minimale, 526 mètres, se trouve au sud, là où l'Aveyron quitte la commune et sert de limite entre celles d'Onet-le-Château et de Sainte-Radegonde. L'altitude maximale avec 691 mètres est localisée au sud-est, à la Croix du Typle, en limites des commune d'Agen-d'Aveyron et de Montrozier.

Le bourg de La Loubière est situé à proximité de la route départementale (RD) 563 ; la mairie est localisée au lieu-dit Lioujas, traversé par la RD 988, à huit kilomètres au nord-est de Rodez, en distances orthodromiques.

Le territoire communal est également desservi par la route nationale 88 et les RD 29 et 581.

Le sentier de grande randonnée GR 620 traverse le territoire communal du nord-est au sud, sur environ dix kilomètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La Loubière est limitrophe de six autres communes, dont Sébazac-Concourès au nord-ouest mais également au nord-est par son enclave de Concourès.

Map commune FR insee code 12131.png
Communes limitrophes de La Loubière
Sébazac-Concourès Rodelle Sébazac-Concourès
(enclave de Concourès)
La Loubière Montrozier
Onet-le-Château Sainte-Radegonde Agen-d'Aveyron

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs d'après le dépouillement des actes de la commune de la Loubière
Période Identité Étiquette Qualité
1802 1812 Jean-Antoine Pougenq    
1813 1815 Jean-Pierre Combes    
1816 1830 Jean-Baptiste Lassale    
1831 1833 (82 ans) Jean-Pierre Combes    
1834 1837 Pierre Bertrand    
1837 1874 Jean-Gabriel Sylvain Bertrand    
1874 après 1883 Adolphe Lunet    
Liste des maires contemporains
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Henri Miramont    
mars 2014 en cours Magali Bessaou LR Cadre, conseillère départementale
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2].

En 2015, la commune comptait 1 476 habitants[Note 1], en augmentation de 4,9 % par rapport à 2010 (Aveyron : +0,85 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2824231 2831 184586602651683679
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
602586564606583559548553496
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
495489510470474479484449403
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
4194025688781 0111 1741 3251 4381 476
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Dolmen de Cayssac[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Dolmen de Cayssac.

Le dolmen de Cayssac est classé au titre des monuments historiques en 1989[5].

Fontaine de Cayssac[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fontaine de Cayssac.

La fontaine de Cayssac est inscrite au titre des monuments historiques en 1933[6]

Église de Cayssac[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre-aux-Liens de Cayssac est en voie de restauration par l'association du patrimoine bâti[7].

Domaine d'Ortholès[modifier | modifier le code]

Le domaine seigneurial d'Ortholès est un ancien domaine de la famille des Bernard d'Ortholès, tour à tour maître architecte de la cathédrale de Rodez avant 1510, apothicaires, consuls de Rodez, seigneurs de plusieurs métairies, banquiers locaux et mécènes... En 1562, le seigneur fait construire la tour d'Ortholès, afin de protéger le village son domaine et ses paysans des pillages liés aux guerres de Religion. Les archives notariales du XVIIe et XVIIIe siècles permettent de décrire le terroir et sa mise en valeur, les divers fermages et inventaires du domaine ainsi que la vie quotidienne et intime du seigneur à partir de l'inventaire après décès de ce dernier.

La tour d'Ortholès est désormais la propriété de la mairie de la Loubière, depuis la désaffection de sa fonction religieuse, par l’évêque de Rodez (ancienne chapelle vicariale). Elle bénéficie depuis 2012 d'un projet de rénovation et de restauration sous la collaboration conjointe de la mairie, la fondation du patrimoine et l'association du patrimoine bâti de la Loubière[8].

Domaine de la Grange de Lioujas[modifier | modifier le code]

Cette propriété de l'abbaye de Nonenque (sud du département) est un puissant domaine ecclésiastique restauré au début du XVIe siècle (avant 1527). Il accueille et loge en ses murs, lors de son passage dans le Sud-Ouest de la France, le roi François 1er, le 23 juillet 1533, la veille de son entrée triomphale dans la ville de Rodez.

Le domaine appartient à l’abbaye de Nonenque qui est située dans le sud du département, au sud-ouest du Larzac, non loin de Saint Jean d’Alcas et de Saint Felix-de-Sorgues, dans la vallée de l’Annou (« Ennonenca »). Le domaine de Lioujas est vaste, puisqu'il nécessite un personnel nombreux (12 valets et servantes au XVIIe siècle) et l’utilisation de 6 paires de bœufs. Il produit essentiellement du blé froment. Il est formé au minimum d’un ensemble de 330 hectares en 1823, sur la seule commune de la Loubière[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Denis Boyer (1766-1842), théologien, est né au hameau de Cayssac (alors succursale de paroisse).

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, Boason : Gabriac, La Lobièira, Mont Rosièr, Rodella / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Boason, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 235 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-17-3, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36679010)
  • L'église Saint Pierre aux liens de Cayssac, Sauvegarde du Rouergue, Louis Causse, Michelle Rey-Robert
  • Bruno Ginisty, Le passage du roi François 1er à Rodez (24 juillet 1533), Études Aveyronnaises (publication de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron), 2012, p. 309-344.
  • Bruno Ginisty, La seigneurie d’Ortholès à l’époque moderne (XVIe – XVIIIe siècle). Études Aveyronnaises (publication de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron), 2011, p. 95-131.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. « Dolmen de Cayssac », notice no PA00094050, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 1er juillet 2017.
  6. « Fontaine romane de Cayssac », notice no PA00094051, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 1er juillet 2017.
  7. « L’église Saint Pierre aux liens de Cayssac », Sauvegarde du Rouergue, numéro réalisé par Louis Causse et Robert Rey http://patrimoinelaloubiere.fr/index.php http://patrimoinelaloubiere.fr/index.php
  8. Bruno Ginisty, La seigneurie d’Ortholès à l’époque moderne (XVIeXVIIIe siècle) Études Aveyronnaises (publication de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron), 2011, p. 95-131 ; http://www.societedeslettresaveyron.fr/?p=811 ; http://patrimoinelaloubiere.fr/TourOrtholes/Introduction.php ; http://www.fondation-patrimoine.org/fr/midi-pyrenees-16/tous-les-projets-765/detail-la-tour-d-ortholes-de-la-loubiere-11754
  9. Bruno Ginisty, « Le passage du roi François 1er à Rodez (24 juillet 1533) », Études Aveyronnaises (publication de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron) 2012, p. 309-344 ; http://www.societedeslettresaveyron.fr/?cat=14 ; http://patrimoinelaloubiere.fr/GrangeLioujas/Anecdotes.php ; http://patrimoinelaloubiere.fr/GrangeLioujas/Introduction.php