La Praz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie de la Suisse
Cet article est une ébauche concernant la géographie de la Suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Praz.
La Praz
Blason de La Praz
Héraldique
Image illustrative de l'article La Praz
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Communes limitrophes
(voir carte)
Juriens, Moiry, Mont-la-Ville
Syndic Anni Sordet
NPA 1148
N° OFS 5758
Démographie
Gentilé Les Pratoux
Population 160 hab. (31 décembre 2015)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 03″ nord, 6° 25′ 38″ est
Altitude 871 m
Superficie 512 ha = 5,12 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
La Praz

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
La Praz

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
La Praz
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

La Praz est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La Praz représente la forme franco-provençale du français pré. La présence d'un article dans un nom de lieu signale que la localité a pu être fondée vers le Xe siècle[3].

Parmi les plus anciennes mentions de ce village, on trouve (la) ad villam que vocatur li Pra (1276); (la), Adeline de la Praa (1282); de la Praz (1403); (la) villagium de Prata (vers 1440); (la) hominibus de Lapra (vers 1440); (la) villagii dez la Pra (1553)[3].

Les habitants de cette commune sont appelés les Pratous[4], mais ont aussi pour sobriquet les "groseilles"[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

D'argent à la branche de sapin de sinople en bande, fruitée de gueules, au chef de gueules chargé de trois étoiles d'or. Dans ces armoiries adoptées en 1928, les autorités ont voulu signaler que les vastes forêts qui couvrent la moitié, presque, du territoire communal sont l'une des richesses de cette commune[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune abrite un rare cromlech préhistorique, fait de cinq gros blocs reliés entre eux par des pierres plus petites. Le bloc à l'extrémité méridionale comporte de nombreuses cupules, petites cavités percées volontairement, mais à ce jour non expliquées[4].

Au moyen-âge, le territoire de La Praz appartenait à l'abbaye de Romainmôtier. Cette dépendance se prolonge après 1536, sous l'époque bernoise, le village étant alors compris dans la châtellenie de Romainmôtier[4].

Temple[modifier | modifier le code]

Église protestante construite en 1840 par l'architecte lausannois Henri Perregaux selon un plan traditionnel avec chevet à trois pans, comme on l'observe déjà au temple de Mézières (1706), modèle du genre. Perregaux reprend le même schéma aux temples des Charbonnières, de Forel (Lavaux), et de Huémoz[7]. Classé monument historique en 1960[8].

Fromagerie[modifier | modifier le code]

La fromagerie de La Praz, tenue par les fromagers, Nicolas Hauser et John Haldemann ont remporté le prix du Mondial de la Fondue 2015[9] (1re édition) dans la catégorie professionnelle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente au 31 décembre 2015 », sur Statistiques Vaud (consulté le 6 mars 2017)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a et b Florence Cattin (et al.), Dictionnaire toponymique des communes suisses, Neuchâtel, Frauenfeld, Lausanne, Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel et Huber, , 1102 p. (ISBN 3-7193-1308-5), p. 499.
  4. a, b et c Eugène Mottaz, Dictionnaire historique, géographique et statistique du canton de Vaud, t. II, Genève, Slatkine, réimpression de l’édition de 1921, , 858 p. (ISBN 2-05-100460-9), p. 27.
  5. [1]
  6. Olivier Dessemontet et Louis F. Nicollier, Armorial des communes vaudoises, Lausanne, Spes, , 270 p., p. 178.
  7. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 », (ISBN 978-2-88454-131-2), p. 218-223
  8. « Fiche de recensement 41 », sur recensementarchitectural.vd.ch .
  9. « Des Vaudois remportent le premier Mondial de fondue », sur 24heures.ch/ (consulté le 23 novembre 2015)

Sur les autres projets Wikimedia :