Pomy (Vaud)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pomy
Pomy (Vaud)
Vue du village.
Blason de Pomy
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Localité(s) Calamin, Chevressy
Communes limitrophes Yverdon-les-Bains, Cuarny, Cronay, Ursins, Valeyres-sous-Ursins
Syndic Yvan Débieux
NPA 1405
No OFS 5926
Démographie
Gentilé Poméran
Population
permanente
807 hab. (31 décembre 2020)
Densité 144 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 35″ nord, 6° 40′ 09″ est
Altitude 563 m
Superficie 5,62 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Pomy
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Pomy
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Pomy
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
City locator 14.svg
Pomy
Liens
Site web www.pomy.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Pomy est une commune suisse du canton de Vaud située dans le district du Jura-Nord vaudois. Située sur un plateau entre la plaine de l'Orbe et la vallée de la Broye, elle compte 730 habitants en 2015.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pomy est mentionné sous le nom de Pomiers en 1184. Au Moyen Âge, le territoire de Pomy relève de plusieurs seigneurs religieux et laïcs comme les sires de Belmont-sur-Yverdon et le couvent de Montheron. Après l'invasion bernoise de 1536, le village fait partie du bailliage d'Yverdon. Il fait ensuite partie du district d'Yverdon de 1798 à 2007 et du district du Jura-Nord vaudois depuis 2008[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Pomy (Vaud) Blason
D'argent au pommier de sinople, mouvant d'un mont à trois coupeaux du même et fruité de six pièces de gueules[4].
Détails
Les armes sont adoptées en 1918. Les six pommes représentent les six anciennes familles bourgeoises de Pomy (Cuche, Miéville, Ottonin, Pilloud, Pellaux et Vulliemin)[5].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le centre de Pomy est situé à 3 km au sud d'Yverdon-les-Bains. La superficie du territoire communal est de 5,6 km2. Le village est placé sur un plateau de molasse, situé entre la plaine de l'Orbe et la vallée de la Broye. Le point le plus haut de la commune est à 642 mètres d'altitude.

En 1997, 7 % du territoire est constitué de terrain constructible et 16 % de forêts ; les 77 % restants sont affectés à l'agriculture.

La commune de Pomy comprend le hameau de Chevressy.

Les communes voisines de Pomy sont Cuarny, Yverdon-les-Bains, Cronay, Ursins, et Valeyres-sous-Ursins.

Population[modifier | modifier le code]

Gentilé et surnom[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune se nomment les Pomérans.

Ils sont surnommés les Moi-moi[6], parce qu'ils se bousculaient lors de la répartition du bois et des denrées (une autre version rapproche le surnom de mô-mô, soit le fantôme en patois vaudois)[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Pomy compte 807 habitants en 2020[1]. Sa densité de population atteint 144 hab./km2.

En 2000, la population de Pomy est composée de 314 hommes (53,9 %) et 269 femmes (46,1 %). Il y a 549 Suisses (94,2 %) et 34 étrangers (5,8 %). La langue la plus parlée est le français, avec 556 locuteurs (95,4 %), et la deuxième langue est l'allemand (11 personnes ou 1,9 %). Il y a également 9 italophones (1,5 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante reformée est la plus importante avec 370 personnes (63,5 %), suivie des catholiques romains (125 ou 21,4 %). 63 personnes (10,8 %) n'ont aucune appartenance religieuse[8].

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Pomy entre 1850 et 2010[9] :

Économie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la seconde moitié du XXe siècle, l'économie locale était dominée par l'agriculture et l'arboriculture fruitière qui ont toujours un rôle important dans l'emploi local. Quelques emplois sont fournis dans le secteur de la petite industrie et dans le domaine des services. Depuis 1985, la commune accueille sur son territoire un centre de formation pour la reconversion professionnelle des personnes handicapées (Orif). Pendant ces dernières décennies, Pomy est devenu un village résidentiel : en 2000, les trois quarts des personnes actives sont des pendulaires qui travaillent principalement à Yverdon-les-Bains[3].

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est bien desservie par une route cantonale longeant la localité et la reliant à Yverdon-les-Bains et Thierrens/Moudon. Les cars postaux desservent régulièrement la commune. La sortie d'autoroute Yverdon-Sud est à environ 3 km du village.

Monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Georges.

Une chapelle dédiée à Saint Georges est édifiée en 1453, mais l'église actuelle date de 1727. Elle a été construite par l’architecte Daniel-Henri Vaucher[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. a et b Philippe Heubi, « Pomy » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du . Consulté le 2 février 2015.
  4. « Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) » (consulté le )
  5. a et b « Pomy », Feuille des avis officiels du canton de Vaud (consulté le )
  6. « Pomy : Alphabet des communes vaudoises », sur Feuille des avis officiels du canton de Vaud (consulté le )
  7. Charles Roux, Noms et sobriquets des Vaudois, Yens-sur-Morges, Cabédita, , 129 p. (ISBN 2-88295-339-9), p. 75
  8. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive » [archive du ], Confédération suisse (consulté le )
  9. « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]