Montagny-près-Yverdon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montagny.
Montagny-près-Yverdon
Blason de Montagny-près-Yverdon
Héraldique
Image illustrative de l'article Montagny-près-Yverdon
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Jura-Nord vaudois
Communes limitrophes
(voir carte)
Valeyres-sous-Montagny, Grandson, Yverdon-les-Bains, Treycovagnes, Chamblon, Villars-sous-Champvent, Essert-sous-Champvent
Syndic Frédéric Rohner
NPA 1440 Montagny-Chamard
1442 Montagny-près-Yverdon
N° OFS 5922
Démographie
Population 734 hab. (31 décembre 2016)
Densité 209 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 00″ nord, 6° 37′ 00″ est
Altitude 450 m
Superficie 352 ha = 3,52 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Montagny-près-Yverdon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Montagny-près-Yverdon

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Montagny-près-Yverdon
Liens
Site web www.montagny.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Montagny-près-Yverdon est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district du Jura-Nord vaudois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le centre de Montagny-près-Yverdon est situé à 3 km à vol d'oiseau d'Yverdon-les-Bains. Le territoire communal, d'une superficie de 3,6 km2, est situé au nord-ouest d'Yverdon-les-Bains. La zone industrielle le Bey est le point le plus étroit de la commune, large de 100 mètres et bordant le lac de Neuchâtel. Le point le plus haut de la commune est à 500 mètres d'altitude au-dessus de la Brinaz.

En 1997, 20 % du territoire sont constitués de terrain constructible et 6 % de forêts ; les 72 % restants sont consacrés à l'agriculture et 72 % de zone improductive.

Les communes voisines de Montagny-près-Yverdon sont Grandson, Valeyres-sous-Montagny, Essert-sous-Champvent, Villars-sous-Champvent, Chamblon, Treycovagnes, et Yverdon-les-Bains.

Population[modifier | modifier le code]

Les habitants sont francophones à 88,5 %, italophones à 2,8 % et germanophones à 3,5 % (État: 2000). La population s'élevait à 263 habitants en 1900, et la population a stagné à 350 habitants entre 1950 et 1980.

La commune était marquée principalement par l'agriculture jusqu'à la deuxième moitié du XXe siècle. Encore aujourd'hui, l'agriculture, l'élevage et dans une moindre mesure la viticulture ont une signification importante dans la structure de la population active. Montagny reçoit sur son sol la zone commerciale En Chamard, comprenant un nombre important de commerce et d'entreprises dans les domaines de l'alimentation, la construction, les loisirs et la restauration.

Beaucoup d'actifs sont des travailleurs pendulaires, qui travaillent notamment à Yverdon-les-Bains.

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route en provenance d'Yverdon-les-Bains et par l'autoroute A5. La ligne de chemin de fer TRAVYS dispose d'un arrêt à la Brinaz, à proximité de la zone En Chamard. Les cars de la compagnie TRAVYS desservent également régulièrement la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Montagny vient de « montaniacum », domaine "acum" d'un romain du nom de Montanius.

Les chroniques citent « Montagniaco » en 1149 déjà et les premiers seigneurs de cette terre furent les puissants sires de Montfaucon ou Montfalcon, en Bourgogne.

Les armoiries de Montagny apparaissent sur un sceau communal en 1733. D'argent à la pince d'écrevisse de gueules en pal, elles définissent, selon une tradition, le symbole d'un partage qui eut lieu avec la commune d'Onnens, car cette dernière a, sur ses armoiries, une écrevisse amputée d'une pince.

Lieu de passage bien avant la construction de l'autoroute et le projet de canal du Rhône au Rhin, le site de Montagny était traversé, autrefois, par la voie romaine reliant Yverdon à Sainte-Croix.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente au 31 décembre 2016 », sur Statistiques Vaud (consulté le 5 septembre 2017)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)

Sur les autres projets Wikimedia :